RSS

Premiers commentaires sur la proposition de base commune: les occurrences

08 Juin

Proposition de base commune

Mon ami Denis, un espèce de titi parisien, ouvrier et fier de l’être, m’expédie ce commentaire sur la base commune:

« Je préfère t’envoyer mes petites affabulations sur la « base Commune » par mail que publiquement sur Face Book

Tout d’abord ce texte est digne d’un élève de seconde

d’une platitude exemplaire et d’une manière à enfoncer les portes ouvertes remarquable…

A la page 15  (si, si, je me suis obligé jusque là…) j’ai jeté l’éponge face à ce galimatias prépubère…

 

Alors, j’ai pensé à rechercher quelques occurrences verbales dans ce texte

 

Je te faire part de ce petit travail vite fait et sans exhaustivité d’imagination lexicale:

Bien sûr cette démarche tient plus de la foi du charbonnier que de l’objectivité impartiale…

Je t’ai mis le fichier « doc » en pièce jointe

Ce qui est écrit en plus petit, c’est la phrase concernée.

A consulter avec le sourire…

J’espère que la météo à Marseille est aussi clémente qu’à Paname…

 

Les occurrences sur un texte de 30 pages et 15397 mots :

 

Pour le monde du Travail

 

0 pour usine

0 pour atelier

0 pour fabrique

2 pour industrie

(depuis l’agriculture jusqu’aux métiers de la santé en passant par les industries )

(la relance massive des secteurs de l’industrie (transport, isolation…)

0 pour industrialisation

0 pour métallurgie

1 pour aliénation et bien sûr 0 pour désaliénation

(au cœur de la logique capitaliste d’aliénation.)

2 pour ouvrier

(de l’ouvrier à la chercheuse en passant par le chômeur, le cadre ou la caissière)

(de l’affaiblissement du mouvement ouvrier)

0 pour chômage

1 pour chômeur

(en passant par le chômeur, le cadre ou la caissière )

1 pour licenciement (en parlant de Carrefour)

2 pour exploitation

(Si de nouvelles formes d’exploitation apparaissent (« ubérisation », « auto-entreprenariat »)

(à la précarisation, la mise en concurrence, l’exploitation)

0 pour rémunération

0 pour la paye, mais

1 pour intérêts « payés aux banques » et

1 pour travail « payé à de libres projets personnels »

1 pour retraite / retraité

(Jeunes comme retraité·e·s, salarié·e·s comme indépendant·e·s,)

0 pour cadence

0 pour harcèlement

0 pour horaire décalé

0 pour temps de trajet

1 pour productivité

(les formidables gains de productivité, ouvrant la voie à des possibilités inédites)

3 pour temps de travail

1 pour qualification

(économies sur le dos des femmes en rétribuant moins celles-ci à travail de valeur et de qualifications égales)

0 pour promotion sociale

0 pour accident du travail

0 pour CHSCT

3 pour la santé

1 pour syndicat

(priver les salarié·e·s et leurs syndicats de droit d’intervention)

0 pour enseignement

0 pour Education Nationale

0 pour sciences

0 pour technique

4 pour recherche

 

0 pour socialisation

(de la santé en passant par les industries.)

(au droit au travail, à la santé, aux transports,)

(service public de santé et secteur public du médicament)

3 pour nationalisation

(nationalisations authentiques et non simples étatisations)

(incluant des nationalisations,)

(statut général de la fonction publique, nationalisations, loi de solidarité et de renouvellement urbains)

3 pour actionnaires

(petit nombre d’actionnaires à la tête de firmes multinationales)

(augmentation des dividendes versés aux actionnaires)

(une poignée de grands actionnaires qui ruinent notre pays,)

 

Pour l’indépendance nationale :

 

1 pour souveraineté

(se soustrayant aux souverainetés populaires)

3 pour indépendance

(L’indépendance économique des femmes)

(il garantit l’égalité, l’indépendance et la responsabilité des fonctionnaires)

(En respectant son indépendance d’organisation…   en parlant du MJCF)

0 pour indépendance monétaire

0 pour indépendance industrielle

0 pour indépendance militaire

1 pour militaire

(sa puissance d’intervention militaire extérieure)

 

Pour la politique extérieure

 

0 pour Empire

0 pour Impérialisme

0 pour Alba (Alliance Bolivarienne pour les Amériques)

0 pour les Brics

0 pour colonial ou colonialisme

0 pour Tiers Monde

0 pour Révolution de couleur

0 pour coup d’État

0 pour ingérence

0 pour terrorisme

1 pour internationalisme

(ceux qui ont l’internationalisme au cœur)

0 pour la Chine (mais 1 pour machinerie)

0 pour la Russie

0 pour Amérique ou USA

0 pour la Syrie

0 pour la Corée Nord et Sud

0 pour Cuba

 

Pour la transformation communiste

 

0 pour expropriation

0 pour propriété privée

0 pour monopole

0 pour plus-value

 

et par contre une avalanche d’occurrences

24 pour transformation

38 pour gauche

20 pour Europe

(Europe sociale a disparu)

12 pour élection

 

Il n’y a pas à tortiller, nous nageons en pleine sociale démocratie

 

Je m’interroge.

Cette « proposition de base commune » parle très très peu du monde du travail, pratiquement pas de la notion d’indépendance, pas du tout de politique extérieure et encore moins de transformation communiste…    de quoi parle-telle en plus de 15.000 mots ?

 

Mais avec 13 occurrences pour « égalité » et 8 pour « liberté » ; tout n’est pas fichu,,,

Publicités
 
13 Commentaires

Publié par le juin 8, 2018 dans Congrès du parti 2018

 

13 réponses à “Premiers commentaires sur la proposition de base commune: les occurrences

  1. Marianne

    juin 8, 2018 at 6:43

    Bravo pour ce travail de décorticage, plein d’enseignement et d’humour!
    Moi ce qui m’empêche de lire plus que quelques pages de la « base commune » c’est l’utilisation de l’orthographe dite « inclusive ». Quand je lis les mots « retraité·e·s, salarié·e·s, indépendant·e·s », j’ai l’impression d’entendre une chèvre bêler.
    Cela peut sembler un détail mais pour moi c’est fondamental: l’orthographe inclusive n’est qu’un des symptômes de la dégradation des lettres françaises, de la pensée politique française (y compris féministe) et de l’inféodation à l’impérialisme linguistique anglo-américain.
    De même l’expression « droits humains » (à la place de droits de l’homme), traduction de l’anglais « human rights » a pour fonction de nous faire prendre conscience de l’infériorité de la langue française archaïque par rapport à l’anglais.

     
  2. histoireetsociete

    juin 8, 2018 at 6:55

    j’éprouve les mêmes répulsions que toi sur l’orthographe inclusive, mais d’une manière plus instinctive à la fois en tant que femme j’ai l’impression d’une escroquerie, un achat à bon compte, et surtout désormais j’entends la voix de Macron prononcer « ceux et celles » pour mieux nous entuber tous et toutes…

     
  3. reitnomud

    juin 8, 2018 at 8:00

    Il y a un oubli de taille dans cet inventaire des absences:
    Le Dombass
    et surement beaucoup d’autres…

    D’autres parts, le mot « Rassemblement » m’énerve…
    Qui a jamais connu ou entendu parler d’un Rassemblement Révolutionnaire… hormis le RPR de Jacques Chirac 😉
    Rassemblement pour moi évoque le grégarisme de la foule devant le prédicateur.

    Ce qu’il y a de remarquable dans la Révolution Numérique, c’est qu’on cherche toujours les révolutionnaires…

    Comme disait la sagesse de Mao: pour qu’il y ait Révolution, il faut qu’il y ait des révolutionnaires ET un parti Révolutionnaire…

    Quant à l’écriture « inclusive », c’est le cache sexe de la boboïtude urbaine prépubère et boutonneuse…

    Bonne promenade

     
  4. Jeanne Labaigt

    juin 8, 2018 at 8:21

    J’adore galimatias pré-pubère ! beau travail décapant !
    Quant à l’escroquerie bêlante de l’écriture inclusive qui fait fi de la langue française : dit-on un sentinel.le, un capitain.e ??? etc… nous sommes une langue avec genre grammatical ( qui n’est pas le sexe) et cette écriture « inclusive » est une réductio a « globalenglish » et à l’américanisation capitaliste des pensées. Ce n’est en rien libérateur, comme femme cela me fait honte.

     
  5. reitnomud

    juin 8, 2018 at 11:56

    Il y a une erreur de « copier-coller » (c’est de ma faute)
    Les 3 lignes sous « 0 pour la socialisation »
    devraient être sous « 3 pour la santé »…
    Méa culpa…

    Si ce n’était pas si dramatique, on pourrait ouvrir un concours des mots oubliés de cette « proposition de base »…

    Mercredi soir Assemblée Générale des communistes du XXème place des Grés… ça risque d’être rigolo… 😉

    S’il y a d’autres mots importants d’absents, je suis preneur…

    Bien fraternellement…
    Bonjour à Marianne

     
  6. etoilerouge

    juin 8, 2018 at 2:40

    Bravo camarade, quelle meilleure démonstration que celle ci qui montre que ce texte ne part aucunement de la nécessité d’une analyse de classes pour mener une lutte des classes à même de faire reculer le capital à l’échelle nationale et celle de l’union européenne. Bravo pour vos remarques sur la langue française estropiée par des forces anti françaises , ce recul de la langue doit être pris au sérieux. Cela démontre que ce galimatias n’a pas pour but de permettre une véritable égalité des droits des classes dominées et des femmes concernées. Il faut refuser cette destruction dela langue comme destruction de notre capacité à nous rassembler comme peuple français. Quelle action possible dans le parti devant une telle capitulation?

     
  7. Marianne

    juin 8, 2018 at 3:37

    Merci d’avoir réagi si activement à propos de l’orthographe dite « inclusive ». J’ai eu aussi un commentaire de Georges Gastaud (à qui je demandais s’il avait connaissance d’un article bien informé sur la question et qui ne soit pas « de droite »), dont je cite le début:
    « Tout-à-fait d’accord Marianne et pour les mêmes raisons que toi. J’ajoute que le prétendu « masculinisme » du français est une absurdité : au Moyen Âge, la France était appelée par dérision « le pays des femmes » par nos voisins. Le premier texte poétique en français est le Lai du Chèvrefeuille de Marie de France, une princesse anglo-normande. Et si tu fais partie des « hommes » (« en disant homme j’embrasse toutes les femmes » disait Guitry), je suis UNE personne. On pourrait donner cent exemples. Le fait que le masculin ait absorbé le neutre latin vient du fait que c’est la forme accusative qui a donné le cas-objet en vieux français (les Gaulois ne savaient pas décliner le latin) et que « templum » est identique à ce cas à « dominum ». Tristes langues d’ailleurs, et peu informatives, que celles qui ne sexuent pas les substantifs, comme l’anglais (si tu dis que tu as un « nice neighbour », on ignore si c’est un homme ou une femme, et j’en passe (mais les tenants de la théorie du genre, qui pose que la différence sexuelle n’est qu’une construction culturelle, s’en réjouissent sottement). »
    Donc je reviens à la charge, si qn peut écrire ou trouver un article bien documenté, cela pourrait servir pour un amendement (si tant est qu’on ait envie de faire des amendements).

     
  8. Florian

    juin 8, 2018 at 7:48

    Sur l’écriture inclusive, un bon article, me semble-t-il
    http://iphilo.fr/2017/11/20/la-langue-francaise-reflet-et-instrument-du-sexisme-andre-perrin/

     
    • Marianne

      juin 9, 2018 at 6:15

      Merci pour le lien, et désolée si j’ai un peu squatté l’article, mais nos remarques vont dans le même sens.

       
  9. etoilerouge

    juin 9, 2018 at 2:40

    La destruction de la langue est dirigée politiquement. Un peuple qui détruit sa langue est condamné à parler celle de ses maitres et maitresses(égalité dans l’exploitation ne veut pas dire égalité des exploités). Une véritable liberté , une recherche d’égalité des classes dominées et des femmes de ces classes ne peut exister par la destruction de l’histoire du langage et des sentiments et affects qui nous lient aux générations passées et qui nous éclairent sur notre présent. La théorie du genre est idéaliste et non matérialiste et nécessiterait que les marxistes se penchent sur cette exaction. En tout cas oui amendement il faut et refus de parler comme ces crétins européistes nous le demandent.

     
  10. jehaislescookiesehaislescookies

    juin 9, 2018 at 9:04

    il y a dans un livre de stratégie chinoise, je crois que c’est le fameux livre de Sun Tseu si souvent cité par Asselineau, une règle qui dit qu’il ne faut jamais laisser l’ennemi choisir le champ de bataille. Et c’est valable aussi dans les batailles intellectuelles. Règle d’or (surtout à notre époque, ça n’a sans doute jamais été aussi vrai que maintenant) ne jamais employer, reprendre, le vocabulaire de nos ennemis, de la classe dominante, de nos gouvernants, et « maîtres à penser » autoproclamés, et leur armée de journalopes aux ordres. Surtout à notre époque, ce vocabulaire n’est pas innocent et contient une idéologie, ou a des buts cachés. Il faut au contraire imposer, tranquillement, notre propre vocabulaire, sans se soucier si ça perturbe nos maîtres.

    Exemple Bernard Friot à la télévision, j’ai adoré le moment où il a décrit les patrons et les actionnaires comme des « parasites », aussitôt tollé scandalisé sur le plateau, chez les invités patronaux qui commencent à le « lyncher » verbalement. Eh bien Friot n’a pas éclaté en sanglots en demandant bien pardon (comme certains…), il n’est même pas non plus monté sur ses grands chevaux , ni pris la peine de justifier son terme, il a simplement souri de l’air entendu de celui qui a bien compris d’où ça vient, et il a continué tranquillement et au cours de l’émission il a à plusieurs reprises réutilisé sereinement ce mot « parasites », « parasites ».

     
  11. jacques gleises

    août 22, 2018 at 11:47

    Faut se lever matin (et encore !) pour trouver dans la base commune des perspectives de luttes et d’avancées pour contrecarrer la situation politique actuelle. Un inventaire à la Prévert de cette situation ne fait pas un texte d’orientation et d’action !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :