RSS

Chine, le socialisme change de sens et de nouvelles approches marxistes

04 Oct

en complément du texte théorique traduit par Marianne , voici un texte qui nous vient du portugal que j’ai traduit en utilisant à la fois le traducteur automatique et ma connaissance de l’espagnol, plus quelques concepts marxistes, mais il est évident qu’il y a convergence des réflexions, elles me passionnent d’autant plus que si mes mémoires ont un sens il s’agit d’une plaidoirie pour penser une stratégie vers le socialisme à partir de ce que j’ai pu vivre de la manière dont le capitalisme a réorganisé sa crise, mais aussi l’apparition de nouveaux rapports sud-sud.L’éloignement de l’utopie pour répondre à des problèmes concrets, la réalité de la domination du capital à son stade impérialiste financiarisé, l’impossibilité d’en faire abstraction. .Ces processus complexes posent la question du rôle du parti communiste, c’est celui encore et toujours de transformer les êtres humains en acteur de cette immense transformation. C’est la grande réussite cubaine.(note et traduction de danielle Bleitrach)

«La Chine est un terreau pour la nouvelle ingénierie économique et sociale et, compte tenu de la prédominance du« mode de production méta », constitue également l’expérience humaine la plus avancée du monde.»

Par Elias Jabbour *

 

  

La célébration du 70e anniversaire de la révolution chinoise ne devrait pas se terminer sans un regard sur une histoire riche, victorieuse et riche en enseignements. Oui, il y a là une montée en puissance dont elle peut se vanter. Mais le sens doit être différent. Je pense en particulier que le développement récent de la Chine tel qu’il est pose le défi théorique le plus important de notre époque: la nécessité de repenser  le socialisme et le marxisme à la lumière d’un monde toujours marqué par: 1) l’émergence de nouveaux paradigmes technologiques; 2) la financiarisation en tant que dynamique dominante de l’accumulation; 3) les formes modernes de domination impérialiste sous la forme de «guerres hybrides», depuis les  «poursuites judiciaires» et  la transformation du dollar en une arme de destruction massive, et 4) les formes nouvelles et supérieures de planification économique apparues en Chine même ( Nouveau projet économique).

La nécessité de repenser le  socialisme dans ce processus passe par sa réaffirmation en tant que projet de développement  (vaincre, sans nier le stade de développement du mode de production rival, saisissant ainsi le point culminant de ce que nous nions – la négation de la négation) et essentiellement anti-impérialiste. Les formes ludiques qui confondent l’horizon socialisant avec une utopie doivent être rapidement rejetées. Le marxisme, au nom du maintien de son caractère universel, doit être réorganisé dans ses concepts de base, parmi lesquels le mode de production, la formation socio-économique et la relation entre la loi de la valeur et la transition vers une formation socio-économique du monde. de niveau supérieur.

Le socialisme en tant que projet de développement par essence

L’expérience chinoise elle-même donne lieu à des lacunes dans les réponses aux questions que je propose. Le caractère développement que mettent en oeuvre  les communistes répond à la fois à la vieille question du socialisme dans des pays sans base matérielle préalable et à leur rattrapage des pays centraux. La Chine et ce qui est arrivé à l’Union soviétique montrent que le socialisme n’a d’autre choix que de réduire les inégalités entre les pays de la périphérie et le centre du système. Briser le monopole des pays capitalistes développés sur l’appareil scientifique et technologique est la principale condition du succès de toute alternative au capitalisme dans le monde. Le contraire serait la négation  de ses propres expériences.

Cela implique la capacité de briser le cercle vicieux des lois sur les avantages comparatifs au moyen de projets nationaux capables de créer un espace politique propice à la poursuite de politiques budgétaires, monétaires et de change expansionnistes.

Ce qui s’est passé en Chine est intéressant car le noyau productif du pays est constitué d’énormes conglomérats d’entreprises situés au cœur de l’économie du pays et dotés d’un puissant bras financier à long terme. L’empreinte financiarisée actuelle du capitalisme n’annule pas la nature de son système: une grande ingéniosité pour aspirer de la plus-value en multipliant les fusions et acquisitions d’entreprises. Outre cette tendance de la centralisation du capital à renaître, il existe le monopole de la monnaie de référence internationale exercée par l’impérialisme. Ce monopole est devenu l’arme la plus puissante du monde pour la destruction létale: le recadrage du marché par les États-Unis après 2009 a permis de reformuler l’impression du dollar et de créer une jurisprudence sur la circulation de cette monnaie. Le gel des avoirs nationaux libellés en dollars – et leur impact profond sur les économies de pays tels que l’Iran, le Venezuela et la Corée du Nord – est une mauvaise nouvelle pour le renforcement de la puissance financière impérialiste. L’essence de l’impérialisme ne change pas!

Le projet socialiste ne renonce pas aux géants mondiaux de l’entreprise, aux systèmes financiers complexes et à la capacité financière de relever les nouveaux défis posés par l’émergence de nouveaux paradigmes dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation. L’impérialisme s’est repositionné sur plusieurs fronts, notamment l’introduction de nouvelles technologies dans son appareil d’action. Les guerres hybrides auxquelles sont confrontés de nombreux pays du monde, y compris la Chine, font partie du développement de formes sophistiquées d’intervention sur la réalité. La frontière technologique peut être insurmontable si un pays n’a pas la capacité de moderniser son parc industriel et technologique. Ces réformes auxquelles ils se sont attelés depuis les années 1990

Un autre point que j’estime fondamental et qui nécessite de nombreuses études et approfondissements sont, comme je l’ai appelé, des formes nouvelles et supérieures de planification économique qui ont fortement émergé en Chine depuis le début de cette décennie. Parallèlement à la solidité financière croissante, qui garantit la possibilité d’importer de nouvelles technologies, un système national d’innovation a été conçu au cours des 15 dernières années, avec pour défi de placer le pays à la pointe des principaux processus impliquant des innovations allant de la plate-forme 5G. la formation et la systématisation du Big Data et la course aux Etats-Unis et à l’Allemagne dans les domaines liés à l’intelligence artificielle. Les politiques industrielles telles que Made in China 2025 et celles impliquant le développement de l’intelligence artificielle ont  été couronnées de succès,

Au XXe siècle, la conquête humaine grâce à la connaissance des lois / logiques générales du mouvement capitaliste a créé de nouvelles capacités d’intervention sur le cycle économique qui, dans le capitalisme, sont exprimées dans le principe de la demande effective et du socialisme par le biais de la planification soviétique. L’économie monétaire a complété ce scénario en formant ce que Ignacio Rangel a appelé «l’économie de projet». Il est évident qu’un «nouveau projet économique» émerge en Chine en introduisant les formes nouvelles et supérieures de planification économique susmentionnées dans la théorie et la pratique de la planification économique.

Enfin, en ce qui concerne le marxisme. Comment réaffirmer son universalité dans un monde complètement différent de celui auquel il était confronté au XIXe siècle? Comment trouver des réponses théoriques aux défis posés aux communistes impuissants? Comment l’expérience chinoise peut-elle aider cette adaptation nécessaire? J’ai des opinions non définitives sur ces questions, mais j’ose lancer des indicateurs. Parler de socialisme à l’époque contemporaine doit être un exercice intellectuel qui exige une extrême prudence. Je le dis, car le développement même du mode de production capitaliste, et en particulier au stade financiarisé actuel, impose divers obstacles et écueils théoriques loin de la portée des classiques du matérialisme historique.

Le «mode de production par objectif» et la Chine en tant que première expérience d’une nouvelle classe de formations économiques et sociales

La domination et la prédominance exercées par le capitalisme mondial exigent des marxistes un réaménagement de certains concepts fondamentaux du marxisme, parmi lesquels les concepts de mode de production et de formation économique et sociale, ainsi que la loi de la valeur. Le développement mondial du capitalisme a façonné ce que mon compagnon de recherche et d’étude où je me trouve (Italie), Alberto Gabriele, appelle le «méta mode de production» – ce n’est pas un mode de production en soi, mais une généralisation. niveau supérieur du mode de production. Gabriele suggère que le «mode de production méta» se caractérise par la prédominance de: 1) la production orientée vers le marché et les relations monétaires de production et d’échange; 2) la loi de la valeur en tant qu’opérateur de système; 3) l’extraction de la plus-value et le circuit d’investissement-accumulation et 4) l’existence mutuelle,

Cette suggestion d’approche théorique ouvre la possibilité d’observer le monde à partir d’une généralisation / abstraction sous la forme d’une structure sociale dont les caractéristiques fondamentales sont, selon Gabriele: 1) un mode de production est dominant au niveau mondial; 2) deux ou plusieurs modes de production coexistent dans certains pays, dont l’un peut être dominant au sein même du pays et 3) la « liberté » d’action d’un mode de production dominant dans chaque pays est limitée par la prévalence, c’est-à-dire “Méta Mode de Production”

En continuant, il est évident que sous ce «méta mode de production» se développent différentes formations socio-économiques, qu’elles soient capitalistes ou socialistes. Par exemple, l’émergence des «États développementistes» dans l’Asie de l’après-Seconde Guerre mondiale a conduit à l’émergence de formations socio-économiques capitalistes et socialistes. Dans ce contexte, Une approche où l’utilisation de la catégorie de formation économique et sociale est reformulée en vue de la prédominance d’un certain «méta-mode de production» nous amène à considérer la Chine comme la première classe de nouvelles formations économiques et sociales qui apparaissent dans le monde contemporain avec ses caractéristiques. Le «socialisme de marché» est très évident étant donné à la fois les formes de propriété socialistes dominantes et l’existence de la loi de la valeur et de son utilisation en faveur d’une stratégie de socialisation. Le Vietnam serait la deuxième expérience de ce nouveau type de formation socio-économique.

Par avance, de nouvelles possibilités théoriques s’ouvrent avec l’introduction des éléments susmentionnés. Toute formation sociale est complexe, compte tenu de la capacité d’insertion et de retrait que le «méta-mode de production» exerce sur toutes les réalités mondiales, capitalistes et socialistes. D’où la prudence que je suggère d’énoncer au sujet de la caractéristique socialiste de telle ou telle expérience. Le socialisme n’est donc pas une réalité a priori. Ce qui existe a priori, c’est une nouvelle formation socio-économique aux résultats économiques et sociaux spectaculaires qui développe et crée ses régularités distinctes, y compris son éloignement des expériences de l’État capitaliste. Dans une large mesure et dans les limites du programme de recherche que je développe avec Alberto Gabriele, Nous pouvons voir que l’expérience chinoise montre une perspective de plus en plus éloignée des possibilités d’un capitalisme « régulé » au mieux. La Chine est un terreau pour de nouvelles techniques économiques et sociales et, compte tenu de la prédominance du «mode de production méta», constitue également l’expérience humaine la plus avancée du monde. C’est là qu’il faut être très en alerte.

 * Elias Jabbour est professeur du programme de troisième cycle en sciences économiques de l’UERJ et membre du comité central du PCdoB.

  • IMPRIMER

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :