RSS

MIT Technologie Review : Les entreprises de technologie devraient cesser de prétendre que l’IA ne détruira pas les emplois

14 Mar
Kai-Fu Lee

Un point de  vue de Kai-Fu Lee

  •  Peu importe ce que quelqu’un vous dit, nous ne sommes pas prêts pour les bouleversements sociaux massifs qui sont devant nous . Cet enseignant d’origine chinoise du MIT décrit une situation à laquelle rien ne nous prépare en affirmant que la Chine non seulement est en avance sur le programme mais est mieux à même de faire face à ses conséquences. Effectivement, le discours de la Chine sur la mondialisation et sur la révolution scientifique et technique qui est devant nous est incroyablement optimiste et ceci dans le cadre d’un retour au marxisme comme permettant de penser l’ébranlement des superstructures face à la transformation des forces productives en empêchant que les rapports de production capitalistes lui imposent l’exploitation et l’aliénation. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

J’ai emmené Uber à une conférence sur l’ intelligence artificielle au MIT un matin, et le chauffeur m’a demandé combien de temps il faudrait pour que les véhicules autonomes lui enlèvent son travail. Je lui ai dit que cela arriverait dans 15 à 20 ans. Il poussa un soupir de soulagement. « Eh bien, je serai à la retraite d’ici là », a-t-il dit.

Heureusement que nous n’étions pas en Chine. Si un conducteur l’avait demandé, j’aurais dû lui dire qu’il allait perdre son emploi dans environ 10 ans, peut-être 15 s’il avait de la chance.

Cela peut sembler surprenant, étant donné que les États-Unis sont, et ont été, en tête de la recherche sur l’IA. Mais la Chine rattrape son retard – si ce n’est déjà fait – et cette rivalité, avec une nation par rapport à  l’autre, garantit que l’IA arrive.

Cette histoire fait partie de notre numéro de mars / avril 2018

Voir le reste de la question 

La Chine aura au moins 50/50 de chances de gagner la course, et il y a plusieurs raisons à cela.

Premièrement, la Chine a une énorme armée de jeunes qui entrent dans l’IA. Au cours de la dernière décennie, le nombre de publications sur l’IA par des auteurs chinois a doublé. Les jeunes ingénieurs IA de Face ++, une start-up chinoise de reconnaissance faciale, ont récemment remporté la première place dans trois défis de vision par ordinateur devant des équipes de Google, Microsoft, Facebook et Carnegie Mellon University.

Deuxièmement, la Chine a plus de données que la US-way . Les données sont ce qui fait l’IA. Un très bon scientifique avec une tonne de données va battre un super scientifique avec une quantité modeste de données. La Chine a le plus grand nombre de téléphones mobiles et d’utilisateurs d’Internet dans le monde – le triple du nombre aux États-Unis. Mais l’écart est encore plus grand à cause de la façon dont les gens en Chine utilisent leurs appareils. Les gens là-bas ne portent pas d’argent. Ils paient toutes leurs factures de services publics avec leurs téléphones. Ils peuvent faire tous leurs achats sur leurs téléphones. Vous quittez le travail et ouvrez une application pour commander de la nourriture. Au moment où vous arrivez à la maison, la nourriture est là, chaude portée pat  une moto électrique. En Chine, les bicyclettes partagées génèrent 30 téraoctets de données de capteurs dans leurs 50 millions de trajets payants par jour , soit environ 300 fois les données générées aux États-Unis.

Troisièmement, les sociétés d’IA chinois ont passé la phase de copie. Il y a quinze ans, presque toutes les start-up décentes en Chine copiaient simplement la fonctionnalité, l’apparence et la convivialité des produits offerts aux États-Unis. Mais toute cette copie a appris aux entrepreneurs chinois désireux de devenir de bons gestionnaires de produits, et maintenant ils sont sur la prochaine étape: dépassant leurs homologues étrangers. Même aujourd’hui, Weibo est meilleur que Twitter. WeChat offre une meilleure expérience que Facebook Messenger.

Kai-Fu Lee

ANDY FRIEDMAN

Et quatrièmement, les politiques gouvernementales accélèrent l’IA en Chine. Le plan annoncé par le gouvernement chinois est de rattraper les États-Unis sur la technologie et les applications de l’IA d’ici 2020 et de devenir un centre d’innovation mondial d’ici 2030. Dans un discours prononcé en octobre, le président Xi Jinping a encouragé l’intégration de l’Internet. intelligence artificielle avec l’économie du monde réel. Et au cas où vous vous poseriez la question, ces choses ont tendance à ne pas être toutes des discussions en Chine, comme en témoignent ses politiques passées en faveur du train à grande vitesse et du mouvement d’entrepreneuriat de masse et d’innovation. En comparaison, les choses s’enlisent aux États-Unis. Considérez la façon dont la garantie de prêt du président Barack Obama au fabricant de panneaux solaires Solyndra a été dénoncé  en tant que capitalisme de copinage. Les camionneurs demandent maintenant au président Donald Trump et au Congrès d’arrêter les essais de camions autonomes.

L’émergence de la Chine en tant que superpuissance de l’IA n’est pas une grosse affaire pour la Chine. La concurrence entre les Etats-Unis et la Chine a déclenché des avancées intenses dans le domaine de l’IA qui seront impossibles à arrêter . Le changement sera massif, et tout n’est pas bon. L’inégalité s’élargira. Comme mon chauffeur d’Uber à Cambridge l’a déjà deviné, AI va déplacer un grand nombre d’emplois, ce qui provoquera un mécontentement social. Considérez les progrès du logiciel AlphaGo de Google DeepMind, qui a battu les meilleurs joueurs humains du jeu de plateau Go début 2016. Il a ensuite été battu par AlphaGo Zero, introduit en 2017, qui a appris en jouant à des jeux contre lui-même et en 40 jours toutes les versions antérieures. Maintenant, imaginez ces améliorations transférées à des domaines comme le service à la clientèle, le télémarketing, les chaînes de montage, les comptoirs d’accueil, la conduite de camions, et d’autres travaux de cols bleus et de cols blancs de routine. Il sera bientôt évident que la moitié de nos tâches peuvent être mieux faites à un coût quasi nul par IA et les robots. Ce sera la transition la plus rapide que l’humanité ait connue, et nous ne sommes pas prêts pour cela.

Tout le monde n’est pas d’accord avec mon point de vue. Certaines personnes soutiennent que cela prendra plus de temps que nous le pensons avant que les emplois ne disparaissent, car de nombreux emplois ne seront que partiellement remplacés et les entreprises tenteront de redéployer les personnes déplacées en interne. Mais même si c’est vrai, cela n’arrêtera pas l’inévitable. D’autres nous rappellent que chaque révolution technologique a créé de nouveaux emplois en remplaçant les anciens. Mais il est dangereux de supposer que ce sera le cas à nouveau.

Ensuite, il y a les optimistes symbiotiques, qui pensent que l’IA combiné avec les humains devrait être meilleur que l’un ou l’autre seul. Cela sera vrai pour certaines professions – médecins, avocats – mais la plupart des emplois ne tomberont pas dans cette catégorie. Au lieu de cela, ce sont des tâches de routine, à domaine unique, où l’IA dépasse de loin l’humain.

D’autres pensent que nous serons sauvés par un revenu de base universel. « Prenez l’argent supplémentaire fait par AI et distribuez-le aux personnes qui ont perdu leur emploi », disent-ils. «Ce revenu supplémentaire aidera les gens à trouver leur nouvelle voie et remplacera d’autres types d’aide sociale.» Mais l’UBI n’aborde pas la perte de dignité des personnes ou ne répond pas à leur besoin de se sentir utile. C’est juste un moyen pratique pour un bénéficiaire de la révolution de l’IA de s’asseoir et de ne rien faire.

Et enfin, il y a ceux qui nient que l’IA a un quelconque désavantage – ce qui est la position adoptée par plusieurs des plus grandes sociétés d’IA. Il est regrettable que les experts de l’IA n’essaient pas de résoudre le problème. Ce qui est pire, et incroyablement égoïste, c’est qu’ils refusent en réalité de reconnaître que le problème existe en premier lieu.

Ces changements sont à venir, et nous devons dire la vérité et toute la vérité. Nous devons trouver les emplois que l’IA ne peut pas faire et former les gens à les faire. Nous devons réinventer l’éducation. Ce sera le meilleur des temps et le pire des temps. Si nous agissons rationnellement et rapidement, nous pouvons nous prélasser dans ce qui est le   mieux plutôt que de nous vautrer dans le   pire.

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :