RSS

Déclaration du Présidium du Comité central du Parti Communiste d’Ukraine – traduction Nicolas Maury

14 Avr

 

Le Parti Communiste d’Ukraine (KPU) appelle à battre le tyran Porochenko
La campagne pour l’élection présidentielle en Ukraine se déroule dans une situation de vive opposition entre oligarques, forces politiques progouvernementales, corruption totale d’électeurs et intimidations de formations nationalistes et néo-fascistes militarisées, violations flagrantes de la Constitution d’Ukraine et des lois électorales, contrôle et influence du système électoral.

Des millions de citoyen.ne.s ukrainien.ne.s vivant dans les régions du Donbass, où la guerre civile se poursuit depuis six ans, ou travaillant en Russie, sont officiellement privé.e.s de leur droit constitutionnel et de la possibilité réelle d’élire le chef de l’État. En violation de la Constitution, le Parti communiste a été à nouveau illégalement privé du droit de participer aux élections présidentielles.

Dans le même temps, le premier tour des élections a révélé des tendances importantes, indiquant que des changements importants sont en train de se produire dans la société ukrainienne. Une écrasante majorité des citoyen.ne.s ont montré qu’ils haïssaient, condamnaient et rejetaient le régime de Porochenko, qui promettait de « vivre d’une manière nouvelle », qui promettait de mettre fin à la guerre dans le Donbass, mais qui a fait des milliers de victimes, de centaines de milliers de réfugié.e.s, l’effondrement de l’économie nationale , perte effective de la souveraineté de l’Ukraine sur l’État et d’une partie importante de son territoire, imposition violente d’une idéologie nazie odieuse et de pratiques politiques fascistes.

La république avancée de l’époque soviétique est devenue un pays européen désindustrialisé, arriéré, pauvre et mourant.

Plus d’un tiers des voix en faveur de Vladimir Zelensky, qui n’a aucune expérience des activités politiques et étatiques, montre qu’un grand nombre de citoyen.ne.s, en particulier les jeunes, demandent des changements radicaux et rejettent les politiciens actuels. Ils sont prêts à donner le pouvoir suprême dans l’État à de nouvelles personnes, si elles promettent de changer fondamentalement la situation dans le pays, de mettre fin à la corruption et à l’extorsion.

Les politiciens qui étaient déjà au pouvoir, impliqués personnellement dans de nombreuses violations et crimes n’ont pas reçu le soutien souhaité: ils représentaient le «parti de la guerre», mais des promesses bruyantes de diverses concessions pour la population, en particulier, pour baisser le prix de l’essence, n’ont pas trouvé d’échos. Dans le même temps, la réaction d’une partie des retraités aux compléments ponctuels de pensions en mars et avril et leur indexation aux élections indiquent que la société est très lentement libérée de la perception crédule de la démagogie sociale.

Il est important que dans des conditions de pression insensée, d’intimidation et de terreur, ainsi que de scission des forces de l’opposition sous l’influence de clans oligarchiques, un électeur sur six a voté pour des candidat.e.s qui, sous une forme ou une autre, préconisaient la fin de la guerre dans le Donbass, ce conflit fratricide dans cette région et la restauration des relations de bon voisinage avec la Russie, pour la fédéralisation de l’Ukraine tout en maintenant son intégrité territoriale et en revenant à la seule politique acceptable par le pays.

Les élections ont également montré que Porochenko avait créé une «nation ukrainienne politique unique», imposé une ukrainisation violente, l’idéologie nazie, créé la soi-disant Eglise orthodoxe de l’Ukraine contre la volonté de millions de compatriotes, placé l’Etat dans le giron de l’UE.

Il existe de nombreux groupes militarisés dans le pays, parmi lesquels des dizaines de milliers de personnes combattent dans l’est de l’Ukraine, professent l’idéologie du nationalisme intégral de Dontsov et recourent à des méthodes violentes et criminelles. La plupart d’entre eux sont subordonnés aux structures du pouvoir officiel – le ministère de l’Intérieur et le service de sécurité de l’Ukraine. Selon diverses estimations, il y a entre 5 et 7 millions d’armes à feu entre les mains de la population, il s’agit d’un grave danger.

Les élections montrent également que le régime anti-peuple a réussi à évincer les forces de gauche de l’arène politique. Dans le même temps, les forces ouvertement nationalistes-radicales ont voté pour la candidature de Porochenko.

Ces facteurs détermineront le contenu et la nature de la lutte politique au cours de la deuxième phase de la campagne pour l’élection présidentielle et des élections ultérieures à la Verkhovna Rada d’Ukraine, qui seront, ce qui est déjà évident, toutes aussi violentes, sales et corrompues que lors de la première phase.

Les déclarations de Porochenko après la sortie du second tour des élections montrent qu’il continuera à défendre la poursuite de sa politique de confrontation armée avec la Russie, jusqu’à une guerre totale avec elle, pour accélérer l’entrée de l’Ukraine au sein de l’OTAN et de l’UE, pour le renforcement du régime des oligarques. Il est une menace pour l’Ukraine, pour son peuple.

Dans ces conditions, le Présidium du Comité central du Parti Communiste d’Ukraine considère comme un devoir patriotique de toutes les forces progressistes, chères au destin de la Patrie, de pousser à la défaite, au second tour de l’élection présidentielle, des forces nationales radicales néo-fascistes, qui exécutent la volonté de l’Occident , maîtres, instigateurs de la guerre – Porochenko. Pour les atrocités commises contre le peuple, il doit être tenu pour responsable.

Dans le même temps, les communistes tiennent également compte du fait que le programme de l’autre candidat, sur de nombreuses questions, ne correspond pas à la position du parti, aux intérêts fondamentaux des travailleurs-travailleuses.

À cet égard, les Comités de partis régionaux et locaux, ainsi que les organisations de bases du parti, sont invités à utiliser activement toutes les opportunités disponibles pour expliquer aux masses les conclusions du Parti Communiste d’Ukraine sur les résultats du premier tour de l’élection présidentielle et sa position au second tour.

Le 20 avril 2019, le Présidium du Comité central a décidé de tenir une réunion du parti avec le seul agenda du «Léninisme aux barricades de la modernité».

Nicolas Maury

L’image contient peut-être : 1 personne
J’aimeAfficher plus de réactions

CommenterPartager

Commentaires
Votre commentaire…
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le avril 14, 2019 dans Europe, INTERNATIONAL

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :