RSS

Censure: A PROPOS DE L’ESPRIT « BIGOT » ET L’EXERCICE DE LA CENSURE DANS LE PARTI

08 Sep

Etes-vous devenus fous ? je fais simplement mon boulot d’intellectuelle et je défends l’histoire, la connaissance des faits contre tous les négationnismes. Les « staliniens » au sens que vous donnez à ce terme c’est vous. Résultat vous avez réussi à inculquer la peur d’une image aux communistes parce que vous leur avez fait accepter la monstrueuse équivalence Staline égale Hitler et alors que notre histoire est celle d’un immense sacrifice pour vaincre le nazisme, vous avez inculqué non pas la critique légitime du stalinisme, mais l’horreur de leur propre glorieux passé. Et c’est parce que je prétends restituer la mémoire qu’il faut organiser la diffamation autour de moi dont les mémoires ne parlent pas de Staline mais de l’eurocommunisme, de nos combats anti-coloniaux et du Mitterrandisme. Je ne suis pas la seule, vous avez massacré des générations entières de communistes, certains en sont mort de douleur.

Résultat de recherche d'images pour "staline editions sociales collection essentiel"

voici le livre publié en 1983 par les éditions sociales, textes traduits par Françoise Sève et préface de Francis Cohen

Pour des gens qui comme moi avons vécu dans le parti de Georges Marchais, qui avait pourtant opéré une critique du stalinisme, on ne peut qu’être effrayé par le caractère « bigot » des censeurs actuels, d’une démarche qui nous coupe de fait de l’immense majorité des partis communistes, aucun à ma connaissance n’a atteint un tel niveau de négationnisme concernant l’histoire de l’URSS, ce qui revient à travestir notre propre passé puisque nous avons été un des partis les plus proches du PCUS, avant et après la déstalinisation de 1956..

Pour mesurer cette incroyable évolution, je recommande déjà le livre que le parti avait sorti en 1983 dans la collection « essentiel » des éditions sociales et qui présentait des textes choisis de Staline, présentés par une longue introduction de Francis Cohen qui parlait le russe et connaissait parfaitement l’union soviétique ; un tel livre aujourd’hui serait impossible et ceux qui le publieraient seraient accusés d’être des staliniens pourtant il était tout à fait critique du stalinisme…

Autre fait : J’ai été censurées en janvier 2019 par la revue Cause commune pour avoir cité un texte de Lukacs traduit toujours en 1983 par Claude Prévost dans sa présentation de l’oeuvre de Lukacs, pourtant Lukacs quand il écrivait ce texte protestait contre le fait que son pays la Hongrie entrait à Prague avec les troupes du pacte de Varsovie. Censurer Lukacs ce n’est pas faire oeuvre de démocrate antistalinienne, c’est appuyer le sinistre Orban qui l’interdit en Hongrie.

Mon livre qui ne parle pas du stalinisme puisque j’adhère en 1956, au moment de la déstalinisation et que je suis membre du Comité central quand a eu lieu le 22ème congrès qui remet en cause la dictature du prolétariat est marqué d’une manière absurde du sceau de l’infamie que vous avez créé pour les besoins de votre entreprise liquidatrice… Il  a été interdit à l’université d’été en 2019, il a fallu une pression de masse pour que 12 exemplaires soient apportés à la dernière minute et ce dans l’université qui fut la mienne où j’ai créé l’UEC. Mais si 8 exemplaires de mon livre seront à la cité du livre de la fête de l’humanité, je suis interdite de présence parmi les auteurs, ce qui a fait que je n’irai pas à cette fête.

A l’inverse de tant d’autres vous ne m’avez pas découragée d’être communiste, de me battre pour que ce parti existe, d’affirmer honnêtement qu’il est indispensable au monde du travail, à tous les opprimés et même à l’exercice d’une pensée critique.

Aujourd’hui cerise sur le gâteau, j’apprends par la protestation d’un camarade que l’interview donné à l’Avant-garde, toute mention de mon nom est interdite dans la liste Ian Brossat sous prétexte que je serais une « fractionniste », il faudra l’intervention de plusieurs camarades pour lever l’interdit, bien que je sois à jour de mes cotisations. Je n’ose même pas leur dire que je suis une des signataires du « Manifeste » qui l’a emporté au dernier congrès, tant l’animateur parait convaincu de son bon droit. Que me reproche-t-on? De faire connaitre par mes écrits et mon blog la situation internationale et en particulier celle de pays se réclamant du socialisme, de vouloir faire réfléchir les camarades sur notre histoire en particulier sur l’eurocommunisme, sur nos insuffisances stratégiques? Il suffit de laisser courir la rumeur que je serais infréquentable pour que ce livre soit étouffé non seulement par la bourgeoisie ce qui parait normal, mais pour l’interdire aux communistes. On n’a même plus besoin de me faire un procès en bonne et due forme il suffit d’agiter une image, une vague rumeur et ça marche… les réseaux sociaux répandent le mensonge, empêchent que l’on parle du fond… Voilà ce qu’on fait de moi et des communistes… Au profit de qui?

Voyez la photo de ce livre que le parti publiait en 1983, je suis sûre que bien des camarades en la voyant ont éprouvé au moins de la gène : pourquoi parce que depuis plus de vingt ans on leur enseigne une monstrueuse équivalence Staline égale Hitler et ils ont l’impression que je célèbre Hitler. Mais jamais aucun parti communiste digne de ce nom n’a établi une telle équivalence, qu’aucun historien digne de ce nom ne pourrait faire et qui parait une véritable horreur aux Russes eux-mêmes. En 1983, du temps de Georges Marchais, alors même qu’il y avait le 22ème Congrès critiquant le stalinisme et en tirant les conséquences une telle analogie eut paru imbécile et stupide et on pouvait publier ce livre critique.

Non il a fallu une entreprise de démolition de notre histoire pour que nous ayons dans la tête qu’alors que nous avons donné notre sang pour lutter contre le nazisme, nous en étions l’équivalent. Nous avons détruit l’âme de nos militants avec de pareilles âneries. On n’ose même plus s’intéresser au passé, on se signe devant une image comme un bigot faisant le signe de croix devant le diable. Voilà ce que nous ont distillé depuis vingt ans ceux qui nous ont livré pieds et poings liés à la social-démocratie et qui n’ont pas renoncé.

Nous avons affaire à des gens qui ont perdu le sens des réalités et ne savent plus que s’aligner sur la social-démocratie y compris les trotskistes. Leur haine de tout ce qui est soviétique devient maladive. Pour quelqu’un comme moi qui déteste la censure tous ces gens me font penser à Clochemerle. On se souvient que dans ce village, le maire construit une vespasienne sur la place du village ; cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre madame la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu’à procurer un grand soulagement à la gent virile de Clochemerle, est édifiée tout près de l’église où Justine Putet, vieille demoiselle, exerce une surveillance étroite. Je suis à moi seule l’équivalent de cet édicule pour toutes les Justine Putet de notre parti. Pourtant tout ce que je leur dis c’est qu’il faut regarder les ombres et les lumières de son passé étant convaincue comme je le suis qu’en dehors d’une poignée de capitalistes nul n’a intérêt à notre effacement. .

Plus grave encore cela nous soumet de fait aux analyses de la bourgeoisie y compris celles de la social-démocratie, c’est l’instrument de notre subordination idéologique.

Allons reprenons-nous par pitié, il y a d’autres combats que l’antisoviétisme pour défendre le progrès y compris dans le domaine des libertés et de l’émancipation humaine. Que ces justine putet en soient à m’interdire à la cité du livre, à m’interdire dans la presse communiste et maintenant à supprimer toute référence à mon livre y compris un interview de l’avant-garde dans une liste du parti consacrée à Ian Brossat que j’ai soutenu aux dernière européennes, comme je soutiens la direction actuelle de notre parti. Tout cela parce que ces gens sont convaincus que je suis « stalinienne » est ridicule, sinistrement ridicule. Alors que ce sont eux qui témoignent en l’occurrence de leur capacité à se conduire comme ils le reprochent au « stalinisme », leur haine est si hallucinante par rapport à la réalité de ce que je dis et écrit que s’ils avaient été au pouvoir ils m’auraient exécutée avec une formule revisitée de la « vipère lubrique ». La seule nouveauté est que désormais ils acceptent mes cotisations.

Sont-ils réellement convaincue que je suis une « ennemie » ou peut-être ne souhaitent-ils pas que je témoigne justement de ce qu’était le parti au temps où il comptait dans la société française et où l’entreprise d’effacement n’avait pas été menée comme elle l’a été depuis Robert Hue?

Je vous le dis comme je le pense si le parti communiste ne joue plus son rôle nous aboutissons à une situation préjudiciable non seulement pour nous communistes, pour nos idées mais y compris un asservissement aux idées dominantes qui pèse sur l’ensemble de la production intellectuelle française.

Danielle Bleitrach

voici le recueil de textes de lukacs, un de ces textes traduit par Claude prevost dans les années 1985 a été aujourd’hui censuré par la revue cause commune, c’est un des derniers textes de Lukacs , période où il fait une critique du « stalinisme ». C’est dire où nous en sommes dans le délire antisoviétique et la bigoterie intellectuelle.

 

György lukács – textes. introduction, choix et présentation des textes, chronologie et élements de bibliographie de claude prévost. essential messidor – éditions sociales. / livro brochura formato de bolso em muito bom estado, sem restrições.
ISBN 2209056926
Auteur : György Lukacs
Année : 1985
Éditeur : Mesidor
Pages : 400
Langue du livre : Français
Poids : 350 g
Type de reliure : brochure

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le septembre 8, 2019 dans COMPTE-RENDU de LIVRE, HISTOIRE

 

Une réponse à “Censure: A PROPOS DE L’ESPRIT « BIGOT » ET L’EXERCICE DE LA CENSURE DANS LE PARTI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :