RSS

Comment la Pologne est devenue la « Hyène de l’Europe »

21 Sep

Карикатура на Юзефа Пилсудского в советской печати

Illustration : Caricature de Jozef Pilsudski dans la presse soviétique

 

17 septembre 2019

Photo: Boris Efimov/Texte: DmitryBavyrin

https://vz.ru/politics/2019/9/17/998043.html

 

 

La participation de Staline à la dernière partition de la Pologne donne aujourd’hui à Varsovie une raison de l’assimiler à Hitler et de parler de la responsabilité «égale» de l’URSS et du Reich dans le déclenchement de la guerre. Enmême temps, des détails très importants sont délibérément oubliés, car ils exposent la Pologne sous un jour extrêmement noir et en font la «hyène de l’Europe» évoquée par Churchill.

Il y a exactement 80 ans, les troupes soviétiques traversaient la frontière avec la Pologne afin d’annexer les terres de l’Ukraine occidentale et de la Biélorussie occidentale à l’URSS. Cela était impliqué dans des protocoles secrets au pacte Molotov-Ribbentrop, dont le journal VZGLYAD avait auparavant examiné en détail les raisons de la signature. En même temps, l’URSS n’avait pas le choix: l’armée allemande n’allait pas s’arrêter à «sa moitié» de la Pologne et allait de l’avant, de sorte que l’alternative à l’adhésion à l’Union soviétique pour ces régions était de devenir une entité étatique fantoche, entièrement contrôlée par le Reich.

En termes simples, soit l’URSS s’étend sur les terres polonaises, soit elle reçoit une machine de guerre hitlérienne directement à ses frontières.

Dans ces circonstances, une intrigue politique était en jeu – la revanche territoriale dans la direction de l’Est pour la guerre perdue de 1920 faisait évidemment partie des plans de Staline. Il y avait une attitude prononcée en faveur du retour de l’URSS aux frontières de l’Empire russe, une sorte d’exportation du socialisme non pas dans le monde entier (comme sous Lénine), mais au moins dans les limites de ses territoires.

Pourtant, le fait est que Moscou était confrontée au dilemme décrit ci-dessus. Il n’y avait tout simplement pas de troisième option, la solution semblait donc évidente.

D’un point de vue politique, les arrangements étaient presque parfaits. L’Armée rouge n’a franchi la frontière que lorsque la Pologne, en tant qu’État souverain, avait cessé d’exister, lorsque sa capitale était tombée, que les autorités avaient fui et que la guerre avec les Allemands était déjà complètement perdue. Dans de telles circonstances, Moscou s’est engagée à protéger d’Hitler les  » peuples frères « , parce que la Pologne elle-même ne pouvait pas le faireet, il faut le souligner, avait accepté le jeu qui lui était imposé, car, malgré l’annexion de ses territoires, elle ne déclara pas la guerreà l’URSS.

Cependant, le gouvernement polonais moderne décrit ce qui s’est passé exclusivement comme un « coup de couteau dans le dos », attribuant à Berlin et à Moscou la même responsabilité pour « avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale ».

C’est une position extrêmement hypocrite, sachant que la Pologne des années 1930 ne se pensaitpas autrement qu’en confrontation avec l’URSS. La guerre, de son point de vue, aurait dû commencer dans une configuration différente: Varsovie et Berlin contre Moscou. L’idée dite jagellonne, adoptée par Jozef Pilsudski, impliquait la construction en Europe orientale d’un empire fédéral avec la Pologne à sa tête, ce pourquoi il était nécessaire de morceler le territoire de l’URSS. L’élite polonaise était fanatiquement subordonnée à cette idée qui finit par détruire sa raison collective et son existence même en tant qu’entité politique.

D’ailleurs, quelque chose de similaire s’est passé avec Hitler et l’élite nazie dans le même ordre chronologique.

 

La Pologne, à ce qu’elle croyait, était assurée de manière fiable contre une variante alternative de l’évolution des événements (guerre avec l’Allemagne) grâce à des garanties données par la Grande-Bretagne et la France. Varsovie refusaitcatégoriquement de conclure des alliances avec Moscou pour des raisons idéologiques.

Le fait que les événements ne se soient pas déroulés comme prévu (l’Union soviétique a refusé d’être une victime et a tourné la situation en sa faveur) est, bien sûr, une grande douleur, mais la douleur est exclusivement polonaise. En présentantla Pologne comme une victime innocente d’Hitler et de Staline, la Pologne d’aujourd’hui tente de nier l’évidence même, à savoir que l’État de Pilsudski et Cie est à plaindre en avant-dernier lieu, personne ne contestant la dernière place d’Hitler.

C’était un régime autoritaire, clérical et répressif avec des rêves de colonies, de camps de concentration pour l’opposition et despupitres séparés pour les Juifs. Cette Pologne se considérait politiquement et surtout idéologiquement comme un allié naturel du projet nazi.

Pilsudski a été le premier en Europe à signer un pacte de non-agression avec les nazis. Goering assista à ses funérailles qui ont suivi peu aprèset Hitler assista à une messe à Berlin en son honneur.

Le régime, surnommé le « régime de sanations » (c’est-à-dire l’élimination de la « cinquième colonne », communistes, mécréants, pécheurs, juifs, etc.) vivait de pillages, de provocations et de combats incessants avec ses voisins pour leurs terres – avec la Tchécoslovaquie, la Lituanie, l’URSS et diverses formations nationales apparues à la fin de la Première Guerre mondiale comme des champignons après la pluie.

 

Les terres occupées par l’Armée rouge en 1939 étaient à peu près les mêmes que celles que Pilsudski avait conquises au pouvoir soviétique, mettant à profit la confusion révolutionnaire. La riposte des bolcheviks s’était soldée par une défaite militaire pour eux, des dizaines de milliers de prisonniers de l’Armée rouge et des dizaines de milliers d’entre eux exterminés  dans les « camps de la mort » polonais – précurseurs des camps de concentration allemands.

Pour les soviétiquesil s’agissait bien sûr d’une revanche, mais en même temps ils ne faisaient que récupérer ce qui leur appartenait. Et parallèlement (en vuedu rattachement imminent), ils ont rendu à la Lituanie sa capitale Vilnius, qu’elle avait perdue dans le cadre d’une autre intrigue polonaise. Lorsque la Société des Nations avait attribué la ville aux Lituaniens, Pilsudski avait fomenté une mutinerie dans les troupes, occupé la capitale lituanienne, formé l’état fantoche de la Lituanie centrale, pour finalement l’annexer à la Pologne.

LesLituaniens ont été contraints d’accepter ce tour de passe-passe par un ultimatum des héritiers de Pilsudski, soutenus par leur allié naturel Hitler. Pour Varsovie et Berlin, il s’agissait d’une sorte d’échange diplomatique : la Lituanie abandonne sa revendication de Vilnius sous la pression allemande et la Pologne reconnaît l’Anschluss nazi d’Autriche.

Mais le symbole principal de la fraternité polono-nazie était bien sûr la partition de la Tchécoslovaquie démocratique, selon laquelle la Pologne prenait le contrôle de cette partie de la région de Cieszyn qu’elle n’avait pu conquérir en 1919. La cupidité était si forte que même la menace de Moscou de rompre le pacte de non-agression ne faisait pas peur aux Polonais. Cependant, c’est exactement ce qu’ils voulaient, et certains d’entre eux ne le nient même pas.

 « Nous aurions pu trouver une place du côté du Reich presque aussi bien que celle de l’Italie, et certainement meilleure que la Hongrie ou la Roumanie. En conséquence, nous serions à Moscou, où Adolf Hitler et Rydes-Smigly organiseraient un défilé des troupes polono-allemandes victorieuses ». Telle est l’opinion du professeur polonais Pavel Vechorkevich exprimée dans une interview au journal officiel Rzeczpospolita. Cependant, ce journal était coutumier de telles visions du monde.

 

Winston Churchill a comparé le rôle de la Pologne dans la destruction de la Tchécoslovaquie avec le comportement d’une hyène. Et soulignant le courage des Polonais à différentes époques de l’histoire, il a écrit:

 

    «Les plus courageux des plus courageux ont trop souvent été conduits par les plus infâmes des infâmes! Et pourtant, deux Pologne ont toujours existé: l’une s’est battue pour la vérité et l’autre a rampé dans la bassesse. ”

 

Il est à noter que cette citation émane de son livre «La Seconde Guerre mondiale», écrit pendant la guerre froide, lorsque les Britanniques manifestaient déjà pleinement leur opposition au communisme et que le gouvernement polonais émigré, composé de ces «canailles», semblait être un allié évident de Londres.

Un allié aussi évident  que déraisonnable.

À l’époque des événements décrits, Churchill, qui s’opposait farouchement à la ligne  » d’apaisement d’Hitler « , a commenté comme suit les actions de l’URSS contre la Pologne :

«Il est tout à fait clair que les armées russes doivent se tenir sur cette ligne afin d’assurer la sécurité de la Russie contre la menace nazie. Un front oriental a été créé sur lequel l’Allemagne nazie n’osera pas attaquer. Lorsque Herr von Ribbentrop est venu à Moscou la semaine dernière sur invitation spéciale, il a dû faire face au fait que les intentions nazies dans les États baltes et en Ukraine n’étaient pas destinées à être réalisées. »

À long terme, bien sûr, il s’est trompé dans ses prévisions, mais la question polonaise, celle de l’ingratitude noire, n’a cessé de la travailler jusqu’à la fin de la guerre, pour des raisons évidentes. En ce qui concerne l’histoire du soulèvement de Varsovie, le journal VZGLYAD a déjà évoqué le rêve que les héritiers de Pilsudski ont porté jusqu’au bout : sans attendre la chute de Berlin, tourner les baïonnettes britanniques, françaises, américaines, polonaises et peut-être même allemandes vers Moscou. Churchill voyait une menace en l’Union soviétique, mais comme Roosevelt, il était parfaitement conscient de l’utopisme de tels projets et trouvait les Polonais ennuyeux et nuisibles – une force qui avait rompu avec la réalité et cherchait à créer un fossé entre les alliés.

Mais les Polonais s’obstinaient à agir selon le principe « l’impudence est un second bonheur ». Comme dans le cas de l’annexion de la Biélorussie occidentale et de l’Ukraine occidentale. Comme dans le cas de la Lituanie centrale. Comme dans le cas de la partition de la Tchécoslovaquie, lorsque toutes les portes polonaises ont soudainement été fermées aux ambassadeurs des pays alliés, la Grande-Bretagne et la France. Comme dans le cas des préparatifs de sabotage à l’arrière de l’Armée rouge dans la dernière année de la guerre.

Cependant cette même insolence a fini par détruire le «régime de sanations», qui a survécu à la faillite politique en deux étapes – lors des événements de 1939 et après la défaite inévitable du soulèvement de Varsovie. En juillet 1945, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont cessé de reconnaître le gouvernement polonais en exil, mais les autorités polonaises modernes, issues du parti national conservateur  de Kaczynski « Droit et justice », se considèrent comme les héritiers politiques de ces personnes qui ont jadis jeté des millions de leurs concitoyens dans le brasier de leurs opinions politiques inconséquentes.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Pologne a perdu plus de personnes en pourcentage de la population totale que tout autre pays – près de 18 %, soit 6,2 millions de personnes. Mais  » les traits de caractère héroïques du peuple polonais ne doivent pas nous faire fermer les yeux sur sa témérité et son ingratitude qui, pendant des siècles, lui ont causé d’incommensurables souffrances « , écrit Churchill.

Si les fanatiques de Varsovie avaient quitté leurs ambitions impériales exorbitantes, s’ils avaient abandonné leurs projets napoléoniens de confrontation avec l’URSS, s’ils ne s’étaient pas opposés à une alliance commune contre Hitler avec Moscou, Paris et Londres, un grand nombre de ces victimes auraient été évitées.

Mais Varsovie a fait le choix incroyablement stupide de flatter le Sherkhan nazi, car seules des personnes très stupides ne comprenaient pas le caractère inévitable de l’invasion d’Hitler s’il existait un couloir polonais sur la carte et une population allemande à l’intérieur des frontières polonaises. En conséquence, le tigre a englouti la hyène – la réalité n’impliquait tout simplement pas le contraire. Cependant, ses héritiers accusent toujours n’importe qui, et surtout Moscou, qu’ils détestent tant, mais pas leur propre «sang» et leur orgueil national, marquant plus d’un siècle d’indépendance de la Pologne.

Traduction MD pour H&S

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 21, 2019 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :