RSS

Blâmer la Chine ne guérira pas les ennuis internes du G7

10 Juin

Par Ai Jun Source: Global Times Publié le: 2018/6/7 23:18:41,http://www.globaltimes.cn/content/1106085.shtml#
Autre article de Global Times qui dresse encore un tableau pessimiste du monde occidental: le diagnostic est clair, ce qui arrive à ces pays riches occidentaux n’est pas du fait de la Chine, mais de l’impossible gouvernance de pays divisés par les intérêts individuels et l’impossible coopération à un bien collectif, ce que Hegel décrivait déjà comme « la bête sauvage » des intérêts particuliers. Il voyait dans l’Etat le seul dépassement possible, mais Marx déjà renversait la démonstration en faisant de l’Etat de la société bourgeoise, le résultat de ces contradictions de classe . La « gouvernance » des Etats occidentaux, leur système hégémonique est arrivé à sa propre destruction. A mettre en lien avec le précédent article de Global Times. On peut aisément arriver à l’idée sous-jacente que la fin de l’Union Soviétique (vendue par Gorbatchev) a signifié la fin de l’hégémonie occidentale puisque celle-ci a perdu toute régulation, personnellement j’en suis là. (note et traduction de Danielle Bleitrach)
Résultat de recherche d'images pour "la chine aujourd-hui"

Le sommet du G7, vendredi et samedi, devrait être témoin de frictions. 

Des indices de ce qui va se passer peuvent être observés en prenant en compte   la réunion des ministres des Finances du G7 qui vient de s’achever,  une réunion emplie de colère et d’accusations. Étant pris dans le différend tarifaire, les nations européennes ont fustigé  Washington. Certains n’ont pas oublié de mentionner la Chine. « Le G7 devrait collectivement dire à la Chine de suivre les règles mondiales », a déclaré le ministre des Finances japonais Taro Aso. 

Jetez un coup d’œil sur le chaos dans les Etats membres du G7: Cela a-t-il quelque chose à voir avec la Chine?

Prenez l’Italie. Le nouveau gouvernement populiste a proposé une feuille de route ambitieuse pour stimuler l’économie stagnante du pays, mais Bruxelles le considère comme un plan horrible. Les observateurs estiment que la mise en œuvre du programme entraînera d’énormes dépenses budgétaires, il menacerait la stabilité financière de la zone euro et déclencherait une nouvelle série de crises de la dette, compte tenu de la récession économique de l’Italie qui atteint 132% de son PIB. . 

L’Italie est-elle en attente? Rome voulait de toute façon quitter l’UE depuis longtemps. Quitter le bloc ne va pas aider à résoudre les problèmes tels que le chômage croissant, le ralentissement économique et la montée du populisme. Ceux-ci ont été créés par la baisse de la compétitivité et de la capacité de gouvernance de la nation, un problème qui affecte non seulement l’Italie mais aussi quelques pays occidentaux.

Les frictions progressent entre Washington et Bruxelles. Le plus ennuyeux pour l’UE a été le retrait américain de l’accord nucléaire iranien et son ultimatum à ses alliés européens d’avoir à cesser les affaires avec Téhéran. Par rapport aux tarifs américains d’importation de métaux, le G7 sera divisé. « Ce sera un G6 plus un », a déclaré le ministre des Finances français Bruno Le Maire. 

Les contradictions entre les États-Unis et le Japon ne sont pas plus minces. Après que la Maison-Blanche ait annoncé en mars des tarifs mondiaux sur l’acier et l’aluminium, elle a offert des exemptions temporaires à certaines économies comme l’UE, le Canada et la Corée du Sud. Le Japon n’était pas inclus. 

Le G7, le club des pays riches qui est censé mieux promouvoir le développement des économies occidentales, est maintenant entrain de ressembler à une bataille de chiens. 

Pourquoi? La Grande Désorganisation: la Nature Humaine et la Reconstitution de l’Ordre Social par Francis Fukuyama peuvent fournir une réponse. Le livre suggère que les pays occidentaux souffrent d’une pénurie de capital social, ce qui signifie «un ensemble de valeurs ou de normes informelles partagées entre les membres d’un groupe qui permet la coopération entre eux». 

Ce sont ces normes partagées qui facilitent la confiance que l’autre agira de manière fiable et honnête. Ceci est lié à la question de la gouvernance en Occident. 

Dans le monde occidental d’aujourd’hui, l’individualisme a triomphé de la communauté. Face aux crises et aux divergences, les gens et les nations ont tendance à ne se soucier que de leurs propres intérêts.

Le journal Yomiuri Shinbun a récemment publié un article suggérant que le monde est entré dans une compétition entre le « système libre et démocratique » et le « nouveau système chinois », appelant le Japon, les Etats-Unis et l’UE à s’unir contre  Pékin. Les défis n’ont pas été créés par la Chine, mais tout ce qu’ils ont tendance à faire, c’est détourner l’attention vers Pékin. 

Mais les démocraties occidentales devraient d’abord résoudre leurs propres problèmes, au lieu de parler de la concurrence avec la Chine.

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :