RSS

la réflexion du jour: ceux qui ont laissé la place sont-ils crédibles?

06 Juin

Réponse à un camarade qui dit à que point le pCF a en Ian Brossat le candidat de ce qu’il est devenu et qu’annonçait Glouscard.

cher Leca, personnellement c’est moins le choix de Ian Brossat qui me pose problème que toute la manipulation qu’il y a eu autour de la présentation de « ce chef de file » et pas tête de liste, le fait qu’il n’y a pas de discussion véritable sur les contenus en matière d’Europe; La personne, au demeurant sympathique et dévouée de Ian Brossat, n’est pas à dénoncer, mais bien la manœuvre qui s’organise une fois de plus et dont la rusticité ne trompe que ceux qui veulent l’être. Celle-ci permet, vu que ian Brossat n’est pas tête de liste des communistes aux européennes, mais chef de file des communistes pour une liste de « gôche », toutes les manœuvres d’alliance avec des gens qui sont sur cette question d’accord avec Macron… Le fait d’appartenir à une liste d’union à Paris laisse ouverte les perspectives vu l’absence de contenu du programme. C’est pourquoi je dis que la personnalité de Ian Brossat n’est pas au centre duproblème qui est bien celui du contenu du « Congrès extraordinaire » ,même s’il n’est pas là par hasard entant qu’élu parisien, vu le contexte.

J’imagine très bien ce que vont me dire des camarades qui ont la foi du charbonnier et trouvent toujours d’excellentes raisons pour se réjouir de la dernière manœuvre d’une direction vidant le pCF de son essence révolutionnaire: ils vont dire c’est un bon camarade, ce que personnellement je ne mets pas en cause, du moins a priori, et c’est à nous communistes à populariser sa candidature. Ils ne voudront rien entendre sur le vide abyssal de notre programme pour les Européennes, d’ailleurs ils sont convaincus que notre « programme » l’humain d’abord, s’opposer à la finance suffit à convaincre les masses et d’ailleurs selon eux Tsipras n’agit pas mal, il a manqué de notre soutien, c’est tout. Bref nous devrions soutenir Tsipras et dénoncer notre passé et les liens que nous avions avec l’Union soviétique… je n’invente rien… Ils en sont là…

Et plus c’est flou, plus ils sont convaincus que c’est « démocratique » y compris quand le contexte international est gommé tout autant que la question européenne, ce qui nous amènera à privilégier « les alliances »… in fine… Le flou est pourtant le contraire de la démocratie et les proclamations qui n’engagent ni rien , ni personne, signifient notre incapacité à convaincre.

J’attendrai donc que d’autres que moi prennent conscience de la situation, j’ai déjà beaucoup donné et j’ai autre chose à faire… En particulier, travailler à tout ce que j’ai le désir d’écrire.. Si j’étais au CN, j’aurais été parmi les 26 camarades qui ont voté non. IL y a eu 49 voix pour, 26 voix contre  et 16 abstentions.. Par parenthèse, nous en sommes désormais avec les abstentions à près de 50/50, ce qui montre à quel point tout cela a besoin d’être discuté pied à pied dans la préparation du congrès.Ceux qui se battent pour conserver un parti révolutionnaire ont toute ma sympathie mais j’en suis au point où j’estime (influence chinoise sans doute) que l’on ne fait pas la révolution à la place des autres, je laisse donc la parole aux communistes, c’est à eux de dire ce qu’ils veulent faire de leur parti.

Malheureusement, cette manœuvre prouve qu’aujourd’hui les conditions de la construction d’une base commune et d’une direction représentant un renouveau vers un parti révolutionnaire indispensable à tout Front populaire et pas union de gauches sans principes et dont personne ne veut, ne sont pas réalisées, elles peuvent l’être cependant si chacun s’emploie à agir pour qu’il en soit ainsi,tous les communistes sont responsables de ce qu’il adviendra. Est-ce que nous avons la possibilité de perdre encore du temps en renouvelant les recettes qui nous ont conduit où nous en sommes?

Cela dit Leca tu as raison, la personnalité de Ian parait une illustration des mises en garde de Glouscard, ,mais je veux aussi mettre l’accent sur un fait essentiel qui concerne bien des communistes désormais sans parti ou avec des choix groupusculaires : Nous/Vous avez laissé la maison à ces gens là, ne vous étonnez pas de ce qu’ils en ont fait et que vous/nous ayons perdu toute crédibilité aux yeux de ceux qui pensent comme nous mais les suivent… et ce sont les plus nombreux…

l’ennui est que comme je disais hier de l’un d’entre eux, ils sont désormais le poison et l’antidote, une sorte de drogue, un médicament de confort pour ne pas voir vers quelle agonie nous sommes conduits,pour tenter de conserver le peu qu’il nous reste. Si le parti existe encore c’est à eux qu’ils pensent le devoir… et l’horizon des municipales, l’état réel des finances paraîtra un principe de réalité alors que cette nouvelle manœuvre signifie non seulement la fin de ce qu’on pourrait attendre d’un Congrès comme elle nous placera dans les pires conditions d’effacement pour les municipales. Il suffit de penser à ce qui se dessine pour Paris – et donc les limites de notre « chef de file »- pour en être convaincus.

C’est pour cela que j’ai personnellement choisi de ne préparer le Congrès que dans le lieu où j’ai quelque crédibilité, ma cellule, d’accepter d’y être minoritaire. Je refuse d’être le quelconque porte-parole d’une opposition qui n’existe pas et donc je serais la caricature,c’est-à-dire la « tendance ». Que les communistes tranchent en leur âme et conscience. Ceux de ma cellule sont capables de penser et d’agir, j’accepterai le dialogue dont nous avons l’habitude, mais je refuse d’aller ne serait-ce qu’à la section pour y jouer un rôle auquel je n’aspire pas, celle dont on inventera grossièrement les postions, dont on refusera de considérer les travaux, celle à qui l’on refuse toute contribution y compris en matière de formation au marxisme, préférant laisser des gens qui n’ont d’autre compétence que leur capacité à se rallier à toutes les errances qui nous ont conduits là où nous en sommes.

En ce qui concerne ceux qui sont partis, je pense au dernier prince arabe de Grenade,celui que chantait Aragon dans le fou d’Elsa. Il a donné sa ville sans combattre aux rois très chrétiens Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille. Il part en exil et du sommet de la Sierra Nevada il contemple sa ville. Sa terrible mère lui dit: « pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme ». C’est pour cela que je respecte les camarades de Vénissieux, ils n’ont jamais renoncé.

En outre, il y a au parti des gens qui se battent avec courage et détermination pour que ce parti ne soit pas tout à fait ce que les trois dernières directions ont choisi d’en faire, grâce à eux ce parti existe encore, je pense aux militants mais aussi aux élus. Je ne les confond pas avec ces médiocres manoeuvres qui tentent de nous faire renoncer à nos fondamentaux et à nous faire nous engouffrer derrière une nouvelle manière de nous effacer, ce qui est bien le but ultime de la candidature de Ian Brossat telle qu’elle se présente malheureusement. Il n’est pas question que je ne contribue pas à soutenir leur combat.

Je peux parler ainsi à cause de ma conviction profonde concernent la nécessité d’un parti révolutionnaire face à une situation de plus en plus intolérable, mais je crois que c’est aux communistes dans leur masse, dans ou hors parti de faire leur choix. Je suis confiante, ce qui se passe à la SNCF, ce combat un des plus soutenu dans la durée, cette combativité qui encore aujourd’hui ne désarme pas prouve que de nouveaux cadres vont surgir et que le besoin d’un parti révolutionnaire s’imposera.

danielle Bleitrach

Publicités
 
7 Commentaires

Publié par le juin 6, 2018 dans Congrès du parti 2018

 

7 réponses à “la réflexion du jour: ceux qui ont laissé la place sont-ils crédibles?

  1. etoilerouge

    juin 6, 2018 at 2:07

    Pas faux mais quel gouffre sous nos pieds pour ces temps à venir!
    Quant aux communistes dans le PCF il est vrai que sans débat réel ils ne peuvent choisir que le flou.
    Je dirais qu’ayant renié et reniant non le soviétisme mais MARX et Engels et Lenine et les victoires éclairantes et terribles et d’autant plus éclairantes que terribles du 20émé siècle communiste, ils sont condamnés à errer.
    Que doivent faire ceux qui restent dans et hors parti ?
    Se regrouper s’ils veulent peser.
    Hors , suite aux assises du communisme ils en ont été incapables.
    Il ne peut y avoir d’après LENINE de parti Révolutionnaire sans une pensée révolutionnaire. Retrouver le chemin au point où nous nous sommes perdus c’est la seule intelligence de celui qui chemine.

     
  2. histoireetsociete

    juin 6, 2018 at 6:30

    malheureusement , je n’ai pas envie de donner des leçons à des camarades que j’estime mais je ne vois pas l’intérêt de quitter le parti communiste, de le considérer comme vide et in fine aller soutenir, dans un soutien dit « critique », mais dont la « critique » est souvent absente Asselineau ou mélenchon. Ces derniers ne sont pas plus marxistes et léninistes que Pierre Laurent, et ils ont même abandonné toute réflexion sur le sujet. Ce que je dis je le répète n’est en rien une critique en ce qui concerne des gens qui par ailleurs alimentent souvent la plus utile des réflexions. Nous n’en sommes ni les uns, ni les autres aux certitudes.

     
  3. leca

    juin 7, 2018 at 7:09

    D accord avec Danielle, c est pourquoi je continue à voter pour le Parti Communiste. Mon bulletin de vote c est tout ce que je lui donne,. ce n est pas grand chose et c est beaucoup.La différence c’ est que je ne suis plus ses consignes de vote : Melenchon, Hollande, Hidalgo, Macron …
    Quant aux communistes oppositionnels ou authentiques dans ou en dehors du Parti, toute leur rigueur idéologique et leur expérience militante n aura servi a rien devant le vertige groupusculaire digne de la 4e internationale dont ils ont du pourtant jadis tant se moquer.

     
  4. histoireetsociete

    juin 7, 2018 at 8:34

    je dois dire que la situation générale relève plus de la chute de l’empire romain que de tout autre chose et je ne parle pas du seul parti communiste, mais du désarroi de ce qu’on ne peut même plus appeler « la crise ». Il faudrait du communisme, il n’ya que du « commun », c’est-à-dire cet ébranlement généralisé,cette absence de perspective,cet art de se raccrocher à des fétus de paille pour éviter de glisser totalement… Mais toutes les forces politiques donnent le même spectacle… La même absence de contenu, le même galimatias pour préserver les manoeuvres de couloir.L’impossibilité de la démocratie.

    personnellement en première lecture de « la base commune », ce à quoi je suis le plus sensible et réfractaire est la manière d’introduire du Marx à dose homéopathique pour être sur le fond aussi en rupture avec ce qui caractérise le marxisme, la rigueur intellectuelle, la pensée révolutionnaire. Ce n’est pas seulement une question de rédaction ou de style… ce qui pourrait paraître « cuistre », l’universitaire jugeant du bon usage de Marx. Non je crois que cela relève d’un véritable désarroi devant l’effacement du parti communiste, effacement auquel on continue plus que jamais à contribuer sur l’essentiel et dans le même temps,il y a la pensée magique, avec l’ usage de la citation proche de l’almanach vermot et très étranger à a culture qui est compréhension, recherche d’outils pour penser et agir.

    Le fond en est alors que l’on ne veut surtout pas d’un projet révolutionnaire mais de ce qui sera tolérable pour des alliances incertaines.

    Tout ce que cela m’inspire est alors: attendons que cela leur passe, moi à ce stade là je me sens incapable d’intervenir utilement….Et un optimisme raisonné et raisonnable sur la nécessité de la transformation partout, à commencer par la nécessité d’un parti révolutionnaire. Tout rafistolage conduira à la même situation d’impossible direction… Il faudra bien que l’on s’en rende compte, ne pas s’en rendre compte serait suicidaire. J’ai paradoxalement une grande confiance dans les communistes autant que dans le bon sens des « masses » et je me dis que cela ne peut durer.

     
  5. etoilerouge

    juin 7, 2018 at 3:35

    J’ai quitté le PCF, tout au moins son organisation, le soir où Danielle , à proximité du bd PERIER, près de la fontaine ESTRANGIN, me demanda de rester et souligna la qualité de G HERMIER comme dirigeant et directeur d’éditions. Encore aujourd’hui je n’en disconviens pas. Mais si je rappelle cela c’est que alors, en ce début des années 1990, j’étais moi même perdu et ne m’y retrouvais pas: les reconstructeurs, les machins ,les trucs ce n’était pas clair et j’étais moi même empreint de l’oubli du marxisme et surtout du léninisme, non comme une bible mais comme une pensée toujours vivante et active et une expérience concrète décisive aujourd’hui encore. Je baignais comme le plus grand nombre dans la mise à l’écart de ce que l’on appelle encore stalinisme, les illusions sur le « démocrate » GORBATCHEV et pire encore ELTSINE présenté comme l’homme neuf alors que les années passant il devint évident que lui et bien d’autres étaient sur des positions d’abord réformistes puis carrément contre révolutionnaires et anti socialistes…mais avec l’habileté des habits neufs pour un esprit et une pratique pourrie. Sans parler de l’eurocommunisme heureusement beaucoup discuté dans le parti alors: souvenez vous du stade VEL à moitié vide lors de la venue de BERLINGUER alors qu’il était copieusement garni lors de la venue de G MARCHAIS. Ces débats et la lecture d’ELLENSTEIN ( qui ne me convainquit pas lorsqu’il écrit dans son histoire de la France contemporaine qu’en ce tournant à venir des années 1981 les cellules ( déjà) n’avait plus de raisons d’être ( petit opuscule sur le parti) bien avant le congrès de MARTIGUES et les élucubrations d’un MARTELLI.Sa relation aussi de l’histoire de l’URSS me posait déjà problême avec ce STALINE un jour courageux et clair le lendemain éteint comme une chandelle, puis massivement fou de violence bref soutenir la version révisionniste comme dit le PC chinois devenait très contradictoire avec les témoignages des anciens du PCF encore vivants , ce que je connaissais comme la réponse de STALINE au représentant de la YOUGOSLAVIE l’avertissant des projets nazis et lui répondant : on les attend en plein pacte de non agression. Bref la critique de droite ,les ennemis du socialisme faisait leur œuvre la main sur le cœur , prétendant n’avoir en vue que l’amélioration du socialisme ( voir Monika et ses souvenirs) et finissant par reprendre les poncifs des nazis eux mêmes comme dans la soi disant holodomor inventée de toutes pièces par les nazis et soutenue par la curie romaine financée par le REICH comme en 1914 1918. Puis la remise en cause des libertés concrètes sociales des travailleurs au fur et à mesure de l’affaiblissement non seulement électoral mais organisationnel, philosophique, idéologique du PCF et de l’URSS .jusqu’à la mise en cause totale des droits sociaux soi-disant européens alors qu’obtenus par la victoire anti nazie et profondément de contenu communiste de 1945. Il m’a fallu du temps pour sentir, contredire, revoir ces années, voir le procédé de la défaite d’abord idéologique par le doute puis l’abandon des éléments les plus importants du socialisme jusqu’à la détestation forcée par des campagnes idéologiques totalement bidonnées contre le communisme ( exemple SOLJENITSYNE condamné pour antisémitisme) et devenant le héros des intellectuels français sous les coups de feu d’une immense campagne idéologique. Sans parler de ses talents d’écrivain qui démontrent contre lui même qu’un camp de rééducation soviétique n’a rien à voir avec un Koncentration lager nazi. Il suffit de lire SOLJE puis de prendre des écrits d’internés à MATHAUSEN, AUSCHWITZ, DACHAU. Quant au thème de la shoah supplantant l’histoire réelle qui était trop claire ( le nazisme parle très nettement dès les années 1920 de lutte contre le judéo bolchevisme donc deux volets l’un raciste l’autre politique mais mené en même temps) tout oubli de cela c’st le révisionnisme, c’est l’extrême droite. Et le but final que j’ai rencontré jeune en Bavière , RFA alors , c’est le récit hollywoodien et pro nazi de HITLER égale STALINE par un historien universitaire ayant mené campagne dans les armées nazis car ce récit est néo nazi. On viendra m’objecter Hanna ARENDT parce que juive mais maitresse d’un nazi? Hanna ARENDT n’est pas parole d’évangile , le totalitarisme était une objection présente dès les années 30 et était appuyée sur des campagnes d’extrême droite voire fasciste. Comment cette américaine vivant dans un pays massivement raciste, ayant utilisé contre les peuples l’arme du génocide par excellence , l’arme atomique, comment ce pays de violence aussi anticommuniste que celui d’Adolphe HITLER pouvait avoir une valeur historique ou philosophique sinon celle d’attaquer le socialisme? Bref l’ombre d’une europe allemande sous direction USA se profilait d’autant plus que je suis d’une famille SFIO d’avant guerre puis gaulliste attentive à la liberté de notre peuple et au manœuvre de puissances qui depuis déjà plusieurs siècles et en appui peu à peu de classes jouant le rôle de l’Abbé CAUCHON et de bien des nobles dans la guerre de cent ans bref cette classe trahi son pays, son peuple et le tout par volonté d’enrichissement et de protection auprès de dirigeants ayant mené la guerre sociale contre les travailleurs en Allemagne où depuis HITLER le parti communiste allemand est toujours considéré comme interdit et de trop dans le jeu politique. Aujourd’hui on accueille le cœur léger les néos nazis et rien n’est dit sur la situation des communistes…interdits par la constitution de la RFA et la reconstitution du REISCH sous une autre forme. Le PCF est perdu , dans le brouillard le plus total. Il est vrai qu’un peu de et même beaucoup de retour sincère au Marxisme lui ouvrira les yeux ainsi que la nécessité de défendre la classe ouvrière française et étrangère dans notre belle France d’aujourd’hui en éclaircissant le concept de classe moyenne généralisée utilisée comme étouffoir de la classe ouvrière présente et à venir. ,Mondialement la CHINE est évidemment une sacré épine dans le talon du capital impérialiste et CUBA une gifle permanente. A ce sujet et sur le passé comme le présent de l’enjeu écologique les livres de G SUING chez DELGA me semblent indispensables à tout communiste dans et hors parti et à un débat nécessaire comme d’ailleurs ceux de D BLEITRACH qui vit des moments très difficile et mérite notre soutien et d’aider à mettre fin à la censure du PCF qui la frappe et empêche y compris un vrai débat national sur les questions soulevées.. J’ajoute que la détestation du communisme ayant existé va de pair avec la détestation du meilleur de la Révolution Française laquelle ne provient pas de nouveautés historiques mais d’une campagne politique, institutionnelle, universitaire, éditoriale menée de main de maitre jusqu’à pousser un peuple tout entier à nier son histoire, à ne plus la comprendre et en faire un pantin désarticulé ( souvenez vous de la campagne du capitaliste BHL contre les idéaux d’égalité soupçonnés d’être la genèse du fascisme puisqu’elle fut genèse du communisme et que communisme= fascisme. Bref pas de démonstration ni d’histoire finement datée. Au diable les dates. Mélangeons, enfumons et le tour est joué. Jusques à quand? Aussi Danielle bravo pour ton livre dans ces conditions pré fascistes. Le PCF joue son existence et je comprends ton attachement au PCF mais leur refus du débat , de l’histoire réelle, sachant que lycées et universités font de l’évangile STALINE=HITLER l’alpha et l’oméga que tout citoyen européen doit réciter sans erreur sous peine d’être embastillé, privé de travail, de reconnaissance dans ce système où la reconnaissance spectaculaire est un nouvel opium des intellectuels cette fois ci. Le temps nous est compté aux jeunes comme aux anciens.
    Quant à ASSELINEAU il porte une critque qui comme d’autres dont la tienne doit pouvoir s’exprimer. Sortir de l’UE de l’euro et de l’OTAN, défendre la liberté du peuple français à son destin c’est autre chose que MACROn, SARKOZY, LE PEN faire valoir mais fausse opposante des européistes, HOLLANDE , HAMON et autres pantins favorables à l’Union européenne germano américaine qui coule notre pays. Alors non il n’est pas communiste mais cette position non à l’UE, l’euro ,l’OTAN est celle historique des vrais communistes et du gaullisme ou des français attachés à cette politique fruit complexe de la victoire de 1945. C’est manifestement la peur des révisionnistes de la direction du PCF et de toutes les force européistes ou prétendument réformistes sur l’Europe FN inclus ( le FN ne soutient pas la sortie de l’OTAN, ni la sortie de l’euro dans ces cponditionbs ses critiques contre le plombier polonais sont de la pure escroquerie politique. Le peuple français cherche la porte de sortie de l’Union européenne t particulièrement la classe ouvrière ce que refuse de voir le PCF. Le FN ne veut pas de cette sortie c’est le parti capitaliste opportuniste et violent par excellence. Sur la réforme SNCF il est d’accord avec la fin du statut mais prétend maintenir national la SNCF, l’opportunisme venant aider MACRON sur le statut. Mais chacun sait que plus de statut plus de service public. Et le tout vendu aux capitalistes allemands; J’affirme que pour la classe ouvrière la NATION républicaine existe.

     
  6. histoireetsociete

    juin 7, 2018 at 7:28

    je note mon « efficacité », tu quittes le parti, le jour même où je tente de te convaincre des qualités de Guy Hermier… en fait l’essentiel est cette longue histoire entre nous… et le fait que, comme bien d’autres, tu sois resté là à attendre comme nous tous une sorte de miracle qui serait le retour du communisme… Parfois je suis excédée par le gâchis … Souvent même… Et en ce moment, je n’arrive même plus à comprendre ce qu’ils cherchent et ce à quoi ils croient. C’est complètement irrationnel. Il suffit de voir ce qu’est le CN, les votes, un an après le dernier COngrès. Les chiffres des votes, les absents plus de la moitié, la position de la direction ne représente qu’un quart des élus au dernier Congrès, qu’est-ce qu’ils espèrent de l’état du parti, quel est le sens de ce refus de tenir compte de la réalité? Je tente de lire la base commune, difficile de subir plus d’un page à la fois… pourquoi n’ont-ils pas pris le risque de la démocratie, pourquoi m’infliger cette ridicule censure? Je croyais que Cause Commune publiait le compte-rendu. C’était une erreur, ils ne l’ont pas publié, une simple promesse non suivie d’effet. Tout cela est dérisoire, comme l’est l’interdiction qui m’est faite de donner des cours sur Marx… Il faut une camarade sûre! Quitte à n’avoir rien lu de Marx… je n’ai aucune colère, je suis accablée par tant d’idiotie… Mais est-ce qu’ils ne voient pas la situation? c’est complètement fou, irrationnel… Cela fait plus de 20 ans que je subis ça et je ne suis pas la seule, ils ont stérilisé des générations entières pour sortir leur indigeste clafoutis qui ne peut mêle plus rassembler les membres d’un CN élu il y a un an, ils sont incapables de tenir compte des leçons qu’ils ne cessent de recevoir… Je continue mais je prends de la distance et j’attends patiemment, j’ai même pitié d’eux…

     
  7. etoilerouge

    juin 8, 2018 at 4:29

    Tu n’as pas été inefficace et j’appréciais comme beaucoup HERMIER. Tu es restée combative et courageuse, tes opposants ne peuvent en dire autant. Leur stratégie est simple: attendre nos départs et le temps positionne alors les ennemis d’hier au cœur du Parti…gavé d’antistalinisme ( l’antistalinisme réel et historique c’est le capitalisme terroriste le nazisme). Parlant de MARX de bien loin et jamais de LENINE, le centenaire de la Révolution qui était un enterrement de première classe …Tout cela ne permet à aucun communiste du PCF d’affirmer que le communisme est la jeunesse du monde…et pourtant! Je te recommande les livres de SUING sur la biologie et l’écologie concrète et l’expérience à ce sujet de l’URSS et de CUBA auxquels il faudra ajouter je crois la CHINE. Cela rejoint par un autre chemin ton combat, notre combat.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :