RSS

BOLIVIE: LE PEUPLE RÉSISTE À L’AGRESSION FASCISTE par le Parti Communiste d’Urugay

10 Nov
Comme nous cessons de le souligner, ce sont les troupes fascistes autour des propriétaires de santa Cruz dont l’origine remonte à Klaus Barbie et qui n’ont pas d’autres programme que la haine de l’indigène, son humiliation, la brutalité et le viol des femmes indigènes, qui sous la direction des Etats-Unis sont en train de tenter un coup d’Etat. L’élection de Morales correspond à la loi bolivienne (47% plus 10% de différence avec son principal rival), mais dès le début ils ont refusé de reconnaitre le vote des terres indigènes. Ceux qui en France feignent d’ignorer ce contexte et parlent de contestation d’élections sont des ciminels complices du fascisme; C’est ce que démontre ici le parti communiste d’Urugay.  (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Bolivie: le peuple résiste à l'agression fasciste

Par Pablo Siris Seade

Après le triomphe aux élections présidentielles du 20 octobre, le candidat du Mouvement pour le socialisme – instrument politique et social des peuples (MAS-IPSP), Evo Morales Ayma, avec le soutien de 47,08% de l’électorat et un Différence de 10,57% par rapport au second candidat de l’opposition, les événements se succèdent en cascade et constituent aujourd’hui une tentative de coup d’État en cours non seulement de l’oligarchie créole et de l’impérialisme américain, mais également de son secteur le plus dangereux et le plus radical: le fascisme

Même avant d’achever l’examen des votes, le candidat de la Citizen Community (CC), Carlos Mesa, a affirmé que les votes des zones rurales étaient nuls, car ils avaient une tendance différente de celle du reste de l’électorat national qui ne conférait pas un aussi grand avantage à Morales. .

Mais c’était un discours pour la galerie. Tout le monde sait qu’en Bolivie, la grande majorité des secteurs ruraux et autochtones soutiennent Evo. C’est précisément la raison pour laquelle il était impératif que Mesa remette en question la validité de ces votes.

À partir de ce moment, ils ont libéré la meute bestiale. Plusieurs sièges locaux du Tribunal suprême électoral (TSE), national et départemental, ont été assiégés et même des sièges ont été incendiés. De même, des centaines de responsables des bureaux de vote ayant déplacé les « amphores » (nom avec lequel l’urne est désignée en Bolivie) ont été attaqués et même certains ont été brûlés.

Cependant, il y a les procès-verbaux – dont les copies ont toutes les parties par l’intermédiaire de leurs délégués et des membres des tables – et les résultats ont été accablants.

Mesa a refusé de reconnaître le résultat de l’examen, a demandé un audit et a appelé à des manifestations extrêmement violentes.

Le gouvernement présidé par Evo Morales a demandé au TSE de procéder à un audit et a même invité l’Organisation des États américains (OEA) à y participer. L’OEA ayant accepté l’invitation, même à l’encontre de l’opinion avancée par son secrétaire général, Luis Almagro, Mesa a alors rejeté l’audit et exigé l’achèvement d’un deuxième tour de scrutin, quels que soient les résultats obtenus.

Dans la mesure où Mesa a rejoint les secteurs les plus radicaux – tels que les comités municipaux des départements du « croissant » (Santa Cruz, Pando, Beni et Tarija), qui veulent directement fracturer le pays – et rien n’a alors été demandé de cela, mais l’exigence était qu’Evo s’en aille.

En effet, le président du Comité civique de Santa Cruz (un groupe qui est dirigé par un protofasciste qui a l’intention de séparer ce département du reste de la Bolivie), Luis Fernando Camacho, s’est installé à La Paz et dit qu’il ne reviendra pas à Santa Cruz avant d’avoir obtenu la démission du président.

La proposition continuait de se transformer  alors que la violence commençait à se généraliser et alors que de gigantesques marches et rassemblements se déroulaient dans tout le pays pour soutenir Morales, des concentrations de minorités fascisantes finissaient toujours par des événements de violence extrême à la manière des guarimbas du Venezuela.

La demande vise maintenant la démission d’Evo, la tenue de nouvelles élections sans lui ou son vice-président, Álvaro García Linera, candidats à l’organisation et le suivi d’élections par des «organisations sociales» (bien entendu, celles dirigées par l’opposition). etc. En bref, effacez Evo, García Linera, le MAS, les Indiens.

Et tout cela revendique clairement les pratiques fascistes de l’opposition: le racisme que ces secteurs ont promu et propagé.

Des vidéos des partisans du MAS à Santa Cruz ont été diffusées, elle montre des femmes battues et  forcées – sous la menace d’être fouettées – à s’excuser d’avoir voté pour Evo.

Cependant, l’incendie du maire de Vinto, dans le département de Cochabamba, le même jour où il se trouvait tout près, dans la capitale du département, a été l’une des manifestations les plus terribles. Une gigantesque mobilisation des femmes autochtones pour réclamer la paix a eu lieu.

Ceux qui ont mis le feu aux locaux ont également kidnappé la mairesse Patricia Arce qu’ils ont enlevée et traînée dans la rue, la forçant à marcher pieds nus vers Huayculli, à Quillacollo, où elle a été montée sur une plate-forme pour lui couper les cheveux et la peindre en rouge en criant « le meurtrier masista ».

Patricia, tout en étant tenue par le cou et  bourrée de coups de poing  a déclaré qu’elle était prête à donner sa vie pour le processus de changement mené par Evo Morales.

«Je n’ai pas peur de dire ma vérité. Je suis dans un pays libre. Et je ne vais pas me taire et s’ils veulent me tuer, laissez-les me tuer. Pour ce processus de changement, je donnerai ma vie », a-t-elledéclaré dans une vidéo également publiée.

Le maire a été sauvé par la police sur le pont Huayculi, dans la municipalité de Quillacollo, quatre heures après avoir subi les agressions de la meute de l’opposition. Le commandant de la police régionale, Walter Alvis, l’a reçue dans une camionnette attaquée avec des pierres, a rapporté Telesur.

Le ministre bolivien des Affaires étrangères, Diego Pary, a dénoncé lundi devant l’OEA la tentative de coup d’Etat dans son pays, impulsée par l’opposition, et a également indiqué que son gouvernement respecterait les résultats des audits et, le cas échéant, les Le président Evo Morales est prêt àrecommencer un deuxième tour.

Comme il l’a indiqué, la preuve du prétendu coup d’Etat est «l’agression sélective des citoyens et des forces de sécurité, l’appel à rejoindre les forces armées et la police nationale, et enfin la menace persistante menacée contre le président Evo Morales d’avoir à quitter le gouvernement 48 heures. « 

De son côté, le vice-président Álvaro García Linera a dénoncé  jeudi la violence à l’égard des femmes commise par ces groupes et a appelé Carlos Mesa et Fernando Camacho à mettre fin à ces actions et à accepter l’audit des votes comme un moyen institutionnel et démocratique.

« Nous appelons les promoteurs de cette violence à reconsidérer leur décision, à revenir sur la voie constitutionnelle », a-t-il déclaré.

Tandis qu’Evo, lors d’un acte de masse tenu ce jeudi également à Cochabamba, a déclaré que le peuple continuerait à défendre le processus de changement avec énergie et unité malgré ces attaques.

«Les vrais patriotes sont ceux qui ont une politique économique de nationalisation, de libération, pas d’oppression et de soumission. C’est notre différence profonde », a conclu Evo.

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 10, 2019 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :