RSS

Les Etats-Unis vont renforcer leur embargo sur Cuba pour avoir soutenu Maduro

20 Oct

Je sais bien que ni l’Humanité, ni le secteur international du PCF avec Pierre Laurent à sa tête, sans parler du « boulet » ne vous en parleront mais est-ce que de temps en temps vous pourriez vous intéresser à autre chose qu’aux bonnes œuvres de la CIA, et celle du sieur Le Drian et Macron? Remarquez les Cubains ont compris, le président cubain part en Europe et il n’ira pas à Paris, pas le moindre Georges Marchais pour l’accueillir, les temps sont révolus… le secteur international et Rafaël Glucksmann c’est copain-copain. Je dois dire que je suis au bord de l’explosion devant cette indignité (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Les nouvelles sanctions des États-Unis à Cuba entreront en vigueur le lundi 21 octobre

Photo: siège de l'ambassade des États-Unis à La Havane, Cuba. Reuters / Archive

Siège de l’ambassade des États-Unis à La Havane, Cuba. Reuters / Archive

Le gouvernement du États-Unis a annoncé aujourd’hui un nouveau durcissement de l’ embargo commercial sur Cuba à cause de son soutien au président du Venezuela, Nicolas Maduro.

Nous recommandons: ils calculent 18 mille exécutions par le gouvernement de Maduro au Venezuela

Les nouvelles sanctions, qui entreront en vigueur le lundi 21 octobre, ont été rassemblées aujourd’hui dans un projet publié par le Département du commerce dans le Federal Register, le bulletin officiel du gouvernement dans lequel les lois, les propositions de réglementation et les avis publics sont diffusés.

L’objectif des nouvelles sanctions est de rendre « le régime cubain responsable de la répression du peuple cubain et de son soutien au régime de Maduro au Venezuela « .

« Le régime cubain refuse les libertés fondamentales à son peuple tout en maintenant Maduro au pouvoir en utilisant ses forces de sécurité et de renseignement cubaines », a déclaré l’exécutif américain dans le projet de règlement.

Selon ce document, à partir de lundi, les Etats-Unis interdiront au reste du monde de vendre à Cuba des articles contenant 10% de composants américains, ce qui impliquera un changement substantiel car jusqu’à présent, des produits pouvant atteindre 25% pouvaient être exportés de pièces fabriquées aux États-Unis.

De même, il est établi que seules les infrastructures de télécommunications qui facilitent la «libre» circulation de l’information parmi le peuple cubain peuvent être vendues à Cuba.

Il est également interdit aux entreprises et aux citoyens américains d’acheter des « articles promotionnels » du système politique cubain, bien que leur acquisition soit autorisée si elle provient du secteur privé.

En règle générale, les États-Unis autorisent les dons de matériel scientifique, culturel et éducatif destiné à « soutenir le peuple cubain »; Mais, à présent, il est prévu dans la réglementation en vigueur une exception indiquant clairement que ni l’exécutif ni le parti communiste cubain ne peuvent bénéficier de ces concessions.

Aux États-Unis, aucune nouvelle officielle n’a été publiée pour annoncer les nouvelles mesures, qui pourraient être modifiées jusqu’à ce qu’elles deviennent officielles lundi. Pendant ce temps, à Cuba, l’exécutif a réagi peu de temps après la publication du projet de sanctions.

Dans un message sur Twitter, le président cubain Miguel Díaz-Cane l’a déclaré: « #EEUU annonce de nouvelles mesures pour intensifier le blocus contre #Cuba ».

Il a ajouté: «Cette action est une expression de l’impuissance, de la dégradation morale et du mépris impérial. C’est un acte inhumain, cruel, injuste et génocidaire que nous rejetons fermement. Nous n’abandonnerons pas et donnerons une réponse souveraine.  »

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez, a également condamné les mesures prises par les États-Unis et estimé qu’elles « représentaient une politique de banqueroute morale, d’isolement sur le plan international et promue par un gouvernement corrompu ».

Depuis son arrivée à la Maison Blanche en janvier 2017, le président Donald Trump a durci la politique à l’égard de Cuba en réduisant le personnel diplomatique, en augmentant l’embargo commercial, en limitant les croisières et en limitant le nombre de voyages des Américains sur l’île.

La recrudescence des sanctions a été constatée sur l’île, entre autres secteurs touristiques, avec une diminution du nombre de visites.

Selon John Kavulich, président du Conseil économique et commercial américano-cubain, les nouvelles sanctions signifient « un nouveau pas en avant », de sorte que le Venezuela et Cuba soient inclus dans la liste des pays parrainant le terrorisme établie par le département d’Etat, dont l’île avait été sortie en 2015.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :