RSS

Irak : La révolution des pauvres en Irak, révélant les crimes du système de quota

09 Oct

Résultat de recherche d'images pour "manifestations à Bagdad"

Pour qui connait un peu l’Irak, son histoire et celle de son parti communiste, le plus important du Moyen Orient, cette description de la lutte des pauvres n’a rien d’étonnant. On retrouve Bassora, la zone d’implantation communiste par excellence, son port, ses terminaux pétroliers. Sous les divisions religieuses, claniques ressurgit le mouvement prolétarien et il est férocement réprimé par ceux-là mêmes que l’invasion criminelle a installés au pouvoir, en faisant régner la corruption, la division de la nation entre sectes sunnites ou chiites. Le texte montre que les masses excédées ont refusé d’être dupées par les partis religieux qui prétendaient traduire la rébellion populaire et diviser entre eux le peuple irakien, il ne leur restait plus que la violence, ils ont tué plus de mille personnes, des enfants, des vieillards… Notez que de partout sur la planète on assiste au même scénario, des manifestations des pauvres, une répression criminelle que nos médias taisent alors qu’elles ne cessent de nous parler de hong kong où il n’y a ni morts, ni blessés. Notez que si nous ignorons ces luttes de classe, entre elles, elles se reconnaissent avec le rôle déclencheur des luttes au Soudan avec là aussi le plus grand parti communiste d’Afrique, comme au Soudan le refus des militaires comme des divisions religieuses sectaires, comme au Soudan et en Algérie le refus des manœuvres et des négociations secrètes avec les militaires. Il est temps que nous PCF, nous reprenions contact avec les partis communistes du monde et que notre réflexion autant que notre solidarité s’en enrichissent (note de Danielle Bleitrach).

Cela fait maintenant cinq jours que la ville de Bagdad et la plupart des villes du centre et du sud de l’Irak sont confrontées à des revendications en matière d’emploi, d’amélioration du niveau de vie et de fourniture de produits de première nécessité tels que l’électricité, l’eau potable, services de santé et éducation pour la grande majorité de la société irakienne. Ces manifestations ont été qualifiées à juste titre de révolution des pauvres.

La confrontation entre le prolétariat irakien, les masses écrasées, d’une part, et le système de quotas, de corruption et d’oppression, le régime réactionnaire et arriéré, d’autre part, est entrée dans une nouvelle lutte historique et déterminante dans laquelle ces protestations ont approfondi la contradiction entre les masses opprimées, les partis et les forces islamistes et nationalistes, leur système politique et leurs milices terroristes.

Les expériences des dernières années et les affrontements de classe depuis 2011 et plus précisément depuis les manifestations qui ont eu lieu à Bassora l’année dernière visaient à réclamer des emplois et à fournir du pain et de la vie, où les masses ont ressenti des complots de la part du monde politique islamique, les partis et leurs poisons en semant des illusions, leurs mensonges et également encourageant à leur profit la vague de protestations par moments, et d’autres fois lorsqu’ils ils détiennent le pouvoir, oppriment les masses et se partagent des quotas entre eux sous des motifs sectaires.

En tant que partis religieux fascistes, leurs institutions militaires et leurs milices, y compris les Swat, les forces de Badr, Asaib et d’autres milices criminelles, n’ont pas été autorisées à exposer leurs allégations ni à développer leurs complots et leurs tentatives de diviser les masses de manifestants, résultat, ils ont utilisé des armes, une force excessive, ils ont tiré des balles contre des masses de femmes, d’enfants et de personnes âgées et ont utilisé les formes les plus odieuses de répression et de violence, de brutalité et de barbarie contre les masses. À cet égard, les estimations préliminaires prouvent que le nombre de victimes dépassait les milliers de morts et de blessés.

Le mouvement d’octobre a été caractérisé par la séparation complète des masses des courants politiques et religieux, une séparation irréversible. Les luttes de ces dix dernières années ont accru la conscience les masses laborieuses et les travailleurs avec une conscience sociale claire de la corruption et du dépérissement de ces forces et partis au point de croire fermement à la nouvelle expérience de mars 1991. Non seulement à partir de là,  des masses rebelles ont dessiné des pages d’héroïsme et de dévouement sans précédent dans l’histoire politique de l’Irak. Le mouvement d’octobre a tiré leçon des faiblesses et des illusions du «printemps arabe» l’espoir de l’opposition militaire, religieuse et libérale, illusions passées contredites par les événements qui ont suivi le printemps arabe. Les masses en lutte ont montré qu’elles n’avaient aucun espoir dans l’action militaire ni dans un coup d’État, dans la même mesure que les illusions de l’islam politique sunnite et chiite se sont dissipées. Ce mouvement a positivement dépassé la récente lutte soudanaise, les manifestants ne croyant pas en une armée qui les mènera à se partager un nouveau gouvernement et à renoncer à leur révolution.

Alors, que faut-il faire maintenant? La situation actuelle en Irak et les équilibres politiques et sociaux, internes et externes, imposent aux masses en soulèvement, d’aujourd’hui ou de demain, la poursuite acharnée de la libération finale et la fin de l’existence du régime en place. L’horizon politique et l’espoir d’émancipation et la fin du système d’exploitation et d’oppression sociales ne sont pas une revendication finale mais une question de lutte fondamentale et ne peuvent être ni reportés ni remplacés par une autre alternative.
L’organisation des masses de manifestants dans leurs conseils révolutionnaires ou toute forme d’organisation de masse dynamique et flexible peut assurer le progrès et le développement du mouvement, et contribuer à rejeter les affrontements dispersés dans un certain nombre de villes et de régions et la tentative de créer une large participation des deux nationalités et à l’utilisation de toutes les formes de lutte est devenue une question urgente et décisive.

Le régime a révélé son incapacité à faire face à la solidarité et au courage des masses qui protestent et a commencé à lancer une campagne de fausses promesses pacifistes et cherche à négocier avec les représentants du mouvement. Le moment est opportun pour élire un groupe de révolutionnaires pour représenter le mouvement, nous devons déclarer «NON» à toute négociation secrète. Les représentants devraient être élus directement et publiquement par le mouvement. Nous devons tirer parti de toutes les formes de lutte de masse, des manifestations aux sit-in, à la désobéissance civile et à l’utilisation de tous les outils de lutte et d’organisation, de l’organisation de quartiers et de centres dans des conseils et comités révolutionnaires à des soulèvements armés lorsque nous assurons leur sécurité, exigences matérielles et sociales.

Alternative socialiste – Irak
07-10-2019
http://socialist-alternative.net/2019/10/10/the-revolution-of-the-poor-in-iraq-exposant-les-crimes-du-the-quota-system/

La force du mouvement syndical repose sur son unité et son organisation …
Vive la solidarité internationale des travailleurs …

A propos de:
Akram Nadir (organisateur syndical en Irak et au Kurdistan)
Représentant international de la Fédération des conseils et syndicats de travailleurs d’Irak ( FWCUI)
Iraq Tél.: +964 772 865 4823
International Tél.: + 1-778-318-6981
Skype: akram-nadir
Courriel: akram_nadir_1999 @ yahoo.com

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 9, 2019 dans Asie, INTERNATIONAL

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :