RSS

le joli mois de juin et ses rendez-vous

29 Mai

Il y a beaucoup de rendez-vous en ce mois de juin et il m’est difficile de tous les honorer avec la tête froide qui conviendrait. Il n’y a pourtant qu’un seul remède, la solitude et la marche studieuse. Depuis ma plus tendre enfance je n’ai jamais connu d’autres manières d’être qui permette le calme et l’efficacité. Je suis si aisément submergée par l’angoisse de « mal agir ». Il faut donc que je relativise l’importance que je peux avoir. C’est comme si je devais me trouver sur une scène et que le trac m’envahisse, il n’y a pas d’autre solution que de réfléchir à son rôle. On se croit aisément la jeune première sur laquelle tout repose et il faut mesurer que l’on a qu’une phrase à dire « Madame est servie » parce qu’on est le maître d’hôtel qu’aucun spectateur ne remarque.

Il y a le débat ce samedi autour de notre livre 1917-2017, Staline, un tyran sanguinaire ou un héros national, à la librairie Maupetit à 16 heures 30, ce samedi 2 juin sur la Canbière à Marseille. Il aurait eu une quelconque importance si une force politique se préoccupait du communisme en ce moment. Mais la seule force qui aurait pu s’intéresser à son passé et donc à son avenir le PCF a choisi de liquider ce qu’il en reste pour n’être plus que les porte-voix d’une Union de la gauche dont personne ne veut sauf quelques troskistes eux mêmes capables de se regrouper dans une cabine téléphonique. La France insoumise comme tous les mouvements dits populistes (syriza, Podemos,etc…) ne me parait pas mener très loin et a atteint sa limite.  Ce type de mouvement est né à la fois des incapacités de mai 68, de son anticommunisme et des espérances des forums au lendemain de la chute de l’URSS, doublés de l’épisode bolivarien en Amérique latine. Tout cela est confronté à son plafond de verre à cause de son inadaptation à la gravité de l’heure. C’est au fond une tentative de survie social démocrate qui veut économiser la violence de l’histoire pour des petits bourgeois, comme mai 68 débouchant sur Mitterrand.  L’histoire est déjà ailleurs. Poser la question du communisme, de son passé revu et analysé en fonction de son avenir aurait une grande importance et son actualité est essentielle, mais il semble que je sois une des rares à en être convaincue, ce qui laisse mal augurer de l’audience de cette réunion.

Cela peut être négatif, et toute l’actualité, la combativité de certains et l’absence d’issus politique de fait, dit l’urgence d’une réflexion sur le communisme sans cesse repoussée. mais il est clair que je ne porte aucune responsabilité dans le suicide du PCF. Et il est tout aussi évident que ce qui renaîtra est déjà à l’oeuvre avec ou sans moi, fort heureusement.Je fais simplement partie, comme vous, de ces copistes du Moyen-Age qui recopiait des manuscrits antiques en espérant qu’ils trouveraient des destinataires et effectivement ils en ont eu… La transmission n’attendra pas si longtemps.

Au titre privé, privé de quoi? IL y a le procès d’Adlane, je n’ai aucune confiance dans la manière dont son avocat le gère, mais il n’y a aucune autre solution que de le laisser maître de son affaire et de cracher au bassinet. Là encore j’ai fait ce que j’ai pu pour aider Adlane en prison, pour l’empêcher de s’effondrer, pour le soutenir avec votre aide. Mais pour le reste le vin est tiré et il faut le boire, ma responsabilité n’est en rien engagé et il faut penser à autre chose pour être le moins mauvaise dans un procès dans lequel je n’ai pratiquement aucune part. Je vais me contenter de faire le mieux que je peux et de prendre des notes comme si j’étais reporter dans une histoire de bruit et de fureur dont je ne suis en rien l’héroïne

Enfin, il y a le voyage en Pologne, je me demande s’il est bien utile d’envisager des mémoires en commençant par le pire à savoir la maladie antisémite, cette imbécillité qui ronge les coeurs. Pourquoi affronter encore et toujours le cloaque ? Pourquoi aller me briser le coeur?

Mais au-delà de tout cela, il y a cet étrange privilège dont je jouis, celui de pouvoir goûter de la vie jusqu’au bout, un corps et un esprit aux aguets, disponibles pour toutes les connaissances, toutes les découvertes, celles d’un paysage, celle d’un film ou d’un livre, dans une perspective… Donc ce blog a toujours été le reflet de cette foi en la vie et en la capacité des êtres humains à faire face, dès que je me sentirai en état je recommencerai.

Croyez en mon amitié et que les Marseillais et plus largement gens des Bouches du rhône s’ils le peuvent viennent samedi 2 juinà la librairie Maupetit à 16 heures 30 pour notre débat.

Danielle Bleitrach

Publicités
 
 

2 réponses à “le joli mois de juin et ses rendez-vous

  1. etoilerouge

    mai 29, 2018 at 5:14

    J’y serais. Je diffuse votre article,, j’appelle des amis. J’ai lu votre livre. Faites nous connaitre la date du procès. Très amicalement.

     
  2. lessinescyclismeonweb

    juin 1, 2018 at 5:48

    Marrante l’affiche, on dirait un dessin de Marlaire, le papa de « Martine ».

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :