RSS

Sommet Donald Trump – Kim Jong-un : les arguments discutables des sceptiques

13 Juin

Le sommet de Singapour entre les présidents Donald Trump et Kim Jong-un n’a pas fait que des heureux : les partisans de la pression maximale sur la République populaire démocratique de Corée – voire de l’option militaire – ont cherché à minimiser la portée de la déclaration conjointe entre Washington et Pyongyang, voire à la critiquer sinon comme contre-productive, du moins comme insuffisante. Ces positions ont notamment des partisans dans les cercles gouvernementaux au Japon – mais aussi en France, où la ministre des Affaires européennes Mme Nathalie Loiseau, invitée de LCP, « en est presque venue à  critiquer la décision de Donald Trump de signer un document devant les caméras à l’issue d’une rencontre qui a duré plus de quatre heures » comme l’a observé Le Huffington Post. Sans ignorer que le sommet historique du 12 juin 2018 n’est que le début d’un processus long et incertain vers la paix et la dénucléarisation de la Corée, l’Association d’amitié franco-coréenne a jugé utile de répondre point par point aux arguments des sceptiques, relayés notamment dans des médias français

Nathalie Loiseau, ministre française des Affaires européennes, n'a pas été enthousiasmée par la rencontre, en déclarant sur LCP que "signer un document avec Kim Jong-un c'est quand même pratiquement récompenser quelqu'un qui a été à l'encontre de tous les traités internationaux"

Nathalie Loiseau, ministre française des Affaires européennes, n’a pas été enthousiasmée par la rencontre, en déclarant sur LCP que « signer un document avec Kim Jong-un c’est quand même pratiquement récompenser quelqu’un qui a été à l’encontre de tous les traités internationaux »

« La déclaration conjointe ne comporte aucun engagement nouveau / aucun engagement concret » (variante : « La déclaration conjointe marque un recul par rapport aux précédents engagements de Kim Jong-un »)

Ceux qui critiquent la déclaration conjointe insistent notamment sur le fait qu’elle ne mentionne que la dénucléarisation « complète » de la Corée du Nord, et non sa dénucléarisation « complète, vérifiable et irréversible« . Mais une dénucléarisation « complète » doit par nature être vérifiable vérifiée par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). De même une dénucléarisation complète est par définition totale et sans retour en arrière, sinon cela s’appellerait une suspension des programmes nucléaires.

Au demeurant, parler d’un processus irréversible, c’est ignorer l’adage « fontaine, je ne boirai pas de ton eau« . La diplomatie est affaire de circonstances : pourquoi la RPD de Corée s’engagerait-elle à – tout – céder et définitivement aux Etats-Unis sur la question nucléaire, alors qu’elle n’a reçu à ce stade que d’encore vagues engagements de sécurité et de non-agression de la part de Washington ? Comment renoncerait-elle définitivement à sa force de dissuasion quand les motifs de la dissuasion (le risque d’une attaque) n’ont pas disparu ? N’en déplaise à ceux qui préféreraient qu’un diktat soit imposé à la Corée du Nord, il s’agit d’une processus de négociations, de discussions entre des Etats parties libres ou non de s’engager conformément à leurs intérêts. C’est le principe même de la diplomatie.

Enfin, en termes de dénucléarisation la Corée du Nord s’est certes engagée auprès des Etats-Unis dans les mêmes termes que vis-à-vis de la Corée du Sud le 27 avril 2018 – mais avec cette différence (de taille) que les Etats-Unis sont le pays dont elle estime qu’il la menace directement, Pyongyang mettant en avant les précédents irakien de 2003 et libyen de 2011.

« Donald Trump a trop cédé à Kim Jong-un »

Dans le détail, Donald Trump n’a au contraire rien cédé sur la levée des sanctions économiques contre la RPD de Corée (qui constitue pour elle une priorité) et a renvoyé à plus tard l’éventuel établissement de relations diplomatiques bilatérales, sans davantage de calendrier sur ces deux points que la Corée du Nord concernant son processus de dénucléarisation. Ces détails – dont nous avons toujours souligné, à l’AAFC, qu’ils sont fondamentaux – sont renvoyés à des discussions ultérieures, qu’annonce précisément la déclaration conjointe en précisant qu’elles seront conduites, côté américain, par le secrétaire d’Etat Mike Pompeo.

Une concession importante a cependant été faite, mais lors de la conférence de presse du Président Donald Trump et non dans la déclaration elle-même : la suspension des manoeuvres militaires américano-sud-coréennes décrites par le chef d’Etat américain comme des « exercices de guerre » et des « provocations« . Cette suspension en elle-même n’est toutefois en rien exceptionnelle : un quart de siècle plus tôt il s’agissait déjà d’une mesure mise en place par les Etats-Unis dans le cadre du dialogue avec Pyongyang, afin d’établir un climat de confiance. Pour donner une comparaison, la procédure est comparable à celle, lorsque deux pays sont en guerre, qu’ils évitent de continuer les combats. La proposition de Donald Trump est une mesure de bon sens de nature à favoriser la désescalade des tensions, et qui trouve son pendant dans la suspension des essais nucléaires et de ses tirs balistiques déjà annoncée par Pyongyang et qui constituaient la réponse, précisément, aux manoeuvres militaires des Américains et de leurs alliés – qui étaient jusqu’à aujourd’hui les plus importantes au monde en temps de paix.

Proposer de réduire l’ampleur des exercices militaires, comme le formulent certains, n’est pas un argument sérieux : que penserait-on d’une proposition similaire de Pyongyang de limiter la puissance de ses essais nucléaires, plutôt que de les suspendre ? Une telle proposition serait évidemment rejetée comme un leurre.

« Donald Trump a rehaussé le statut diplomatique d’un dirigeant qui ne respecte pas les droits de l’homme et ne mérite pas de tels égards »

L’argument est particulièrement spécieux car il présume qu’on ne peut pas discuter avec le dirigeant nord-coréen. La diplomatie est pourtant l’art de discuter avec ses partenaires, voire ses ennemis… Pendant la guerre froide, aurait-on dû refuser toute négociation avec l’Union soviétique au motif qu’elle n’était pas une démocratie libérale ? Les défenseurs d’une telle position sont, en fait, implicitement, des partisans de la guerre – ou de sa poursuite sous d’autres formes (embargo, blocus, sanctions).

« Donald Trump affaiblit l’alliance américano – sud-coréenne »

Cet argument est une reprise en droite ligne de l’argument d’autorité des néo-conservateurs de tous pays, notamment sud-coréens, extrêmement hostiles à une approche conciliante avec le Nord. En outre, d’une part il résume l’alliance bilatérale à ses aspects militaires, et d’autre part il en donne une vision particulièrement étriquée : en quoi défend-on mieux la Corée du Sud en poursuivant des manoeuvres militaires qui ont justifié la poursuite de ses programmes nucléaires et balistiques par la Corée du Nord, potentiellement une menace pour Séoul en cas de conflit ? Enfin, lorsque l’on sait que c’est le Président Moon Jae-in qui a souhaité reporter en début d’année les manoeuvres militaires avec les Etats-Unis après les Jeux olympiques de Pyeongchang auxquels ont participé les Nord-Coréens, il est permis de douter que le refus du dialogue avec Pyongyang corresponde aux intérêts de l’actuelle administration sud-coréenne, qui n’a pourtant à aucun moment émis le désir de s’éloigner de l’alliance avec Washington…

« La signature d’un traité de paix est une chimère renvoyée à un avenir lointain »

Un traité de paix a au contraire une portée très concrète : mettre en place des mécanismes de sécurité collective qui préviennent les affrontements qui ont, à de trop nombreuses reprises, endeuillé la péninsule coréenne depuis la signature de l’accord d’armistice (ayant mis fin aux combats de la guerre de Corée) le 27 juillet 1953.

Comme la guerre de Corée a été menée par trois parties (y compris la Chine), et que la Corée du Sud aurait vocation à rejoindre un tel traité de paix, il est parfaitement logique que la déclaration de Singapour n’ait pas conduit à la signature d’un tel accord. Réaffirmer un tel objectif, dans un document signé en commun par les Présidents Kim Jong-un et Donald Trump, est le maximum de qui pouvait être fait.

« Donald Trump a fait le jeu de la Chine »

L’intérêt de la Chine est de garantir la stabilité dans la péninsule coréenne et de permettre sa dénucléarisation : ce n’est pas parce que ces objectifs sont poursuivis par la déclaration commune qu’ils correspondent nécessairement à une manipulation chinoise… fort heureusement, les partisans de la paix ne sont pas tous les agents d’influence ou les mercenaires de Pékin.

Au demeurant, Pyongyang a conduit depuis longtemps une politique indépendante de Pékin, et voir dans son attitude la main de la Chine est particulièrement méconnaître la nature des relations sino-nord-coréennes.

« La Corée du Nord n’abandonnera jamais ses armes nucléaires, car elle n’a pas respecté ses précédents engagements »

C’est oublier que les Etats-Unis n’ont pas tenu non plus leurs engagements de l’époque : blâmer la seule Corée du Nord est une réécriture de l’histoire non conforme à la réalité des faits, chaque partie n’entendant alors pas abandonner ses intérêts unilatéralement et sans contreparties. Dans ce contexte, le processus était voué à l’échec.

La différence fondamentale est que le processus actuel traduit une implication directe des plus hauts dirigeants des pays concernés, à travers une série de rencontres au sommet sans précédent. Peut-on légitimement croire que tous ces acteurs jouent un double jeu consistant à n’afficher qu’un consensus de façade ? Il y a bien de toute évidence une volonté partagée d’aboutir, en prenant en compte les attentes des différentes parties.

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :