RSS

Contre le théâtre politique. Dans le Texte. Olivier Neveux par Judith Bernard

16 Juil

Disons tout de suite que je’ n’a pas encore lu ce livre, mais j’ai été alerté part Gilbert raymond et surtout par ce que j’ai vu au festival d’Avignon et qui a donné lieu à une rapide critique dans ce blog. la manière dont le théâtre se rétracte, l’espace qui devient le sien (1)… est-ce qu’ils croient vraiment à l’apocalypse qu’ils dépeignent? C’est parce que comme  Olivier Neveux j’aime le théâtre  et je m’intyéresse comme luii à la rencontre entre le théâtre et la politique, leur apport mutuel que j’entends son propos. Le rejet n’est pas de ce lien mais l’obligation faite que le théâtre soit à la fois militant mais qu’il ne bouscule pas l’ordfre établi et joue dans le consensus, d’où l’absence de vérité du message que ce nouvel académisme s’obstine à délivrer. le spectacle architecture est à la fois l’illustration de ce que dénonce Olivier Neveux et l’incarnation talentueuse de l’impuissance du théâtre politique., le tout à travers le rappel de la famille Mann.Jamaos échec fut plus approprié à son sujet.  (note de Danielle Bleitrach)

Architecture embrasse le destin d’une famille autrichienne, de l’aube de la première guerre mondiale à la veille de la seconde.

On a un peu honte. Quand on s’intéresse à la politique et qu’on fréquente les milieux militants, on ose à peine dire qu’on fait du théâtre : on a l’impression d’avouer une coupable faiblesse pour un art qui conjugue la ringardise et l’impuissance. On s’est si souvent ennuyé au théâtre qu’on comprend parfaitement que tant de ceux qui ont soif d’urgence et d’efficience s’en soient définitivement détournés – on ne va pas leur chercher querelle. Le théâtre forme ainsi un monde paradoxal où, sous des airs d’art déclamatoire, on se tait beaucoup : petit monde trop fragile pour polémiquer, trop soucieux de sa propre survie pour oser discuter de ses propres faiblesses.

Olivier Neveux a ce courage : il cherche querelle. Non pas à ceux qui s’en sont détournés – c’est bien leur droit – mais à ceux qui ont, en la matière, des responsabilités : ceux qui le financent, d’une part, et ceux qui le pratiquent, d’autre part. Professeur d’histoire et d’esthétique du théâtre à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, il est infaillible sur l’histoire du théâtre politique, comme sur l’évolution des politiques culturelles en France : il pose sur la production théâtrale contemporaine un regard extrêmement documenté, qui sait à la fois toute la puissance subversive dont le théâtre politique est capable, et toutes les misères à quoi il se laisse réduire, sous l’effet conjugué du mépris ignorant des politiques en charge de financer le service public de la culture, et des paresses insidieuses des artistes qui sont censés le faire vivre.

Car c’est surtout à eux, les praticiens, que se destine Contre le théâtre politique, son essai tout juste paru à la Fabrique. Le texte se propose comme une « contribution » à la réflexion, indispensable, dans un milieu gagné par une léthargie ou une pusillanimité suicidaires. « Il se destine aux innombrables personnes qui, ici et là, s’échinent à mobiliser le théâtre contre le monde ». Olivier Neveux sait bien que le seul souci de la persistance absorbe une grande part de l’énergie des compagnies de théâtre et des lieux qui le diffusent : ce n’est pas seulement un « intellectuel » spécialisé dans la théorie théâtrale, c’est essentiellement un spectateur follement assidu, qu’on peut croiser dans les salles de spectacle plusieurs soirs par semaine, et puis encore dans des espaces de répétition, en compagnonnage étroit avec certains artistes dont il suit le travail de création. Cette fréquentation scrupuleuse lui vaut, dans le milieu, une affection et une estime considérables – pour tout dire, on le chérit.

Et on ne le chérit pas moins après avoir refermé son livre ; car la querelle semble chez lui une forme de l’amour. On lui sait gré de dire si bien toutes les questions qui nous hantent, d’articuler si nettement les problématiques qui nous travaillent. Dans l’océan ténébreux où nous naviguons à la seule lueur de nos désirs entêtés et de nos maigres certitudes, il allume quelques phares, fait mieux voir les écueils, signale les récifs qui pourraient nous être fatals.

Contre le théâtre politique s’offre ainsi à la fois comme un réquisitoire contre un attelage systématique et paresseux – celui du théâtre et de la politique comme s’il allait de soi, et qu’il suffisait de le déclarer pour servir et la politique, et le théâtre – et comme l’exhortation à renouer avec l’un et l’autre termes (contre, tout contre le théâtre politique), à se ressourcer à sa vitalité qui se soucie moins d’émanciper autrui que de s’émanciper lui-même. Et c’est bien une querelle, et non une leçon : à la manière de Rancière, qui inspire une grande part de ses méditations, Olivier cultive cette sorte d’exigence qui consiste à stimuler sans écraser, à interpeller non pour sanctionner, mais pour nous mettre debout et vivants, et ce faisant, à nous rendre à notre puissance, d’artiste ou de spectateur.

Judith Bernard.

https://www.hors-serie.net/Dans-le-Texte/2019-07-13/Contre-le-theatre-politique-id365?fbclid=IwAR32ER2ZOuz15_Ke9bXVlerqKY0IXc7EpMkd1FqQ3nb0ThMBDYJCw2acdCU

(1)  https://histoireetsociete.wordpress.com/2019/07/15/petite-echappee-theatrale-le-festival-davignon-ou-la-chute-de-lempire-et-le-heros-moderne/?fbclid=IwAR2_sjGoYgsKMGdzUT0nnQkrZiNP9TWNP3cMB-46CIT1u8BvBhpiAqJ52fE

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :