RSS

Après le discours de Macron… Un capitalisme « impopulaire » dans un monde en mouvement…

10 Juil

On ne peut pas résister sans se rendre compte des points d’appui y compris dans un monde en plein bouleversement. Pourquoi l’exigence de l’internationalisme est-il la condition de l’autonomie du prolétariat moderne et de la défense des souverainetés nationales ? C’est le sort de l’humanité qui se joue, celle de la paix, celle de la gestion des ressources de la planète, les communistes, leurs valeurs, les forces qu’ils représentent sont essentielles partout dans la conduite de ces combats.

Je publie ici quelques articles sur la manière dont partout les peuples résistent à l’impérialisme. Ce contexte est complètement ignoré par la direction actuelle du PCF, sa proposition de base commune en témoigne. Pourtant partout on voit renaître les partis communistes même ceux qui ont paru être détruits par la contrerévolution conservatrice à la chute de l’URSS. Ceux qui ont résisté comme Cuba, la Chine affirment leur rôle dans la lutte pour la paix, dans la revendication à un monde plus égalitaire. ils sont un exemple et un point d’appui. Si l’on ignore que le monde bouge pour résister à la violence de la chute de l’empire américain, comment peut-on imaginer la nécessité d’un parti communiste en France. Alors même que l’impérialisme américain veut traiter ses alliés européens comme le reste du monde.

Comment pourtant juger de la folie des propositions de Macron, le capitalisme populaire qu’il prétend nous imposer pour la survie d’un système qui ne voit son salut que dans le néo-libéralisme autoritaire à la Thatcher. L’empire colonial résiste et la seule réponse de cette classe capitaliste entrée dans sa phase autodestructrice est la mise en concurrence des forces de travail, la fin des « privilèges », pas ceux du capital mais les droits qui ont été conquis par des années de lutte.

Si l’on veut renforcer la conviction qu’une issue existe, il faut à la fois partir du refus de voir atteintes par la politique de Macron les bases mêmes de la vie quotidienne, le caractère de classe d’une telle politique, monter que les solutions qu’il préconise sont partout en train de mener à la catastrophe. Mais il faut également montrer les résistances, la manière dont le capitalisme, l’impérialisme se heurte partout à des résistances, le rôle renouvelé des communistes.

A la différence de la petite bourgeoisie qui derrière le capital a partout cautionné l’imposture de prétendre que les hommes naissent libres et égaux et fondent donc un droit de l’hommisme prétexte à intervention impérialiste alors même qu’ils appuient des politiques qui renforce les inégalités, en fait même une théorie selon Macron, celle du ruissellement, le communisme partout oeuvre pour un monde où il s’agit de construire effectivement le fait qu’un jour les hommes pourront naître différents mais libres et égaux. Seuls les communistes peuvent refuser l’hypocrisie de l’intervention humanitaire au nom des droits de l’homme, véritable imposture pour revendiquer les conditions d’une véritable émancipation humaine, à la condition de retrouver leurs fondamentaux. C’est le mouvement que l’on voit se développer et qui est la seule réponse à toutes les illusions que tente de nous imposer Macron, sur le thème: il faut des riches pour faire la charité d’un emploi et d’un salaire de misère aux pauvres.

Cette escroquerie soulève le vieux fond égalitaire français, la nécessité pour tous de défendre leur vie et celle de leurs enfants, mais c’est le cas dans le monde entier.

Cet ignorance volontaire du contexte international n’est pas un hasard, elle fait partie de la volonté de soumission des travailleurs et de leur parti à une petite bourgeoisie à la fois prise de rage devant la crise vécue par les couches moyennes et la volonté des petits arrangements, des petits intérêts masqués sous des généralités.

La nécessité de l’autonomie des travailleurs à travers leur parti propre, le refus de la soumission à la petite bourgeoisie, même dans sa phraséologie gauchiste qui unit ceux qui se sont rassemblés pour le Congrès autour de la base commune: » manifeste pour un parti du XXI e siècle » l’autonomie du parti de la classe ouvrière, retrouve à la fois la volonté de mieux s’ancrer dans les lieux de l’exploitation, dans le monde du travail du prolétariat moderne, mais également le fait qu’il ne s’agit pas d’une proposition isolée mais bien de ce mouvement du monde.

http://manifestecommuniste2018.fr/

Danielle Bleitrach

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le juillet 10, 2018 dans Congrès du parti 2018

 

Une réponse à “Après le discours de Macron… Un capitalisme « impopulaire » dans un monde en mouvement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :