RSS

Comment expliquer ? Pourquoi des Russes qui regrettent l’UNion soviétique votent Poutine et pas nécessairement communiste?

20 Mar

Plus de 60% des Russes regrettent l’Union soviétique. Même s’il est le second et la seule opposition crédible à Poutine, le Parti communiste de la fédération de Russie n’atteint pas les 15%. Poutine lui dépasse les 70%, nous pondérons les chiffres en tenant compte de la fraude massive. la différence entre la nostalgie et le vote commence à s’expliquer si nous demandons comme nous l’avons fait aux nostalgiques s’ils croient à un retour possible de l’URSS. Ils sont très peu nombreux à y croire. Il y a eu moment clé quand les communistes l’avaient emporté et que par fraude l’élection leur a été volée. Certains ont reproché au KPRF de ne pas s’être obstinés, mais peut-être faut-il également noter qu’ils ont plutôt partagé l’analyse faite par le KPRF à ce moment: le peuple n’avait pas la force d’affronter une nouvelle guerre civile avec les puissances occidentales liguées contre eux. ce que les russes expliquent en disant que les mentalités ont changé, qu’ils sont devenus trop individualistes, d’autres aspirent à un nouveau Staline, ils sont moins nombreux, mais 38% en font le plus grand homme de tous les temps. Il faut un homme fort pour en finir avec tout ça, ce désordre, le capitalisme, etc…  le peuple lui le supporterait-il?

Dans notre livre 1917-2017, Staline un tyran sanguinaire ou un héros national? (Delga-novembre 2017), nous reproduisons ce pins que j’ai d’ailleurs accroché à la porte de mon réfrigérateur. On y voit un Poutine en bras de chemise et en jeans comme un ouvrier, derrière l’union soviétique en rouge avec la faucille et le marteau et un slogan: « le plan avance »…

Quand Poutine est venu sur la scène montée sur la place rouge remercier ses électeurs avec une foule qui à sa suite scandait Russia! Russia! il y avait des drapeaux de toutes sortes, mais il y avait aussi pas mal de drapeaux à rayures noirs et jaunes qui célèbrent la victoire de l’Union soviétique sur les nazis, certains d’entre eux agrémentés de drapeaux rouges avec faucilles et marteaux …

Je crois qu’il y a des choses que nous avons du mal à comprendre pour expliquer la complexité de la situation et le vote russe. le plus important est de percevoir la terrible tragédie de 1991, comment elle a été vécue, la misère, la fin des droits, l’arbitraire, ils ont mis dix ans à sortir de cette abomination dont nous nous félicitions comme de la démocratie retrouvée… ils sont reconnaissants à Poutine du semblant d’ordre et de la dignité retrouvée, celle où on ne vend plus leurs femmes et leurs enfants à l’encan…

Nous y avons été confrontées dès notre voyage en Crimée et je vous recommande en particulier l’interview faite à cette époque intitulée « L’homo soviéticus ne fait plus de politique ». C’était un communiste du Donbass qui méprisait profondément les communistes pour avoir vendu l’URSS et qui n’avait aucune confiance dans le parti communiste d’Ukraine. Il les avait vus -disait-il- autour de Gorbatchev, l’approuvant. Il attendait un nouveau lénine et surtout Staline,pour foutre en l’air les oligarques. En attendant il considérait que Poutine était un moindre mal au moins il défendait la patrie, en restaurait la dignité.

Il faut manger une tonne de sel avec un peuple pour le connaître et nous français, à peine avons-nous vu un reportage à la télé ou un voyage organisé, nous savons… Il y a une vision colonialiste là-dedans, le ridicule déjà dénoncé par Montesquieu du Français s’ébaudissant « Comment peut-on être Persan? Un parti communiste devrait nous aider à nous débarrasser de ces supériorités stupides, ce mépris… cela fait partie de notre lutte contre les arrogants qui nous gouvernent et en usent avec nous avec le même mépris.

Ce que je souhaiterais ce serait un parti communiste Français qui nous ferait renouer partout avec les communistes qui partout se battent comme nous le faisons en france pour défendre la justice et la paix… pour refuser l’austérité, la toute puissance des monopoles financiarisés… la défense du service public, ce noyau de communisme que nous avions réussi à installer au coeur du capitalisme… Nous écouterions ce qu’ils ont à nous dire, nous les défendrions en cas de répression sans leur donner de leçons sur la manière dont ils doivent se battre…

Nous avons interrogé, tenté de comprendre les communistes et le peuple celui qui ne parle pas anglais et nous en avons déduit que nous avons moins de chance de nous tromper en les écoutant et en popularisant leurs combats…

En ce qui concerne le peuple russe, Rien ne me met plus en colère que de le voir traité comme des esclaves prêts à subir n’importe quoi… Comment peut-on considérer que ce peuple qui a fait la plus fabuleuse des révolutions, celle sur laquelle tout le 20 e siècle s’est adossé, obtenant décolonisation et émancipation ouvrière, celle des femmes, le peuple qui a donné 26 millions des siens pour nous sauver du nazisme serait un peuple d’esclaves? Il faut vraiment être les toutous du capital pour penser ainsi…

danielle Bleitrach

 

 

5 réponses à “Comment expliquer ? Pourquoi des Russes qui regrettent l’UNion soviétique votent Poutine et pas nécessairement communiste?

  1. Marco

    mars 20, 2018 at 11:53

    « En attendant il considérait que Poutine était un moindre mal au moins il défendait la patrie, en restaurait la dignité.»

    Ce communiste du Dombass semble avoir plus de bon sens que le PCF qui lui, ne veut sortir ni de l’Union Européenne, ni de l’OTAN, faisant fi du patriotisme le plus élémentaire consistant à faire passer la souveraineté nationale avant les clivages politiques…

    Tous les PC du Monde sont d’abord patriotiques et basent leur vision internationale dans un cadre nationaliste… Tous, sauf le PCF et ses homologues européens tenus en laisse par Bruxelles et Washington…

    Faut croire que pour les dirigeants du PCF, la soupe est bonne…!

     
  2. histoireetsociete

    mars 20, 2018 at 1:28

    limiter l’allégeance de la direction du PCF à l’UE au fait que « la soupe est bonne » est un peu trivial mais il est vrai que dans le cadre européen un parti ne touche de subvention que s’il dénonce le « totalitarisme » à savoir une certaine adhésion des PCF à une formule et d’autre part la reconnaissance du cadre de l’UE.

     
    • Marco

      mars 21, 2018 at 10:46

      Justement, ne trouvez-vous pas que c’est précisément cette forme aboutie de schizophrénie entre le communisme et l’ultra libéralisme qui décrédibilise le PCF ?
      Pour moi c’est flagrant et c’est la raison pour laquelle je pense que le PCF devrait AVANT TOUT rejoindre les partisans du Frexit ou bien en devenir un des pôles principaux.

      En acceptant les subventions européennes, le PCF doit limiter sa réthorique et son champs d’action à un cadre qui n’est pas le sien et il se bâillonne tout seul. Et ce n’est pas un détail…, il sert de caution morale aux ultra libéraux de l’Union Européenne, exactement comme le judaïsme religieux et la Shoah servent de caution morale au sionisme.

      Méditez ces paroles de Richard Prasquier lors du gala du Keren Hayessod, l’organisme suprême du sionisme, à Paris en 2016 :

      «« Etre lié au Keren Hayessod, c’est bénéficier d’un titre de copropriété sur cette famille du peuple juif, dont Israël est le centre et Jérusalem le foyer » a affirmé Richard Prasquier dans son discours, résumant ainsi la raison d’être du Keren Hayessod.»
      Retrouvez l’intégralité du discours de Richard Prasquier.

      http://www.keren-hayessod.fr/le-keren-hayessod/

       
  3. Hervacacia

    mars 21, 2018 at 12:39

    C’est un vote intelligent, je crois!
    1) Le PC russe partage la politique internationale de Poutine et il juge que c’est Poutine qui assure la stabilité de cette politique d’alliance avec la Chine et avec les autres pays socialistes.
    2) Le PC russe veut peser sur Poutine pour qu’il améliore le sort des Russes et autres nationalités de Russie en termes de pouvoir d’achat, de logement, d’éducation etc

     
  4. DD

    mars 22, 2018 at 12:14

    L’invasion hitlérienne avait fait ressortir massivement la symbolique nationaliste russe. Aujourd’hui, c’est à nouveau un encerclement militaire menaçant, qui n’a rien de théorique. Et le rempart de la nation à nouveau s’impose, prioritaire, pour exister face à la menace impérialiste occidentale. On ne construit ni ne défend le communisme sans nation(libre). Une priorité. On remarquera néanmoins que les emblèmes du communisme sont toujours là, au sein de l’armée. Que la plus prometteuse des alliances du pays le plus grand du monde, se fait avec le pays le plus peuplé du monde ; la Chine communiste. C’est un grand espoir pour l’humanité, qu’un grand peuple ait la sagesse d’élire un dirigeant comme Vladimir Poutine.

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :