RSS

Les dernières élections européennes: des chiffres pour éviter de dire des bêtises.

13 Juin

Voici un travail formidable réalisé par PAM. S’il ne m’en veut pas trop je vais vous dire ce que je disais à mes étudiants de sociologie: ne vous laissez pas impressionner par les chiffres et dites vous bien qu’on ne laisserait jamais partir un avion avec le degré de certitude qu’un sociologue a sur ses chiffres. mais cela étant dit comme l’expliquait Bourdieu ‘les statistiques sont un adjuvant épistémologique » (ça veut dire qu’il évitent de dire n’importe quoi à partir d’impression et de manipulations médiatiques). Ils vous alertent et c’est ce que fait admirablement cette analyse de PAM. (PAM c’est Pierre Alain Millet). Bonne lecture (note de Danielle Bleitrach)

 

La médiatisation de la vie politique repose entre autres sur un effet de dramatisation de tout évènement pour capter l’attention, le « temps de cerveau disponible » comme disait un publicitaire. Et il faut en faire toujours plus pour maintenir l’intérêt ! Faisons donc attention à ne pas nous laisser entrainer dans les vagues médiatiques en les prenant pour le réel. Ainsi des résultats des élections européennes…

Quand on nous dit que les 13% de EELV sont un évènement, on oublie souvent que ce parti avait réalisé 16% aux européennes de 2009 et 6% aux législatives suivantes…

Quand on nous dit que les jeunes ont voté à 25% EELV pour le climat, il faut dire aussi que le RN est deuxième à 15%, et surtout, ils n’ont voté qu’à 39% ce qui ramène la mobilisation des jeunes à 10% des inscrits… qui plus est très urbains et éduqués…

Et quand on évoque l’échec de la liste PCF, on oublie de dire que c’est mieux qu’à la dernière élection où le PCF se présentait lui-même, les présidentielles de 2007 et 1,9% de M.G. Buffet

Alors, peut-on prendre un peu de recul sur les résultats pour tenter de les remettre en perspective ?

Les tableaux ci-dessous représentent les résultats par grande famille politique depuis les législatives de 1993, dernières de l’ère Mitterrand. A cette époque, le FN s’est déjà installé dans le paysage politique, captant un vote populaire et notamment ouvrier. Le PCF dont la base militante reste solide, a déjà décroché justement du monde ouvrier. La gauche a déjà cessé de porter l’espoir de « changer la vie », bref, les grandes caractéristiques de notre situation politique après l’aventure du programme commun et de l’union de la gauche sont en place.

Les résultats sont regroupés en grandes familles, Retour ligne manuel
- la gauche « radicale », avec les communistes, la France insoumise et l’extrême-gauche Retour ligne manuel
- le parti socialiste et ses alliés proches Retour ligne manuel
- les écologistes Retour ligne manuel
- le centre (du modem à macron) Retour ligne manuel
- la droite classique Retour ligne manuel
- l’extrême-droite

Le premier graphique montre ces résultats, et cumule le total des voix de gauche et écologistes, comparé au total des voix du centre et de droite. Cependant les résultats semblent très dépendants de l’élection avec des hausses et des baisses. La visualisation ne donne pas l’impression qu’il y a une « tendance à cette échelle de presque 30 ans…

C’est pourquoi on peut chercher à représenter une tendance longue de chacun de ses résultats, représentée par une droite qui représente le mieux une série de résultats par regroupement. Le deuxième schéma présente ces « tendances » qu’il est simple de calculer. Ces tendances ne montre qu’un aspect des résultats, s’il sont plutôt à la hausse ou plutôt à la baisse. On peut supposer que certains se sont inversés dans la période, et on peut le vérifier en utilisant non une « droite » pour représenter une tendance, mais une courbe, mais cela ne remet pas en cause la tendance longue que ce schéma montre

On constate ainsi ce que nous savons d’expérience, il y a un déplacement important des votes vers la droite. Le total centre + droite + extrême-droite est en nette augmentation, de 5 points, avec un total centre + droite qui s’affaiblit, perdant un peu plus de 3 points, ce qui veut dire que l’extrême-droite en gagne elle un peu plus de 8 !

Mais le total gauche + verts baisse encore plus (-5 points) que la droite. Ce total gauche + verts est très hétérogène, puisqu’à l’intérieur le PS est en forte baisse de plus de 9 points, alors que la gauche radicale est stable, et que les écologistes gagnent 3 points… Voila une lecture du contexte des européennes de 2019 qui tranche un peu sur les réactions médiatiques immédiates…

Au total, les plus fortes tendances sont l’affaiblissement du PS et la montée de l’extrême-droite. Si on cherche les éventuelles inflexions, on constatera que l’affaiblissement du PS commence au milieu de la période avec les présidentielles de 2007, même si Hollande a réussi un bon coup en 2012, et qu’à l’inverse, l’extrême-droite a au contraire un creux autour de 2007 avant de repartir fortement à la hausse ensuite.

Le 11/06/2019 à 20:12, Joël Yan a écrit :

Merci pour ce tableau, il montre l’écrasante responsabilité du PS qui a favorisé avec sa politique libérale et les reculs sociaux  qui en résultent, l’instrumentalisation systématique du FN, la banalisation de son idéologie largement utilisée par une droite en voie de radicalisation.

En ce qui nous concerne, nous payons à mon avis la faiblesse idéologique du PCF « refondé » et les tentatives d’effacement qui nous ont conduit d’une « tutelle » (vis à vis du PS) à une autre (tentatives d’alliance avec des gauches dites radicales ou avec la gauche de la social-démocratie) sans avoir jamais (ou trop tard)  clairement défini et qualifié la politique de droite menée par le Hollandisme.

Joël

Le 09/06/2019 à 21:33, pam utopies a écrit :

salut à tous…

en attendant la déclaration du réseau discutée en conférence téléphonique…

un petit travail graphique … merci de vos réactions sur son utilité…

il montre les tendances aux élections politiques nationales hors présidentielles ce qui me semble le concentrer sur les rapports de forces des partis…

ces tendances statistiques cherchent le taux d’évolution moyen sur 25 ans…  Ce chiffre ne correspond pas à une différence entre deux votes particuliers, mais la « pente » de la droite qui représente le mieux l’évolution des résultats…

il commence à la fin de l’ère Mitterand… le FN est déja installé, le PC a déja perdu  le vote ouvrier, et la gauche toute perspective de transformation sociale…

il me semble qu’il montre

– le rapport de forces global favorable à la droite, mais comme une tendance de long terme, et reposant sur le poids considérable du FN, la droite classique cumulée s’affaiblit, même si moins que la gauche

– une relative stabilité d’un vote de gauche « radical », cumulant PC, FI et extrême-gauche… qui est en cumul du même ordre de grandeur que le vote vert…

– un progrès limité du vote écologiste ne compensant pas l’affaiblissement du PS (qui se souvient que les écologistes dépassaient 16% en 2009, 11% en 1999 ?)

– la recomposition, à droite avec l’effondrement de la droite traditionnelle, à gauche avec l’affaiblissement marqué du PS

selon les commentaires, je le publie ou pas sur le site…

pam

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le juin 13, 2019 dans POLITIQUE

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :