RSS

la double bévue du ministère de l’intérieur et le droit naturel des pauvres et des propriétaires selon Karl Marx

03 Mai

Résultat de recherche d'images pour "collomb manifestants"

Hier j’ai passé la journée à la bibliothèque de Marseille, l’Alcazar, pour travailler sur le jeune Marx, passionnant. La bibliothèque était envahie, pas une place de libre, tous les enfants du quartier venaient travailler là, en groupe, tous plus « basanés » les uns que les autres et merveilleusement polis et studieux. Une vraie réussite en matière de fréquentation, une démocratisation indéniable qui fait plaisir à voir. J’ai travaillé de onze heure à 17 heures sur le jeune Marx, et grâce à Lukacs en particulier, la relecture des textes, je crois que je commence à mieux maîtriser quelques élements de l’évolution de Marx.

En rentrant, je tombe sur l’inévitable des chaînes en continue: les débordements de la manifestation du premier mai et ces heures passées avec marx sont décidemment utiles pour décrypter les discours.

Pour réparer sa première bévue, laisser voir que la « haute police » a laissé le terrain libre aux casseurs, le ministère de l’intérieur a du commettre sa seconde bévue. Il a mis en avant  le fait qu’il avait été privilégié la sécurité des personnes, policiers, manifestants et même « hors la loi ». Il semble en effet que les trois catégories aient été mélangées d’une manière excessive et que l’on ait souvent du mal à distinguer un black bloc d’une fonctionnaire de police. Mais passons, là n’est pas le sujet. Etait-il bien judicieux que pour masquer sa complaisance avec les casseurs, le ministre de l’intérieur ait mis en balance la vie de quelques manants avec la sainte défense de la propriété privée?    Ceux qui approuvent la politique de Macron aujourd’hui en sont-ils à craindre morts et blessés dans le petit peuple qu’il s’agisse des manifestants ou de ces fils du peuple que sont les flics, quand il s’agit de la défense de la  propriété? Le socle des adhésions à la politique de Macron est de droite, voir d’extrême-droite. Ceux dont on nous dit qu’ils murmurent à l’oreille du président, des ministres et députés « tenez bon contre les privilégiés de la SNCF! » Ou encore ces économistes, essayistes qui viennent périodiquement expliquer sur les plateaux télés que certes rien ne permet d’affirmer qu’il y aurait une relation de cause à effet entre les privilèges accordés aux grandes fortunes et le retour à l’emploi, mais que de toutes manières, il fallait « réformer » puisque l’Europe procédait ainsi partout… Sans parler du premier ministre lui-même qui est venu nous expliquer à propos de la suppression de l’exit faxn  sans fard qu’il fallait que la France devienne le paradis des investisseurs capitalistes. Est-ce que la vie d’un manant vaut les droits d’un nanti?  Ont-ils les mêmes droits à la vie?

Dans l’analyse qu’il fait sur le vol du bois mort, alors qu’il dirige la gazette rhénane, Marx oppose le contraste brutal entre le droit coutumier des propriétaires des forêts à celui des pauvre. Ces derniers malgré l’interdiction du propriétaire féodal continuent à revendiquer ce doit coutumier qui les autorisait  à récupérer le bois mort parce que sans ce bois, ils ne peuvent ni se chauffer , ni se nourrir. Il s’agit dit Marx d’un droit coutumier qui anticipe sur le futur d’un droit vraiment humain qui repose que le fait  « qu’un certain type de propriété avait un caractère indécis, ne pouvait être déterminé ni comme propriété privée, ni vraiment comme propriété commune […] Ainsi survit, dans ces coutumes de classe pauvre, un sens instinctif de la justice; leur racine est positive, légitime, et la forme du droit  coutumier est ici d’autant plus naturelle que l’existence même de la classe pauvre a été jusqu’à ce jour une simple coutume de la société civile, une coutume qui n’a pas trouvé une place appropriée dans l’organisation consciente de la société », Cet appel au droit coutumier des pauvres contraste avec les privilèges  – qui sur le plan formel relèvent également du droit coutumier- des propriétaires des forêts. Marx démontre que ces privilèges sont des abus manifestes « Quand les privilèges en appellent du droit légal à leurs droits coutumiers, ils revendiquent, au lieu du fond humain du droit la forme animale du droit, qui n’existe plus désormais qu’en tant que masque animal ».

ce droit animal est celui de la fable le loup et l’agneau ou encore celle des animaux malades de la peste dans lequel le roi lion accuse l’âne d’avoir tondu un pré de la largeur de sa langue et d’être à l’origine de tous les maux que le courroux divin fait peser sur eux.

Dans le fond tous les « conquis » que la classe ouvrière a obtenu en france ne sont plus pour ce ministère et ce président là que du droit coutumier, dans lesquels un type de propriété ne pouvait pas être déterminé ni comme propriété privée, ni vraiment comme propriété commune dans une société qui ne la reconnaissait que contrainte et forcée. L’élection de Macron c’était celle de la transformation en droit légal de la propriété privée partout contre tous les droits coutumiers des pauvres. La bourgeoisie a enfin repris la main sur le programme de la Résistance qui lui a été imposée aux lendemains de la guerre et c’est partout pareil en Europe. Et dans cette action là, il a le soutien de la droite, de l’extrême-droite qui a su dénoncer la propriété des juifs, » l’ignoble Rothschild » pour mieux sauvegarder le capitalisme en général et supprimer les syndicats…

Il y a  la bourgeoisie qui, comme Monsieur Collomb, se dit républicaine et franc maçonne pour feindre de s’opposer au fascisme dans la défense de la propriété. Ce type de républicain, comme le dit Marx, est comparable à ceux ceux qui soutiennent la monarchie absolue constitutionnelle en Prusse, comme Hegel, ils défendent l’ordre bourgeois et arstocratique en l’idéalisant .Ils fabriquent une abstraction, des constructions conceptuelles arbitraires, la liberté, l’égalité, la fraternité qui prétendent démontrer la nécessité de leur « ordre », alors même que celui-ci prend de plus en plus l’apparence de tous les désordres et de la violence exercée par les riches contre les pauvres.  D’où l’excuse, la bévue par laquelle il prétend réparer la première bévue qui est d’avoir laisser éclater la connivence avec les casseurs, empêcher qu’il y ait des morts et des blessés. Par parenthèse notez à quel point les casseurs qui interviennent contre des objets, comme la voiture, la possibilité d’une sortie en famille au mac do, qui relèvent de ce que à quoi peut aspirer le plus modeste des français, rendent service à ceux qui veulent privatiser ce qui justement a un caractère de bien commun comme la santé, l’éducation, l’aménagement égalitaire du territoire… et pourquoi donc il est urgent pour monsieur Collomb de les laisser faire…

La République de monsieur Collomb est définie négativement, comme la limitation réciproque de chaque égoisme replié sur lui-même, l’égalité est une fiction, elle ne marque que la non relation directe, horizontale, fictive entre individus et son rôle en tant que ministre de l’intérieur c’est de faire assumer par tous l’égoisme de chacun. Tant qu’on y croit ça va… mais…

Pourquoi il s’agit d’une bévue… Parce qu’au point où il en est le capital pourrait bien considérer que la défense de la propriété privée doit être plus musclée et que ce républicain jadis socialiste est bien mou… C’est déjà un procès en incapacité que la droite dure et l’extrême droite ont ouvert contre lui: pensez-donc préservez des vies quand la propriété est en jeu? On ne nous l’a fait pas disent en coeur Le Pen et wauquiez…

 

Danielle Bleitrach

 

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :