RSS

PCdu brésil : Hong Kong, lutte géopolitique et souveraineté de la Chine

20 Août

ytès bonne analyse du parti communiste du Brésil sur les événements de Hong Kong. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

19/08/2019

Le dirigeant communiste brésilien   José Reinaldo Carvalho (*) commente les événements survenus sur le territoire chinois de Hong Kong

Les dernières semaines ont été marquées par des manifestations de plus en plus massives et violentes à Hong Kong.

Les événements survenus dans l’ancienne colonie britannique – depuis 1997, une région administrative spéciale de la Chine, intégrée au territoire et à la structure juridique et politique souveraine de la République populaire – ont attiré l’attention de l’opinion publique internationale et des gouvernements de tous les horizons.

Ce qui avait commencé parune protestation  contre le projet de loi sur l’extradition, projet qui avait déjà été retiré par le gouvernement local, s’est transformé en un épisode de dimensions géopolitiques et est instrumentalisé en vue de réaliser un bouleversement social anti-chinois.

L’interférence britannique et américaine dans les événements à Hong Kong révèle que les forces impérialistes ont l’intention d’utiliser l’épisode comme une autre expression de la « nouvelle guerre froide ».

C’est dans un environnement international déjà tendu, avec une guerre commerciale acharnée menée par les États-Unis contre le géant asiatique et une ingérence dans les affaires intérieures de la Chine. Les ventes d’armes américaines à Taiwan malgré la protestation de la Chine et la navigation de navires de guerre autour de la mer de Chine méridionale sous le prétexte américain de protéger la liberté de navigation ont augmenté.

Le soutien des puissances impérialistes et des médias au service des manifestations de Hong Kong montre également qu’une nouvelle tentative de « révolution des couleurs » est en cours, comme tant d’autres au cours des deux dernières décennies sous l’influence des chancelleries occidentale. et des organisations non gouvernementales. ce qui a déjà eu lieu  à Hong Kong  en 2014, également sous la bannière de la «démocratisation».

Les «révolutions de couleur» sont généralement fondées sur les revendications populaires, exploitent l’insatisfaction, les plaintes légitimes et les aspirations démocratiques. Les chancelleries des pays impérialistes manipulent ces sentiments et fomentent des actions violentes au nom de la justice, de la démocratie et des droits de l’homme.

Les actes de la semaine dernière à Hong Kong ont trait à la violence dans les rues, au blocus de l’aéroport, aux incendies criminels, aux bus et autres moyens de transport, à l’invasion du parlement   local, à la profanation de symboles nationaux chinois et à la levée du drapeau britannique sur le Parlement.

En ce qui concerne les pratiques  symboliques, les drapeaux des États-Unis et de la Grande-Bretagne sont nombreux lors des manifestations, de même que des affiches appelant Hong Kong à se replacer sous  le contrôle de son ancienne autorité coloniale, à la séparation de la Chine et à l’adoption du Modèle occidental de «démocratie».

Les épisodes survenus à Hong Kong ont déjà débouché sur une confrontation diplomatique entre la Chine et les États-Unis, dont le président, dans un autre acte d’ingérence, s’est prononcé pour dire ce que la Chine devrait faire ou ne pas faire et mettre en garde sur le fait que  la superpuissance américaine réagira si le pays asiatique entrave vigoureusement la tentative de sécession.

Mais Trump et le monde entier doivent concevoir la notion élémentaire que la Chine a le droit, en effet, de prendre les mesures qu’elle jugera appropriées pour empêcher l’irrédentisme et la séparation du territoire de Hong Kong.

Pour une raison simple: Hong Kong est une affaire intérieure chinoise, car de jure et de facto, il fait partie intégrante inaliénable de la République populaire de Chine, qui a la pleine souveraineté sur ce territoire. La demande de séparation de Hong Kong de la Chine constitue une attaque ouverte et directe contre sa souveraineté nationale.

Le gouvernement chinois a d’ores et déjà annoncé qu’il interviendrait militairement pour défendre la souveraineté de la Chine sur Hong Kong, a qualifié les actes de violence les plus extrêmes d’actes terroristes et a averti qu’il ne tolérerait ni ne soutiendrait la sécession provoquée par  les États-Unis. ou un autre pays

Hong Kong fait partie du territoire chinois. L’île fut envahie et occupée par les Britanniques lors de la première guerre de l’opium en 1840. Le traité de Nanjing imposé par la couronne britannique au gouvernement de la dynastie Qing chinoise établit la livraison de Hong Kong par la Chine à la Grande-Bretagne. Au cours de la deuxième guerre de l’opium, la Grande-Bretagne et la France ont obligé le gouvernement chinois à signer la Convention de Beijing de 1860, qui a entraîné la séparation de la péninsule de Kowloon, dans le sud du pays.

Plus tard, après la guerre sino-japonaise de 1894-1895, la Grande-Bretagne a forcé le gouvernement chinois à signer la Convention d’extension de Hong Kong de 1898. Selon ce document, les nouveaux territoires et 262 îles voisines ont été loués. en Grande-Bretagne pendant 99 ans, le bail expirant le 30 juin 1997.

La main mise de la Grande-Bretagne sur Hong Kong a été l’un des épisodes les plus humiliants de l’histoire chinoise.

Peu de temps après le début de la politique de réforme et d’ouverture (1978), le dirigeant chinois Deng Xiao Ping a formulé le principe «un pays, deux systèmes», d’abord proposé pour résoudre le problème de Taiwan.

Ce concept signifie que, partant du principe qu’il n’y a qu’une seule Chine, le continent conserve le système socialiste, tandis que Hong Kong (ainsi que Macao et Taiwan) maintiennent le système capitaliste pendant longtemps et deviennent gouvernés comme une région administrative spéciale. dans le cadre de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale de la Chine.

La formule intelligente et innovante visait à résoudre le problème de la réunification pacifique du pays.

En décembre 1984, les gouvernements de la Chine et de la Grande-Bretagne ont signé la déclaration commune sur le problème de Hong Kong. En 1985, l’Assemblée populaire nationale de Chine (parlement) a décidé de créer un comité de rédaction de la loi fondamentale pour la région administrative spéciale de Hong Kong, approuvé en 1990.

Le 30 juin 1997, la Chine a définitivement assumé l’exercice de la souveraineté sur Hong Kong, mettant ainsi fin à son histoire de régime colonial dans le pays.

La mise en œuvre réussie de la politique «un pays, deux systèmes» a également assuré le retour de Macao (ancienne colonie portugaise) en Chine en 1999 et a ouvert la voie à la résolution du problème en suspens à Taiwan et à l’achèvement du la réunification de la nation.

Dans un monde semé de conflits, la défense de la paix et la démocratisation des relations internationales sont indissociables du respect scrupuleux du principe de la souveraineté nationale et de la décision expresse du gouvernement chinois et de son peuple de créer une seule Chine.

(*) Journaliste, éditeur du site Résistance, membre de la Direction nationale du Parti communiste du Brésil

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le août 20, 2019 dans Chine, HISTOIRE, INTERNATIONAL

 

Une réponse à “PCdu brésil : Hong Kong, lutte géopolitique et souveraineté de la Chine

  1. pam

    août 20, 2019 at 10:53

    danielle, petite erreur.. il s’agit du PCdoB du Brésil et pas du PCP…
    pam

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :