RSS

Par jakline Boyer : Les petits enfants d’Eltsine et Gaidar.

11 Sep

voici un excellent article du blog de Jakline boyer, « Bordeaux-Moscou », d’une camarade russophone qui multiplie les voyages et qui s’inscrit une fois de plus en faux contre l’image que tentent de produire nos médias sur la situation en Russie et les élections.(note de Danielle Bleitrach)

Publié le par Boyer Jakline

 

Les  années 90, l’effondrement de l’URSS, le démantèlement et le pillage du pays, tout cela hante la société et est symbolisé par ces deux noms : Eltsine et Gaidar.

Le bombardement en 1993 du Parlement, des centaines de morts dedans et dehors. Applaudissements de Bill Clinton et des dirigeants européens, devant le « courage » de Boris Eltsine. Rien n’est oublié.

L’opinion publique, les partis de gauche, KPRF en tête, dénonce la politique  » cannibale » du pouvoir et les analyses de multiplient qui la condamnent.  » Les libéraux » ont eu leur chance, ils doivent passer la main car ils ont mené le pays à la catastrophe.

Et nombreux, universitaires, sociologues, historiens analysent les mouvements de cet été.  Ils distinguent la jeunesse qui manifeste à raison et ceux qui les manipulent. Il y a trop d’analyses concordantes pour que cela ne soit pas signifiant. Voir mon article du 20 août, « Les enfants gâtés »… tout un programme.

Et donc, ils interrogent les organisateurs : quel pays veulent ils? Démocratie et liberté, pour quelle politique économique et sociale alors que la pauvreté s’étend à toute allure, et que des milliards filent dans les offshore?

Et ce sont eux qui désignent ces forces politiques comme les petits enfants d’Eltsine et Gaidar.

Quel est le programme économique et social de Navalny ?

Quelle Russie veulent ils ? J’ai entendu cette question posée dans les débats ou entretiens nombreux. Pas sur les chaînes publiques.

Ici, Navalny est montré comme l’opposant, la perspective politique. Or tel n’est pas le cas.

Ces dernières élections confortent des tendances déjà observées :

Très forte abstention, favorisée par le pouvoir, déplaçant ces élections de fin octobre à début septembre.

La plupart des candidats de Russie Unie se sont présentés sans étiquette, tant le parti est impopulaire. Ce qui n’empêche pas Russie Unie de les revendiquer et de crier victoire. Mais qui sera dupe?

Les candidats du KPRF augmentent leur score partout, jusqu’à doubler par endroit. Je vois qu’en Bachkirie, chez mon ami Rustem, la participation électorale est plus élevée. Très significative, la défaite du candidat du pouvoir à Moscou, battu par le candidat communiste. Les élus communistes représenteront le tiers des élus de la capitale. Grosse surprise pour le pouvoir.

Or, le KPRF n’existe pas chez nos « analystes ».

Le KPRF et ceux qui s’organisent autour de lui, sont la seule alternative possible. Voir leurs propositions dans mon article du 3 août.

Navalny est la solution libéral+. Pas étonnant qu’ils plaisent à « nos » libéraux…

Le monde du travail, lui, est vacciné ! Et les perspectives sont sombres si le cap ne change pas, comme le montre le possible passage à la semaine de quatre jours. Voir mon article précédent.

En même temps, force est de constater le rôle très positif que jouent la Russie et son président pour calmer le jeu au plan international.

 

Quelques éléments de réflexion.

La nouvelle égérie du mouvement de contestation s’appelle Youlia Sobol, 31 ans.

Elle se filme et publie immédiatement sur les réseaux sociaux. Je l’ai aperçue lundi dans C dans l’air consacré aux élections en Russie.

Les commentateurs l’ont trouvée géniale.

Je me suis souvenu aussitôt qu’un responsable politique français qui était perquisitionné à tort, selon lui, avait usé de la même méthode : se filmer et publier en direct… Là, c’était odieux pour nos editocrates…

Bref, on devrait avoir l’habitude de ces pratiques, mais je ne m’y fais pas.

En fait, Youlia Sobol, c’est Xenia Sobtchak 2…. Même milieu, même programme et surtout… même look, signe de reconnaissance…

À gauche, Xenia, à droite Youlia.

 

La feuille de route du président.

Les manifestations de l’opposition libérale, comme les commentateurs occidentaux ciblent exclusivement Vladimir Poutine.

Le parti communiste a une autre stratégie. Il cible le gouvernement Medvedev qu’il accuse , encore mardi à la tribune de la Douma, d’organiser l’échec de la feuille de route du président.

Ces objectifs fixés par Vladimir Poutine au moment de sa réélection supposent de changer de cap. C’est dans ce but que le dirigeant communiste s’adresse au président et lui demande de nommer un nouveau gouvernement. Celui-ci a fait la démonstration de son incapacité à prendre les mesures nécessaires.

D’où la question lancinante posée à l’opposition libérale : quel pays voulez vous ?

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 11, 2019 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :