RSS

ETRE OU NE PAS ETRE COMMUNISTE DANS MA CELLULE

07 Juil

Réunion de cellule pendant le match France Uruguay. Les voisins gueulaient c’est comme ça que nous avons su que nous marquions des buts. C’était frustrant, mais sympa comme d’habitude dans cette cellule. Comment vous dire la fraternité, par moment les franches rigolades qui règnent dans ce lieu pourtant dirigé par deux légitimistes de la plus belle eau, à savoir Nicole et Gilbert. Ce sont des gens formidables, attentifs aux autres, râleurs devant la déviance mais capables aussi d’écouter. Ils font partie de ces communistes qui ont tout suivi des errances de la direction mais n’en ont fait qu’à leur tête et c’est grâce à eux aussi que  le parti est resté communiste, que nous n’en sommes pas à la situation des Italiens. Le reconnaître est le minimum que l’on puisse faire. Mais l’affection entre nous est telle que je surveille presque avec inquiétude les camarades capables de basculer dans mon camp, en me disant que cela ferait trop de peine à Gilbert qui a été malade cet hiver. Et si Nicole se fâchait et ne voulait plus être secrétaire de cellule qu’est-ce qu’on deviendrait?

Les deux camarades qui se sont prononcées pour le Manifeste ne sont pas là. Marie Laure a eu un malaise et Mireille s’occupe d’un bateau pour Gaza.

Gilbert et Nicole  nous annoncent que demain il y a la gay pride et que nous y devons y participer. Mon alter ego, Jeannot, qui a eu 80 ans comme moi cette année, un vieux de la vieille qui vote les pires textes en conservant une adhésion totale au parti de Maurice Thorez et Georges Marchais proteste qu’il ne veut pas aller à la gay pride. Et il commence à me tenir la main avec affection pour peut-être marquer qu’il ne mange pas de ce pain là. Moi, je hurle de rire et je leur dis à quel point je n’ai aucune envie que l’on embête des gens pour des choses auxquelles ils ne peuvent rien, à savoir leur préférence sexuelle, et que ceux qui se conduisent comme ça sont des barbares très cons… Mais que franchement ignorer que la France entière se passionne pour le foot et après pour le vélo et nous envoyer à la gay pride c’est une vision d’un parti de masse qui pose problème. Je fais un couplet sur le rôle du parti jadis dans le sport, le foot, le vélo, Géminiani et même Poulidor et dans le cinéma, nos revues consacrées à ce sport. Il fut un temps où le parti était totalement implanté dans le foot, le vélo mais aussi dans le cinéma et la culture, il apportait ses valeurs et ne se contentait pas du mépris d’une pseudo-élite qui ignore que le sport fait partie de la culture et au lieu de lutter pour nos valeurs et contre le dévoiement, s’en « distinguent ».

Et après les hurlement des voisins consacrant le second but, je propose une campagne d’affichage sur le thème : « Malgré Macron, la France gagne ». Dans le fond cela résume les thèses du début, tout est mis sur le même plan, on oublie complètement la dimension de classe. Une camarade, Elizabeth s’interroge en disant que le vrai problème est de convaincre les gens qui n’en peuvent plus et pour qui tous les partis politiques se ressemblent, quant au communisme on leur en dit tant de mal qu’ils ont fini par le croire. Elle parle de sa voisine handicapée à qui l’on a pris 50 euros, qui se battra pour elle?

Nouveau débat sur la conviction générale que ce n’est pas ce texte-là avec lequel on va pouvoir convaincre les masses. Nicole cherche dans le texte des points d’appui par rapport à ce que nous pensons tous sur la question. C’est très intéressant parce que nous débordons et Nicole nous dit : « si on arrêtait de suivre le texte et si nous prenions par thème en les réécrivant! » Je secoue la tête, c’est ça que nous voulions une base commune ouverte et ça a été impossible. Maintenant on peut plus se le permettre parce qu’à la fin il faudra voter sur un texte.

Mine de rien, je découvre que j’ai fini par convaincre Nicole de la nécessité d’affronter le passé, en bien comme en mal et de ne laisser ce soin à nul autre qu’aux communistes eux-mêmes, comme j’ai réussi à la convaincre de l’importance de l’international, complètement sacrifié dans la base de la direction. Elle est tellement honnête que jamais elle ne masque son propre questionnement. Bref, nous sommes tous aussi peu doués pour les tendances les uns que les autres. Mais parce que tout au long de l’année dernière, nous avons avancé sur ces questions, nous pouvons remplacer l’idée générale que le capitalisme nous conduit au désastre par l’augmentation de la note de gaz et de là par le déclenchement d’une guerre commerciale entre la Chine et les USA. Entre ça et les conséquences de la guerre ouverte par Trump contre l’Iran, le blocage du détroit d’Ormuz par les Iraniens (si le baril monte à 200 euros il ne nous restera plus qu’à faire chauffer des crêpes sur un feu de bois). On peut se préparer à une situation dramatique, une partie du capital en est déjà à se dire qu’il faut rejoindre le continent eurasiatique, arrêter les sanctions contre la Russie et faire alliance avec la Chine. Et nous communistes, comment allons nous affronter ce qui nous attend avec à la tête du pays un Macron qui est en pleine débandade et ne voit de solution que dans « faire payer les pauvres »?

Cela dit me voilà embarquée dans le commentaire talmudique d’un texte que je considère comme nul, par respect pour mes camarades. En plus non seulement je ratais le match, mais en mon absence (en Pologne), ils ont divisé la base commune de la direction en quatre parties et là nous avions droit aux Thèses du préambule. Ce qui fait qu’il y aura quatre séances là-dessus et même 5 et nous aurons l’équivalent à la rentrée pour le manifeste du parti communiste du XXIe siècle et plus si exigence pour d’autres textes. En gros, personne n’était enthousiaste, mais la question était est-ce que ce texte est amendable ou non. Moi j’ai dit « Non », d’autres s’interrogent et d’autres pensent que oui. Alors je leur ai dit, je vais participer à la totalité des débats par respect pour vous, il y a deux camarades dont j’ai appris qu’ils votaient comme moi pour le Manifeste, vous savez que je ne les ai jamais contactés, pas plus qu’aucun membre des Bouches du Rhône qui votent pour le même texte que moi. Je hais les tendances, je les ai toujours haï, parce que c’est la division du parti alors qu’il est déjà affaibli, mais ce n’est pas de ma faute si la direction du parti en totale minorité a pris ce risque, l’essentiel est que nous agissions de telle sorte qu’à la sortie nous soyons encore et toujours capables de nous battre ensemble. Pour cela il faut que chaque communiste prenne ses responsabilités. Et je leur propose de commencer à amender le texte pour ceux qui pensent que l’on peut l’améliorer. Personne ne propose d’amendement, mais il n’y a aucune tension.

Je découvre aussi la ligne légitimiste de la fédération : il s’agit de nier les différences. je reconnais bien là l’intelligence politique de l’éminence grise de cette fédération, Raymond Navarro. Je lui dis souvent et je le pense qu’il a la perspicacité de Fidel Castro, mais que ce dernier l’applique au monde et lui à Septème les Vallons.  Ce qui le préoccupe avec beaucoup d’intelligence c’est Chassaigne, et les députés, les secrétaires fédéraux et surtout le mouvement qui à la base secoue le parti, la capacité à ouvrir le dialogue entre communistes sur ce qui nous unit, sur nos différences. Il isole ce qui n’a pas d’importance à ses yeux, à savoir le texte de Cohen-Seat, ceux qui veulent de fait en finir avec le parti et il souhaite éviter la division entre les autres en disant que dans le fond c’est pareil et en faisant discuter la base commune en ce sens. Tout changer pour que l’essentiel demeure, le soutien à Pierre Laurent, en tant que secrétaire. Il n’est plus convaincu de la pertinence d’une telle résistance, mais il la mène en limitant les dégâts ultérieurs, comme nous dans la cellule.  Il est en train de faire opérer au parti un virage en douceur et j’entends déjà dans six mois mon camarades Marcel Touati m’expliquer qu’il a toujours résisté à la liquidation… Déjà, il semble que les dockers, les cheminots, les électriciens se pressent à la fédé pour recréer les cellules d’entreprises. Laurent Brun est venu à la fête de Fabrégoules et il a soulevé l’enthousiasme. Je suis ravie de toutes ces bonnes nouvelles et je trouve simplement que la base commune de la direction n’en porte pas le moindre reflet. C’est bien ce que je lui reproche.

Mais c’est intéressant de constater l’évolution, préparée dans ma cellule par tous les tracts distribués, tous les vendredis avant la réunion hebdomadaire. On a agi, reconquis la confiance et c’est là-dessus que table la fédération. Quelle que soit l’issue on a conservé l’essentiel. Je ne suis pas en désaccord, mais je ne suis pas celle qu’il faut marquer à la culotte pour tester la réussite de la stratégie. Raymond  aurait-il un peu de mal devant un mouvement de fond dont les étincelles partent de partout à la fois y compris dans la cervelle de ceux qui se sont toujours rangés derrière le secrétaire national quelles que soient ses errances? Il a du mal parce que tous y compris lui partagent la même volonté d’union et de renforcement du parti et que de plus en plus sont convaincus que l’on ne peut pas continuer comme ça avec une direction minoritaire plus préoccupée de l’Union de la gauche que du parti communiste. Parce que cette base ressemble dans le fond à une motion de synthèse du PS et qu’elle ne satisfait personne et ne correspond pas à l’urgence de l’heure. Encore un effort camarade, et nous serons tous ensemble.

Ça manque de souffle, c’est confus dit la camarade qui était chargée de présenter le préambule et elle nous fait passer un sachet de Canistrelli délicieux qu’elle a rapporté de Corse. Je me dit qu’il faut que je maigrisse, mais Jeannot continue à me tapoter la main avec conviction et tant qu’il y aura un homme pour m’apprécier je ne résisterai pas à un biscuit corse. Nous partageons ce cadeau fraternel avec la conviction qu’il faut faire mieux et plus. 

Tout le monde est ailleurs que sur cette base dite commune de la direction, dans la cellule, un moment de débat sur les nationalisations et l’étatisations, Robert veut de la citoyenneté dans l’entreprise et explique que l’étatisation dévie l’esprit de la nationalisation, moi je lui réponds bien sûr la question est la nature de classe de l’Etat, d’où le fondamental marxiste, la conquête du pouvoir et la nature donc de l’Etat. Nous sommes de fait entrés dans le débat de notre propre base et je lui dis, c’est comme le rôle nouveau de la BCE, qui n’en voit pas la nécessité mais cela rappelle l’assemblée des souris qui proposent d’aller mettre un grelot au chat et qui buttent sur la question de savoir qui va mettre le grelot. L’échange est passionnant, et nous avons complètement oublié le match France Urugay.

Ce que j’ai retiré de plus intéressant en dehors de la chaleur amicale du débat, c’était que rapidement s’est fait l’accord sur une idée: « Avant de se donner comme but le communisme, il faudrait d’abord que les communistes et leur parti soient réellement communistes. » Et chacun de convenir que c’est la vraie question de ce Congrès : avoir un parti communiste, celui dont les travailleurs, les couches populaires ont besoin, et si en plus nous apportons l’émancipation des individus, la fin de tous les conservatismes réactionnaires, qui s’en plaindra?

A propos, les 300 noms et les trente fédérations représentées ont été acceptées, la base commune : Manifeste du parti communiste du XXIe siècle est validée. Elle a reçu 1227 soutiens en dix jours et vous pouvez continuer à la faire ici …

http://manifestecommuniste2018.fr/

Danielle Bleitrach

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 7, 2018 dans Congrès du parti 2018

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :