RSS

Pourquoi je vais voter communiste, pour la liste de ian brossat

21 Avr

Ecrire mes mémoires m’a permis de repenser ce que j’ai vécu depuis plus de 20 ans de désaccord avec les directions successives du parti et l’inamovible direction de l’Humanité.

Disons tout de suite que si j’ai pu penser differement je le dois à des circonstances de ma vie personnelle, en l’occurence à ma recontre avec Cuba et le combat que cette île, son peuple menait contre l’impérialisme. C’était très concret, cela signifiait  avoir faim,  ne pas avoir de savon pour le peuple le plus propre du monde, pas de médicament, pas d’essence, faire des kilomètres à pied le ventre vide pour se rendre à son travail. Je les ai admirés et j’étais de plus en plus choquée de ce que je lisais dans l’Humanité, des sottises comme celles de Régine Desforges qui ne s’intéressait qu’au petites gamines de 15 ans jouant les putes pour 1 euro à la journée… Cela faisait partie de la réalité, mais il y avait celle de mes amies luttant au jour le jour pour que les enfants aillent à l’école propres, le gouvernement leur assurant un minimum… Je protestais mais quand j’ai vu le même journal sous prétexte de défense des libertés emboiter le pas à Robert Ménard contre Fidel Castro, publier une libre opinion de Bernard lavilliers se moquant de Castro en utilisant un livre de gabo, (gabriel garcia marquez). Alors que le dit Gabo soutenait lui de toute ses forces son ami Fidel et cette vilénie le lendemain du jour où l’île héroïque avait été dévatée par un cyclone Michelle. Trop c’était trop.

J’étais confronté à l’héroïsme, le vrai celui qui doit faire face avec humanité et dignité aux petites choses de la vie et ne réclame ni honneur, ni gloire mais le droit à rester debout, l’éternel combat des communistes. Malgré leur faim, leur misère, les Cubains défendaient la culture, le savoir, l’environnement… Pas de pesticides, les abeilles prospèrent dans l’île et les écoliers à qui ils manquait des crayons ont un des niveaux les plus élevés en toutes disciplines, ils ont eu droit au moins à un repas par jour, à un uniforme décent,  les médecins cubains sont allé soigner le monde entier, ils ne donnaient pas ce qu’ils avaient en trop, ils donnent le peu qu’ils ont… Non seulement malgré leurs souffrances, ils n’étaient ni antisémites, ni anti-quoique ce soit d’autre mais ils ne confondaient pas le peuple américain avec ses dirigeants et célébraient le 4 juillet… Peut-être aimaient-ils un peu trop le rhum, faire l’amour et danser, de la base au sommet mais ils ont un tel humour…

Il jouissent du respect universeil… Etre communiste c’est cela… Comment pouvait-on ne pas adhérer à un tel combat?

Entre cette vilénie de l’Humanité et la réflexion de mon ami Henri Malberg me disant que nous n’avions plus le courage de soutenir Cuba parce que jamais l’île ne tiendrait et que quand elle chuterait les militant n’en pourraient plus de douleur, il y a l’ignoble et ce qui peut être entendu, compris. J’ai compris ce que me disait Henri et j’ai méprisé, haÏ  ce qui était fait de MON journal, celui que depuis plus de quarante ans ans j’ai lu tous les matins et que désormais je n’achète plus. D’un côté, on pouvait baisser les bras, de l’autre on se rangeait aux cotés des impérialistes.

Encore aujourd’hui j’ai appris à comprendre la dureté des combats et ce que me disait mon mari: « si tu n’en peux plus quitte la charette, mais ne la laisse jamais s’éloigner trop ». On peut doute, baisser les bras et rester communiste et remonter dans la charette parce qu’on ne peut pas agir autrement. Combien d’entre vous ont quitté le parti, ont mené des combats dans le CGT, dans des associations caritatives? d’autres se sont refugiés dans la France insoumise, la canada Dry de notre parti, tout a été fait par les « directions » pour qu’il en soit ainsi.

En ce moment, où  certains continuent à me faire la réputation d’une stalinienne sans âme alors qu’eux se présentent comme les défenseurs des droits de l’homme, épris de liberté, il y a encore et toujours ce que je peux comprendre et ce qui relève de l’ignominie, de la diffamation, de l’alignement sur les ennemis et croyez moi je ne suis pas la seule à subir, un  jour on fera le bilan de tout ce gachis, de cette autodétestation qui a si puissamment aidé l’ennemi et pire encore a laissé notre peuple désarmé.

D’abord je crois que si je n’avais pas été à Cuba et dans des tas d’autres pays de cette planète et jamais en touriste je n’aurais pas plus que mes compatriotes le moindre doute sur le fait que nous Français avons le droit de donner des leçons de démocratie voir d’humanité à la planète.

Si nous avons accompli de telles dérives, soutenu y compris les ignominies en Libye et en Ukraine ce fut en suivant la social démocratie qui aujourd’hui se donne comme candidat rafaêl Gluksmann, l’homme mouillé jusqu’au cou dans ce qui se passe dans les pays de l’Est, dans la malheureuse Ukraine et qui le fait au nom de son amour pour l’Europe…Nous avons perdu la confiance en nous mêmes et voulu nous faire accepter. mais les temps sont en train de changer et on a besoin que nous nous réveillions. Notre peuple si combattif erre à la recherche d’une perspective politique, nous ne la construirons pas seuls, mais sans nous elle n’existera pas. sans nous, pas des succédannés de la social démocratie mais bien les COMMUNISTES.

Quelque chose de nouveau a surgi dans le PCF lors du dernier congrès, quelque chose qui nous donne l’espoir d’un renouveau. Tant qu’il y a eu un parti communiste digne de ce nom avec sa presse, ce journal que l’on vendait un dimanche et en qui on avait confiance même si l’on ne votait pas communiste, tous ces gens là se sont heurté à une force que l’on ne pouvait pas acheter, incorruptible. Elle ne demande qu’à renaître, la nausée qui emplit les coeurs devant le spectacle de la vie politique, de cette toute puissance de ceux qui croient tout pouvoir acheter ne doit pas donner de la force aux hommes de main du capital, l’extrême-droite surtout quand elle prétend défendre la nation contre ces gens-là. On ne peut pas laisser passer la chance de voir la vie politique redevenir différente, de ne pas laisser des sangsues qui détruisent l’humanité et la planète flanqués d’hypocrites et d’hommes de main gouverner notre futur. Ils ne peuvent pas tout acheter toujours et tout le temps.

Chacun sait que je n’ai pas de parti à préserver quand il se conduit mal, je n’ai jamais rien attendu de personne et encore moins à mon âge, mais malgré tout ce que j’ai eu et ai encore à reprocher aux communistes, je sais qu’il n’y a que d’eux que peut surgir le renouveau. Etre pessimiste est un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre, il faut tous ensemble ouvrir grand une porte entrouverte. Ce qu’il reste à accomplir est gigantesque maias il faut bien commencer.

le principal obstacle est l’innocence des victimes, ils ont tant d’angoisse au coeur pour faire face aux choses de la vie qu’ils n’arrivent même pas imaginer le degré de corruption et de férocité de ceux qui sont prêts à faire sortir l’argent des pierres pour leurs seuls intérêts. mais cette innocence est aussi une grande force et les communistes sont les seuls à pouvoir être en prise directe sur elle, à se battre pour l’essentiel.

C’est pourquoi il faut que tous nous nous rassemblions autour de la liste de ian brossat, au-delà des enjeux immédiats, elle a la signification d’un retour du parti, la seule force capable de se régénérer et de mener le combat qui a toujours été le leur et dont nous avons tous le regret et mieux encore un besoin profond.

Ce sera le sens de mon vote et c’est déjà celui de mes « mémoires », du passé pour le futur.

Danielle Bleitrach

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises, foule et intérieur

un repas républicain autour de la candidature de Ian Brossat à Bonneuil sur Marne. Le parti se mobilise et mobilise largement. Quelque chose est en train de naitre… Quel que soit notre score a&voir le courage de présenter une liste communiste, une liste d’une telle composition qui en ce 21 avril où l’on célèbre le droit de vote des femmes (ame,ndement rédigé par le Communiste fernand Grenir)  va faire élire une femme ouvrière.

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le avril 21, 2019 dans mon journal, POLITIQUE

 

Une réponse à “Pourquoi je vais voter communiste, pour la liste de ian brossat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :