RSS

Parti communiste turc : Notes sur l’opération militaire de la Turquie en Syrie

22 Oct

«La présence militaire de la Turquie rappelle d’abord que les axes kurde-américain et russo-syrien ont été ébranlés. La stratégie de l’AKP vis-à-vis des États-Unis et de la Russie peut-être définie par le terme de «subordination»;  ce membre du comité central du Parti communiste Turc dénonce les jeux impérialistes et déclare qu’Ankara essaye simplement de montrer aux Américains qu’il vaut mieux eux que les Kurdes, ceux-ci continuent à se prosterner devant les Américains. Quant à Assad, il ne voudrait pas tolérer l’intrusion d’Ankara sur son territoire mais les Russes le forcent à ne pas s’affronter avec les Turcs. Erdogan qui se heurte au mécontentement de son peuple essaye de lui faire croire qu’il a remporté la mise. Le rôle des partis communistes n’est pas de soutenir un impérialisme quelconque mais bien de partir de la souveraineté des peuples et des conséquences pour eux de ce viol de leurs territoires, un point de vue de paix et de justice sociale (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Jeudi 17 octobre 2019 20:54

La chroniqueuse sociale et membre du Comité central du parti TKP, Aydemir Güler, a écrit un article sur le climat politique dans la région à la suite de l’offensive militaire turque dans le nord de la Syrie.

NOTES SUR LA SYRIE

Avec le recul, nous pouvons constater qu’une phase de préparation s’est ouverte alors que les conditions politiques internationales étaient devenues convenables pour que la Turquie déclenche une guerre. Nous pouvons comprendre que les conditions dans notre pays sont tout à fait appropriées si nous examinons l’attitude de l’opposition qui a approuvé les opérations militaires.

Il est clair que les États-Unis et la Russie ont donné le feu vert à l’opération transfrontalière des forces armées turques et de l’armée syrienne libre. Il existe au moins un accord trilatéral incluant la Turquie. Il est évident que l’Union européenne, qui est déjà devenue sans importance dans l’équation, et l’Iran, qui a toujours été important jusqu’à un certain point, sont restés en arrière dans le processus.

La présence militaire de la Turquie nous rappelle d’abord que les axes kurde-américain et russo-syrien ont été ébranlés. La stratégie de l’AKP vis-à-vis des États-Unis et de la Russie pourrait être définie par le terme de «soumission»; en d’autres termes, la Turquie essayait de persuader les grandes puissances qu’elle était un meilleur partenaire que les Kurdes et Assad! Pensant avoir finalement réussi cette tentative, Erdoğan s’est partiellement trompé, mais il a obtenu des gains qui lui permettent de faire valoir sa supposition auprès de l’opinion publique.

Soyons clairs… Mis à part les déclarations insensées de Trump, les États-Unis n’ont pas abandonné le facteur kurde, considérant que ce facteur est aussi bon que l’AKP en personnel servile. On peut regarder les déclarations de Kobani, qui est rapidement devenu populaire en tant que «commandant général» des Forces démocratiques syriennes. Alors que Trump a humilié les Kurdes en disant «quiconque a choisi d’aider peut protéger les Kurdes», le «commandant» ne fait que supplier pour qu’ils restent bons amis.

En regardant de plus près les sources américaines, il semblerait qu’elles aient décidé de limiter le soutien au PYD-YPG. Comme il s’agit d’un nationalisme, nous pouvons indiquer la disproportion, étant donné que l’administration kurde dirige près d’un tiers du pays, alors que les Kurdes représentent 8% de la population syrienne. Cet angle va maintenant être réduit. Ce rétrécissement ne signifie pas nécessairement que le partenariat est terminé.

De plus et surtout, il y a un fait de Barzani dans le monde kurde et le partenariat avec les États-Unis. Barzani a également violé les frontières du «réalisme» ces derniers temps et a tenté d’organiser un référendum sur l’indépendance… C’est un jeu d’équilibre. Maintenant, l’influence de Barzani va augmenter contre les autres.

Ce n’est pas une invention de l’AKP quand ils disent que les mouvements kurdes se sont intéressés à la création d’un corridor menant à la Méditerranée. Certains représentants kurdes ont déclaré par le passé que le «processus de paix» en Turquie et la guerre civile syrienne permettraient la création d’«une entité kurde comprenant la Lattaquié». D’autres représentants ont affirmé que l’objectif principal d’Ankara était d’empêcher la création d’un corridor kurde jusqu’à la Méditerranée.

Ce n’est pas faux. L’AKP a maintenant tenté de créer un corridor en tant que zone sécurisée, non pas à travers Lattaquié mais à Hatay. Les développements récents ont révélé que la conséquence n’en serait pas différente et que l’influence stratégique absolue ne serait pas laissée à la Turquie.

La synthèse qui reflète également l’équilibre entre les grandes puissances est que la règle régionale sera la fragmentation. Alors que le PYD a été renversé de son trône temporaire, son héritage est en train d’être distribué. La libération des cadres de l’EI montre qu’ils seront également parmi les bénéficiaires.

Pendant ce temps, bien que Trump soit lui-même un problème qui relève de la psychiatrie, il existe bel et bien un esprit stratégique dans les développements intervenus. L’impérialisme américain tend à verrouiller le centre du vieux monde et à le laisser dans une impasse pour faire face à la montée de la Chine.

Pour ce qui est de l’axe Syrie-Russie, le fait que Damas ait pris le dessus ces deux derniers jours ne doit pas dissimuler le fait que les conditions ici ont également été brisées. Il y a près d’un an, les succès remportés par le peuple, l’armée et les dirigeants syriens ont favorisé la possibilité de faire revivre l’ancienne Syrie. Nous sommes désormais très éloignés de cet espoir. Étant donné que la présence de la Russie est importante pour sauver Damas, la concurrence impérialiste actuelle n’envisage pas une Syrie intégrée sur le plan territorial, et la Russie est l’un des éléments de cette situation fragmentée.

Tout cela ne pourrait pas se dérouler sans tension entre Damas et Moscou. L’axe est toujours debout mais la Russie n’a pas eu envie de dire en vain – en tirant les mots de la bouche d’Assad – « nous partirons si nous ne sommes pas accueillis ». Il est clair que la Russie est là pour ses propres intérêts car personne ne veut la laisser partir.

Regardons les affaires intérieures de la Turquie…

L’AKP déclare souvent des «moments décisifs». Leur discours de survie était comme ça. La guerre en Syrie en était une autre. En fin de compte, ce qu’ils disent ne se réalise pas. Le grand tournant ne vient jamais. La Turquie ne tombe pas sous la domination de la charia lorsque l’AKP remporte les élections. Nor Erdoğan devient un sultan ou un calife. Et aujourd’hui, il n’y aura plus de «records» comme la reprise des routes énergétiques, la construction de maisons pour un million de personnes, la transformation de la structure démographique pour éliminer les Kurdes le long de la frontière.

Cependant, AKP obtiendra une certaine quantité d’énergie grâce à cette guerre. Ou, plus précisément, cela prouvera à tous le manque d’énergie de la vaste opposition politique contre elle… Bien que l’AKP puisse se retirer de la campagne syrienne, il ne serait pas faux, même s’il sourit aux impérialistes et aux capitalistes en disant «vous avez déjà vu ceux que tu préfères à moi ».

Nous disons depuis des années qu’il est impossible pour l’AKP d’amener la Turquie dans une situation favorable.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :