RSS

Brésil : les fantômes du nazisme hantent le gouvernement de Bolsonaro

08 Mar

Voici ceux que le gouvernement d’extrême-droite israélien soutient y compris militairement. (note de Danielle Bleitrach)

A l’heure où des membres du gouvernement brésilien ne cachent pas un alignement idéologique avec le nationalisme des années 1930, un article évoque la protection accordée à d’anciens nazis par le père de l’actuel ministre des affaires étrangères.

Par Claire Gatinois Publié le 14 février 2019 à 05h45 – Mis à jour le 14 février 2019 à 12h57

LETTRE DE SAO PAULO

Les opposants au gouvernement de Jair Bolsonaro parlent d’une « dynastie du mal », les autres s’offusquent qu’on exhume les péchés d’un père pour attaquer le fils. Reste la gêne, au lendemain de la publication de l’article du quotidien Folha de Sao Paulo, mardi 12 février, révélant qu’Henrique Araujo, père du ministre brésilien des affaires étrangères Ernesto Araujo, a contribué à empêcher l’extradition du criminel nazi Gustav Franz Wagner dans les années 1970 à l’époque de la dictature militaire (1964-1985).

L’ancien sous-commandant du camp d’extermination de Sobibor en Pologne était, à l’instar de divers ex-SS, parvenu à fuir l’Europe, trouvant refuge au Brésil après un passage par la Syrie. Devenu gardien d’une propriété dans l’Etat de Sao Paulo, celui dont le sadisme et la brutalité lui valurent le surnom de « la bête », tentait alors d’y faire oublier son passé.

Né à Vienne en 1911, Gustav Wagner adhère au parti nazi à vingt ans et s’illustre tout d’abord, en 1940, pour sa participation au génocide des malades mentaux dans le centre de mise à mort de Hartheim en Autriche. Loué dans les rangs SS pour son efficacité et son expertise dans l’usage criminel du monoxyde de carbone il est, deux ans plus tard, affecté au camp de Sobibor où, bras droit de Franz Stangl, il est chargé du tri des déportés, destinés tantôt à la chambre à gaz tantôt au travail forcé.

Décrit comme une brute prompte à fouetter les prisonniers sans raison il aurait, entre autres barbaries, frappé à mort deux détenus qui ne parlaient pas allemand, sous prétexte qu’ils n’obéissaient pas à ses ordres, tiré une balle dans la tête du jeune Abraham âgé d’une quinzaine d’années, sous les yeux de ses frères, car l’adolescent s’était montré incapable de se lever de sa paillasse, et abattu un nouveau-né dans les bras de sa mère.

Démasqué par le chasseur de nazis Simon Wiesenthal

La scène a été immortalisée dans le film Les Rescapés de Sobibor, de Jack Golf, sorti en 1987, qui relate également la mutinerie de 1943 et la fuite de près de 300 détenus, dont une centaine seront repris. A Sobibor, partie intégrante de l’« opération Reinhard » – l’extermination systématique des juifs de Pologne – quelque 250 000 personnes ont été assassinées.

L’Amérique latine, paradis pour les nazis au XXe siècle

L’Amérique latine, paradis pour les nazis au XXe siècle

Après la défaite de l’Allemagne nazie, les fascistes ont été poursuivis partout dans le monde ou presque. Il y avait cependant les endroits où l’on était très ravi de leur donner refuge. Les pays d’Amérique latine ont accueilli à bras ouverts des dizaines de milliers de criminels nazis ayant fui l’Europe. Les anciens responsables de l’Allemagne fasciste ont créé une centaine de sociétés en Argentine et plus de 250 au Chili, en Uruguay, au Venezuela, en Bolivie et en Equateur.

Ce n’est pas un hasard si la « route des rats », comme on appelait les réseaux d’exfiltration nazis, menait en Amérique du Sud. Celle-ci avait des liens économiques très étroits avec l’Allemagne, établis avant la Première guerre mondiale dans laquelle de nombreux pays de cette partie du globe avaient gardé leur neutralité. Les économies argentine, brésilienne, chilienne et autres étaient toujours fortement dépendantes des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne. Ces derniers préparaient d’ailleurs une nouvelle guerre contre l’URSS par les mains des « anciens » fascistes. Beaucoup de Latino-américains voyaient donc en Allemagne nazie un contrepoids à l’omnipuissance de Londres et de Washington sur l’arène internationale, dit le directeur du Centre de recherche et d’information de l’Institut de l’Amérique latine de l’Académie des sciences de Russie Alexandre Kharlamenko.

« Les opinions +anti-yankee+ sont fortement répandues en Amérique latine. Je n’ai pas dit +antiaméricaines+, parce que les Latino-américains se positionnent aussi en Américains. Les dictateurs latino-américains sympathisaient avec les nazis et les fascistes pour des motifs idéologiques. Des sous-marins nazis et japonais s’avitaillaient au Nicaragua et dans les pays voisins ».

Il y avait deux principales filières de la « route des rats » : la première exfiltrait les nazis munis de faux papiers d’Allemagne vers l’Argentine via l’Espagne ; la deuxième, de l’Allemagne vers Rome et Gênes et ensuite vers l’Amérique du Sud. Les autorités argentines ont même mis en place leurs propres filières à travers la Scandinavie, la Suisse et la Belgique, explique l’écrivain, spécialiste de l’Amérique latine Nil Nikandrov.

« Juan Perón a pris pitié des nazis. Il considérait qu’ils étaient utiles pour son pays, pour le développement de celui-ci. Il y en a également qui sont allés aux Etats-Unis. On en avait besoin pour développer des conflits avec l’URSS. En fait la Suède y a aussi participé, poussée par des considérations « humanitaires ». Quant à la filière espagnole, le dictateur Francisco Franco n’a pas oublié sa coopération avec l’Allemagne nazie. La filière bien connue, celle du Vatican, permettait d’avoir des papiers et de partir. Il y a maintenant au maximum deux centaines de ceux qui sont encore en vie, qui ont plus de 80 ans. Ce n’est qu’aujourd’hui que certains sont extradés vers l’Allemagne pour y être jugés. C’est peut-être pour qu’ils ne puissent pas vivre tranquillement jusqu’à la fin de leurs jours parce qu’ils sont tous dans un très mauvais état ».

Les services secrets nord-américains ont directement participé au recrutement et à l’exfiltration des criminels nazis, comme en atteste un rapport du service de renseignement de l’armée américaine établi en 1950. Des agents des services secrets nazis, des spécialistes de systèmes d’armements nucléaires et de systèmes de missiles ont ainsi été exfiltrés. Plus tard ils ont continué la guerre contre l’URSS, avec l’appui des Etats-Unis les finançant. D’ailleurs on peut même aujourd’hui rencontrer en Amérique latine des personnes prénommées Hitler – c’est le prénom qui leur a été donné par leurs parents… Mais c’est déjà une autre question, celle de l’attitude des Sud-américains à l’égard de ce voisinage douteux avec les nazis. /N

Publicités
 

Une réponse à “Brésil : les fantômes du nazisme hantent le gouvernement de Bolsonaro

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :