RSS

La destruction de l’état social en Europe est une conséquence de la destruction de l’URSS

22 Sep

 

Le vice-président du Comité central du Parti communiste, YouriAfonine, a participé à l’émission « A chacun sa vérité » sur la chaîne NTV.

 

Service de presse du Comité central du Parti communiste

21-09-2019

https://kprf.ru/party-live/cknews/188114.html

L’émission était consacrée à la situation actuelle en Europe occidentale et, surtout, à l’afflux gigantesque de migrants et au renforcement des mouvements politiques nationalistes et parfois ouvertement fascistes.

 

Youri Afonine a souligné que les processus négatifs dans l’Europe d’aujourd’hui sont la conséquence inévitable de la destruction de l’Union soviétique et du démantèlement du modèle socialiste. Lorsque l’URSS et l’alternative socialiste existaient, les États occidentaux vivaient dans un paradigme complètement différent. En particulier, ils étaient obligés de maintenir un niveau élevé de garanties sociales. Dans les années 1970-1980, de nombreux pays d’Europe occidentale avaient des partis communistes très puissants et les patrons craignaient sérieusement l’arrivée au pouvoir de partisans du socialisme, non seulement en Europe orientale, mais également en Europe occidentale. Mais après la destruction de l’Union soviétique, les capitalistes occidentaux ont eu la possibilité de réduire les garanties sociales dans leurs pays et d’importer massivement des migrants qui constituent une main-d’œuvre bon marché. En effet, moins la population active est chère, plus le taux de profit est élevé.

 

Ainsi, a souligné le vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, la chute de l’Union soviétique a entraîné une dégradation du système de garanties sociales non seulement dans notre pays, où les réformistes libéraux continuent de le détruire, mais également dans le monde entier et, surtout, dans une Europe occidentale jadis prospère. Youri Afonine a attiré l’attention des téléspectateurs sur le fait que le problème de l’afflux de migrants concerne également la Russie. La raison en est identique: les capitalistes russes ont eux aussi besoin d’une main-d’œuvre à bas coup. Ils veulent, comme les capitalistes européens et américains, obtenir le taux de rendement le plus élevé.

 

Youri Afonine a rappelé qu’en URSS, il existait également des liens étroits entre les républiques de l’Union, mais qu’il ne s’agissait pas d’importer de la main-d’œuvre bon marché, car les salaires étaient très comparables dans les différentes parties de l’Union et que, le plus souvent, les personnes se déplaçaient car elles souhaitaient bénéficier d’une éducation de plus haute qualité.

 

Roman Babayan, le présentateur du programme, a objecté que de nombreux migrants venus en Europe ne travaillent pas du tout, et bénéficiaient d’avantages sociaux. – Les avantages sociaux ne sont pas payés par les capitalistes, mais par l’État, de sorte que les capitalistes, dans ce cas non plus, ne sont pas perdants, a expliqué Youri Afonine.

 

S’exprimant sur les processus sociopolitiques actuels en Europe, le vice-président du Comité central du Parti communiste a souligné la grave dégradation de sa classe politique. Bien sûr, la stature, par exemple, de Macron en tant qu’homme d’État est totalement incomparable avec celle d’un De Gaulle. Mais les raisons des problèmes européens ne peuvent être ramenées à cela. Et en ce qui concerne la migration de masse, elle est principalement due au fait que le capitalisme maintient la division du monde en un centre exploitant et une périphérie exploitée. Ce système a plus de 500 ans, l’exploitation ne se présente plus sous les mêmes formes, mais elle n’en est pas moins efficace. A cela s’ajoutent les guerres d’agression que l’Occident mène partout dans le monde, détruisant en fait des États entiers – Afghanistan, Libye, Syrie. Les migrants fuient la guerre, la pauvreté, le chômage et l’absence totale de sécurité sociale.

 

Youri Afonine a également souligné que la réaction au problème des migrants en Europe favorisait réellement les succès politiques des «eurosceptiques» et même de mouvements ouvertement fascistes. Mais une telle réaction est également très bénéfique pour les capitalistes européens. N’oubliez pas, a déclaré le vice-président du Comité central du Parti communiste, qu’en général le fascisme a toujours été utile aux capitalistes: dans les années 1920-1930, le fascisme a contribué à la préservation du capitalisme. A l’époque, les ennemis déclarés étaient les Juifs et les Slaves, maintenant ce sont les migrants. Cela garantit une « soupape de sécurité » et ne menace en rien les fondements du système capitaliste. Et si dans la «vieille» Europe, la décence est toujours relativement bien respectée et que le parti de Marine Le Pen ou «Alternative pour l’Allemagne» ont encore plus ou moins la réputation d’être «infréquentables», l’establishment européen ne trouve rien à redire à la présence des néo-nazis à l’est de l’Europe – dans les États baltes ou en Ukraine.

Traduction Marianne Dunlop pour Histoire et Société

 

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le septembre 22, 2019 dans Uncategorized

 

Une réponse à “La destruction de l’état social en Europe est une conséquence de la destruction de l’URSS

  1. CCCP-T

    septembre 23, 2019 at 5:40

    D’accord avec le camarade du KPRF. Quand je pense que certains (dont des membres du PCF) considère que c’est un parti rouge-brun, plutôt brun d’ailleurs ….

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :