RSS

La petite tortue sur le mat et les victimes réelles du changement climatique

27 Juil

Si je vois une tortue au sommet d’un mat je me demande qui a déposé là la tortue. Qui a déposé cette gamine dans une assemblée nationale française qui après avoir applaudi à tout rompre son discours sur l’écologie a voté sans état d’âme le CETA?

POurtant Il y a pas plus écologique que moi, je pratique le tri selectif, j’ai renoncé à la voiture, je prends le train et pas les cars Macron et je refuse le climatiseur individuel c’est pour ça que j’ai l’impression que l’on me prend pour une truffe.

Ce que je voudrais que l’on dise, c’est que les principales victimes du changement climatique sont les pauvres de tous pays, les morts d’aujourd’hui en France sont les ouvriers contraints de continuer leur labeur dans des conditions plus qu’éprouvantes, ceux qui rentrent dans des transports surchauffés, ceux qui ont les moyens de se faire climatiser une île paradisiaque ou des « tours » n’ont aucune raison de prendre conscience, pas plus que ceux qui s’empiffrent de vins à 500 euros la bouteille et de homard dans les ors de la république. Donc l’écologie si elle est vraiment préoccupé de la survie des espèces en particulier l’être humain doit partir des plus exploités et des plus faibles et pas des « planqués », autrement le discours apocalyptique est une hypocrisie de plus et une manière de ne rien faire.

ce que je voudrais c’est que l’on arrête de me faire croire que c’est moi le pollueur pour mieux m’empêcher de réfléchir aux moyens scientifiques et techniques que nous avons pour faire face à une grande échelle, que l’on arrête de me dire que la solution est dans la régression au stade des cavernes, alors que l’on détruit nos atouts de recherche et d’éducation. Bref que dans un pays où les marchands d’arme sont propriétaires des médias on fasse silence sur le nucléaire militaire pour mieux faire du nucléaire civil l’objet de fantasmes.

les bobos encore ménagés diront avec le gourou Rabbhi: il faut changer les consciences pour changer le monde, mais au vu de ce que subissent déjà les exploités, nous nous dirons : il faut changer le monde, tout son mode de production, des rapports de classe pour changer les consciences et cela passe par la prise en compte des conditions matérielles vécues par chacun qui détermine aussi la responsabilité des uns et des autres, alors que certains tentent de nous transformer en acteur de notre propre destruction, l’idéologie nous transforme en sujets des méfaits du capital, à tous les sens du terme sujet.

comme nous tous je suis pour le moins encompétente sur toutes ce questions mais ce dont je suis assurée c’est que je ne crois plus ni en nos gouvernants au main des assurances privées et des marchands d’arme pour contribuer à autre chose qu’au gonflement des profits, ni dans les campagnes que périodiquement ils alimentent pour orienter à la dernière minute mon vote. Pas plus que je ne crois qu’eils veulent faire de la police et de l’armée les moyens de la sécurité des citoyens.

les faits sont là et ils sont têtus.

Danielle Bleitrach

Publicité
 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 27, 2019 dans civilisation

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :