RSS

Les piliers fondateurs du FN sont des nazis

12 Mar

Notez parmi ces membres fondateurs Roland Gaucher qui appartenait au parti de marcel Déat : Rassemblement National populaire (note de danielle Bleitrach)

 

L’ADN idéologique du FN est une composante qu’il sera toujours impossible à effacer.

Léon Gaultier, ancien SS, co-fondateur du Front National © Jack Brte

Léon Gaultier fut secrétaire général à l’Information du gouvernement du maréchal Pétain -, chroniqueur à  » Radio Vichy « , et fut l’un des fondateurs de la Milice française. Il combattit sous l’uniforme allemand de la Waffen-SS avec le grade de Untersturmführer, il commanda une unité française sur le Front de l’Est durant l’été 1944. En 1972, il compte parmi les membres fondateurs du conseil national du Front national.

Il cofonde avec Jean-Marie Le Pen la maison d’éditions SERP (Société d’études et de relations publiques). Sur un album de La Serp, nous trouvons des discours de: Joseph Goebbels ou Pierre Laval, célèbre collabo du régime de Vichy. Aussi, certains disques de chants nazis sont contrebalancés par des chants militaires « historiques » de l’armée allemande, mais aussi:

Un quadruple album délicatement intitulé Le IIIè Reich – qui sera suivi de trois albums autour du même thème;

Un album intitulé Adolf Hitler – discours d’un dictateur;

Trois albums nommés Les Waffen SS;

Un triple album autour des jeunesses hitlériennes intitulé Hitlerjugend 1926-1945;

Un disque de discours de Pétain;

Un autre de poèmes déclamés par le collaborationniste Robert Brasillach et considéré comme le plus »émouvant » par le père de la dirigeante du FN.

Roland Gaucher ancien milicien co-fondateur du FN © Jack Brte

Roland Gaucher, né Goguillot devient de février 1942 à 1944, responsable des Jeunesses nationales populaires, mouvement de jeunesse du collaborationniste Rassemblement national populaire. Le 22 avril 1944, il demande au régime de Vichy de « dresser des listes d’otages et des poteaux d’exécution » à un rythme plus soutenu. Il est condamné fin 1944 et libéré en 1949.

Il est ensuite journaliste dans de nombreuses publications comme Est Ouest (de 1949 à 1959) ou l’Auto-Journal (de 1960 à 1965), puis au journal Minute (à partir de 1965), en qualité de grand reporter. Journaliste d’investigation, il se spécialise dans la dénonciation des organisations communistes, et travaille en particulier à l’Institut d’histoire sociale de Georges Albertini.

En octobre 1972, il est un des fondateurs du Front national.
En 1984, il fonde avec Michel Collinot National-Hebdo, l’hebdomadaire du Front national, dont il est le rédacteur en chef jusqu’en 1993. En 1991, il rachète Le Crapouillot avec Jean-François Galvaire, journal qu’il dirige jusqu’en 1994. Il est conseiller régional FN (Picardie, 1986-1987 puis Franche-Comté 1992- 1998 ), et député européen FN (16 avril 1986 – 24 juillet 19894). Il est également tête de liste FN dans le XIXe arrondissement de Paris en 1983 et en 1989.

En 1988, Well Emmanuel Allot, dit François Brigneau:

 

François Brigneau, ancien milicien, vice-président du Front national © Jack Brte

Membre du Rassemblement national populaire de Marcel Déat, il s’oriente vers la Collaboration durant la Seconde Guerre mondiale. En juin 1944, au lendemain du débarquement allié en Normandie, il s’engage dans la Milice. Un demi-siècle plus tard, « il tire une certaine gloire » de cet engagement. Arrêté, il est emprisonné à Fresnes où il partage la cellule de Robert Brasillach.

En 1972, il participe à la fondation du Front national et devient vice-président du Front National de 1972 à 1973.

Il a collaboré en tant qu’éditorialiste, dans les années 1980 et 1990, à l’hebdomadaire National-Hebdo, dont la rédaction est domiciliée dans les locaux du Front national. Il fut également le responsable de la rubrique télévision de National-Hebdo, signant ses articles du pseudonyme féminin de Mathilde Cruz.
François Brigneau s’emploie régulièrement dans ses éditoriaux à dénoncer l’influence exercée selon lui par la communauté israélite.
Il fut plusieurs fois condamné pour écrits antisémites par la 17e chambre correctionnelle de Paris.

Pour les élections européennes de juin 2009, François Brigneau écrit avoir été tenté de voter pour la « liste anti-sioniste » conduite par Dieudonné

 

Roger Holeindre conseiller spécial de Marine Le Pen © Jack Brte

Roger Holeindre engagé dans l’OAS, il purga une peine de prison.
Fidèle à ses engagements, il continue parallèlement son engagement à l’extrême droite, conseillant les jeunes militants du mouvement Occident. Pour l’élection présidentielle de 1965, il fait partie du service d’ordre de Jean-Louis Tixier-Vignancour.
Après Mai 68, il fondera d’autres mouvements nationalistes et antigaullistes,dont les Jeunesses patriotes et sociales (JPS), et le Parti national populaire, tout en dirigeant la revue Contre-poison. Il tente sans succès d’unifier les mouvements d’extrême droite autour de son mouvement.

En 1972, Roger Holeindre participe aux côtés de Jean-Marie Le Pen à la finalisation de la fondation du Front national, initié par Ordre nouveau, mouvement d’extrême droite, dont il est plus tard élu député de la Seine-Saint-Denis (1986-1988).

Il est par la suite l’un des vice-présidents du Front National.
Il dirige la liste Front national aux élections territoriales de Corse en 1998 où il manque le seuil de qualification au second tour. À la suite de l’annulation de ces élections, il retente sa chance en 1999.

La liste complète serait trop longue. Rajoutons toute fois Victor Barthélémy, ancien dirigeant du Parti du Peuple Français de Doriot, stalinien rallié au nazisme, ancien membre du comité central de la LVF, ancien de Sigmaringen, ancien compagnon de Simon Sabiani (quel pedigree !), qui participe lui aussi à la création du FN, dont il restera membre jusqu’en 1978.

Sur le même sujet:

http://www.lesinrocks.com/2012/12/12/actualite/lebourg-11330741/

http://www.huffingtonpost.fr/gregoire-kauffmann/histoire-front-national_b_3377125.html

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le mars 12, 2018 dans extrême-droite, HISTOIRE

 

Une réponse à “Les piliers fondateurs du FN sont des nazis

  1. jfgarsmeur

    mars 12, 2018 at 8:49

    A reblogué ceci sur Guerrier nomade.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :