RSS

Bolivie: Déclaration du ministère des affaires étrangères de Cuba

10 Nov
Comme je l’ai souligné à plusieurs reprises, nous Français devrions -nous sentir à plus d’un titre concerné par ce qui se passe en Bolivie. Ne serait-ce que parce que les Etats-Unis et les forces réactionnaires françaises ont installé dans ce pays et d’autres d’Amérique latine des tortionnaires nazis comme Klaus Barbie, qui y ont organisé la traque des communistes et la violence contre les indigènes, sans parler de lucratifs trafics d’armes et de drogues. Ce sont ces réseaux à peine « dormants » qui organisent la lutte des propriétaires fonciers métisses et leurs milices à l’appel des USA, ici comme en Colombie, au Venezuela, en equateur, etc… Ils font régner la terreur, s’attaquent en particulier aux femmes comme on l’a vu avec cette maire socialiste, tondue, frappée, peinte en rouge. Cet appel nous dit la terreur qu’acceptent nos capitalistes, nos médias et la plupart des forces politiques. Comment se fait-il qu’ici comme au brésil, et dans bien d’autres pays d’Amérique latine, l’extrême-droite israélienne au pouvoir soutienne les enfants de Klaus Barbie et ceux des meurtriers des sectes évangelistes et des fascistes de Bolsonaro? ce qui trouve sa traduction au niveau des votes de l’ONU où l’on a vu, les USA, israël de Netanayoun, le Brésil de Bolsanaro appuyer le blocus de Cuba, cet étranglement qui indigne tous les pays du monde. Comme par hasard, les pays où les USA ont installé les mêmes systèmes fascistes à partir de milices et de corruption, à savoir la Colombie et l’Ukraine se sont abstenus de condamnation. La traque des communistes, des indigènes considérés comme des sous hommes, des régimes progressistes fait-elle oublier à certains ce qu’ils ont subi?  (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Nous exprimons le ferme soutien du gouvernement et du peuple cubains au frère Evo Morales Ayma, président élu légitime de la Bolivie, et au processus de changement que cela entraîne en faveur des grandes majorités, a déclaré le ministère des Affaires étrangères de Cuba.

 Publié: Samedi 09 novembre 2019 | 21h03h37.
Jeunes rebelles

 
Déclaration du ministère des Affaires étrangères de Cuba

Le 20 octobre, jour des élections caractérisé par une large participation populaire, le peuple bolivien a élu comme président de l’État plurinational de Bolivie le frère Evo Morales Ayma. La victoire historique d’Evo contre les manoeuvres de la droite interne et régionale, de l’impérialisme et d’une guerre des médias intense est également un triomphe de l’ensemble de la Grande Patrie.

Sans tenir compte des institutions électorales et du mandat populaire exprimé dans les sondages, secteurs de l’opposition bolivienne, avec le soutien et le leadership des États-Unis. et des oligarchies régionales, ils ont lancé un coup d’Etat dans le but de priver le peuple bolivien le résultat des élections. La stratégie du coup d’opposition a déclenché des journées intenses de violence dans ce pays, qui ont coûté la mort, des centaines de blessés et condamné les manifestations de racisme à l’égard des peuples d’origine. 

Le président de la République de Cuba, Miguel Díaz-Canel Bermúdez, a déclaré qu’un coup d’État était en cours contre le président légitime de la Bolivie et que l’opposition refusait de reconnaître sa défaite aux urnes et se livrait à des actes de violence. force contre l’ordre constitutionnel.

Nous dénonçons fermement le coup d’État en cours contre le président légitime de la Bolivie et appelons tous les secteurs concernés à mettre un terme à cette manœuvre dangereuse, qui constitue une menace pour la stabilité de la Bolivie et de toute la région.

Nous soutenons l’appel du président Evo Morales Ayma, qui, dans une manifestation d’équanimité et d’envergure politique, a convoqué les forces politiques à une table de dialogue pour la paix en Bolivie, appelé les organisateurs de manifestations violentes à une « réflexion en profondeur » et exhorté le peuple à se mobiliser pour défendre la démocratie. 

Nous exprimons le ferme soutien du gouvernement et du peuple cubains au frère Evo Morales Ayma, président élu légitime de la Bolivie, et au processus de changement que cela amène en faveur de la grande majorité, ce qui montre des succès indéniables dans une croissance économique admirable et dans des avancées extraordinaires. réalisations sociales, en particulier la revendication des peuples autochtones. Nous appelons la communauté internationale à se rallier à la légalité et à la paix, dans le respect du droit international et des postulats de la proclamation de l’Amérique latine et des Caraïbes en tant que zone de paix et à condamner l’aventure du coup d’État de l’impérialisme et de l’oligarchie .

La Havane, le 9 novembre 2019

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :