RSS

l y a un siècle, le 12 janvier 1919 : les Corps-francs (Freikorps) écrasent la révolte spartakiste. (à Berlin principalement).

13 Jan

Infos et photos de reportage de Nicolas Offenstadt ( MERCI) : cortège annuel au Cimetière des Socialistes, ce matin à Berlin, en hommage à Rosa Luxemburg, (cc Rosa-Luxemburg-Stiftung) Karl Liebknecht et Lénine.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout, foule et plein air
L’image contient peut-être : plante, fleur, arbre, plein air et nature
L’image contient peut-être : fleur, plante, arbre, plein air et nature
J’aimeAfficher plus de réactions

Moins de deux mois après la capitulation allemande, les révolutionnaires spartakistes décrètent la grève générale en Allemagne le 6 janvier, et s’arment pour prendre le pouvoir.
Le déclencheur de la révolte est la révocation par le Conseil des commissaires du peuple, dont les décisions sont supervisé par le chancelier Friedrich Ebert (SPD), le 4 janvier 1919 d’Emil Eichhorn, chef de la police depuis les journées de novembre, et membre du Parti social-démocrate indépendant (USPD). Emil Eichhorn avait refusé lors du « soulèvement de Noël » (23-25 décembre) de participer à la répression des marins qui s’étaient mis en grève.
Les dirigeants de l’USPD et du KPD (Parti communiste) décident rapidement de soutenir la révolte. Ils appellent à la grève générale à Berlin pour le 7 janvier. Environ 500 000 travailleurs se mettent en grève et manifestent dans le centre-ville de Berlin en cette fin de semaine.

Un comité d’action révolutionnaire composé de 52 membres, dont fait partie Karl Liebknecht (KPD), est créé dans le but de prendre le pouvoir, mais dans les deux jours qui suivent la manifestation, des dissensions internes empêchent de définir une marche à suivre. Certains appellent à l’insurrection armée quand d’autres préfèrent défendre l’idée de négocier avec Friedrich Ebert. Les travailleurs qui occupent toujours les bâtiments engagent les premiers combats de rue : c’est le début de la « semaine sanglante ».
Le gouvernement socialiste du chancelier Ebert (qui sera ensuite président du Reich jusqu’en 1925, et surnommé « le boucher »), conclut un accord avec l’armée pour mater la révolte. Mais le ministre de la défense, Gustav Noske n’envoie pas l’armée régulière, mais les corps-francs (Freikorps) une milice paramilitaire d’extrême-droite constituée d’anciens officiers et sous-officiers démobilisés, des aventuriers, chômeurs … unis par la croisade anti-bolchevique. Les Freikorps seront dissous officiellement en 1921, mais la plupart rejoindront par la suite les SA nazis.
La révolte des spartakistes de Berlin est matée dans le sang le 12 et 13 janvier. Les travailleurs qui se rendent sont abattus.
Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg, les fondateurs de la Ligue spartakiste, puis du Parti communiste, sont capturés par les corps francs et assassinés le 15 janvier. Le corps de Rosa Luxembourg est ensuite jeté dans le canal Landwehr, situé à proximité. Les assassins seront retrouvés, jugés, mais acquittés en mai 1919.

https://www.ina.fr/…/1919-la-repression-de-la-revolution-sp…

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule, arbre et plein air
L’image contient peut-être : une personne ou plus, arbre et plein air
L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes assises, enfant et plein air
L’image contient peut-être : 3 personnes, plein air
L’image contient peut-être : 1 personne
+4
Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le janvier 13, 2019 dans Europe, HISTOIRE, INTERNATIONAL

 

3 réponses à “l y a un siècle, le 12 janvier 1919 : les Corps-francs (Freikorps) écrasent la révolte spartakiste. (à Berlin principalement).

  1. laurent domergue

    janvier 13, 2019 at 9:52

    Je comprends mieux pourquoi les syndicats ne se joignent pas plus franchement au mouvement actuel …!!!

     
    • histoireetsociete

      janvier 13, 2019 at 10:21

      je suis en désaccord total avec vous, la meilleure manière pour que les gilets jaunes virent aux corps francs de Noske (qui par parenthèse sont des sociaux démocrates) c’est de ne pas y être…

       
      • laurent domergue

        janvier 13, 2019 at 11:23

        Nous restons vigilants mais il est vrai que nous n’avons pas les millions des syndicats obtenus grâce au mouvement …!!!

         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :