RSS

Benicio del Toro: « Je viendrais à Cuba même à vélo »

13 Déc

Ce que nous ont apporté les Cubains et que les gens de ma génération, ceux qui ont vécu toutes les trahisons de leur idéal communiste, n’oublieront jamais c’est le bonheur de participer à un combat de l’honneur, de la dignité, de rester debout quand tout le monde se couchait et se perdait dans la politicaillerie. La sympathie entre latinos en particulier les portoricains l’île jumelle selon Marti, mais aussi les espagnols qui reviennent toujours vers ce symbole de liberté est là (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Dans la magie particulière de l’hôtel Nacional, celle qui ruisselle tous les mois de décembre, j’ai vu un homme grand, coiffé d’une casquette et avec une barbe, assiégé par des clients ou des participants du 40 Festival Internacional del Nuevo Cine Latinoamericano.

En embrassant du regard l’assistance j’ai découvert Benicio del Toro, sans y réfléchir je me suis approché de lui: « Je suis journaliste, je t’ai rencontré à l’Uneac, comment es-tu arrivé ici » … « En avion », fut la réponse à ma question idiote alors qu’il ratait un ascenseur et riait. Je n’ai pas bronché, j’ai ri avec lui et j’ai continué « mais qu’as-tu apporté? » Il sourit encore avec malice et me dit  » Sicario, que tu as vu dans el Paquete” « . Et il a grimpé dans  l’ascenseur.

Rien de ce que j’ai dit n’était un mensonge. Je l’avais rencontré il y a quelques années à l’Uneac quand ils lui avaient décerné un prix, et alors il s’était montré aussi moqueur que moi  lors de la conférence de presse dans la salle bondée de Sancti Spíritus où un collègue l’a interrogé sur son voyage à Cuba et là il a rapidement réagi. « Cuba J’y viendrais même en vélo.  » Plus en plaisantant, il avait ajouté: il ne faut pas rater l’occasion, car «avec les États-Unis, il n’est pas facile de venir ici, cela n’a rien de facile!» .

À propos de Sicario, il a expliqué pourquoi la saga avait été filmée et comment il avait assumé ce personnage plongé dans le trafic de drogue. Sur le point de savoir s’il y a un projet à réaliser à Cuba, il ne voulait rien avancer, mais il semble que quelque chose soit en préparation.

Ce dont il a parlé avec plaisir, c’est d’une série télévisée « qui, dit-il, est déjà visible dans el Paquete”  « , qui comporte sept chapitres et qui a été produite par le réseau de télévision payant Showtime.

Benicio Monserrate Rafael del Toro Sanchez, né à San Juan à Porto Rico, naturalisé espagnol, a remporté les Oscars, le Golden Globe, le SAG, le BAFTA et le prix du meilleur acteur au Festival de Cannes. Il est connu pour des rôles tels que Fred Fenster dans The Usual Suspects, Javier Rodríguez dans Traffic, et Che Guevara dans Che, l’Argentine , parmi d’autres films. Del Toro était le troisième Portoricain à remporter un Oscar.

En ce qui concerne Cuba, c’est un ami qui revient toujours et qui jouit de l’appréciation et du respect des acteurs, des critiques et du public car, entre autres raisons, il a le même langage que nous, par exemple lors de la réunion avec des journalistes alors qu’il était question d’un personnage « en note »… Rien  ne  ressemble plus à un Havanais qu’un Madrilène, et vous qui me lisez vous pourrez le rencontrer dans n’importe quel coin de la capitale en ces jours de festival.

(Extrait du portail de la télévision cubaine)

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 13, 2018 dans Amérique latine, CINEMA

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :