RSS

Qu’est-ce que « abolir la propriété privée » et pourquoi? toujours de l’Ecole centrale du parti communiste chinois

26 Fév

En commémoration du 170ème anniversaire du Manifeste du Parti Communiste, voici un autre article sur l’interprétation chinoise de la nécessité d’abolir la propriété privée, il y a toute une démonstration sur le fait que ce qu’il faut abolir n’est pas la propriété, mais sa capacité à exploiter, à soumettre l’immense majorité de la population à ses seuls intérêts, pour cela il faut que le prolétariat ait le pouvoir politique et instaure la dictature du prolétariat, la démocratie. C’est ce que les communistes chinois ont réalisé. Mais leur stade de développement était insuffisant pour atteindre l’essence du socialisme, le développement des forces productives dirigé par le pouvoir socialiste. Il a fallu passer par ces fourches caudines. mais l’existence du pouvoir du parti communiste nous permet de contrôler le processus non seulement dans le sens du bien être et de l’égalité de notre population mais de celui de l’égalité non raciste entre les peuples du monde. Donc même si l’abolition de la propriété du capital est un processus long, nous en avons bâti la base réaliste et c’est non seulement notre mission pour l’avenir, mais nous l’avons entamé dès le début aujourd’hui. (note de danielle Bleitrachet traduction de jean Jullien)

 

Résultat de recherche d'images pour "Chine et communisme"

Maison d’édition populaire http://www.ccpph.com.cn 2018-02-07 Source: China Theory Network

Le « Manifeste communiste » est un document programmatique sur la théorie et la pratique publié en 1848 en tant qu’exposé sur le communisme et il est un symbole de la naissance du marxisme et du socialisme scientifique. Dans le «Manifeste communiste», Marx et Engels ont résumé la théorie communiste en disant qu’il fallait : «Éradiquer la propriété privée». Alors, quel serait le but de «l’élimination de la propriété privée»? C’est une question urgente qui a besoin d’être clarifiée.

Le « Manifeste communiste » (ci-dessous dénommé le « manifeste ») a souligné que les principes théoriques des communistes ne sont nullement basés sur les idées et les principes de certains réformateurs. En même temps, l’abolition des relations de propriété préexistantes n’est pas le fait des seuls communistes. La déclaration soutient que toutes les relations de propriété ont subi des changements historiques fréquents et des changements historiques. Par exemple, la révolution française a aboli la propriété féodale et l’a remplacée par la propriété bourgeoise. « Cependant, la propriété privée bourgeoise moderne est basée sur l’antagonisme de classe et sur l’exploitation des uns par les autres . » Ainsi, en ce sens, « les communistes peuvent résumer leur théorie en une phrase: Éliminer la propriété privée. »Le but de l’élimination de la propriété privée est évidemment d’éliminer« l’antagonisme de classe »et« l’exploitation de certains par d’autre ». Mais spécifiquement, sa signification devrait être celle-ci:

Premièrement, l’élimination de la propriété privée n’a pas pour but de priver qui que ce soit du pouvoir de posséder des biens sociaux, mais de les priver du pouvoir d’asservir le travail d’autrui.

le Manifeste stipule « On nous a reproché, à nous autres communistes, de vouloir abolir la propriété personnellement acquise, fruit du travail de l’individu, propriété que l’on déclare être la base de toute liberté, de toute activité, de toute indépendance individuelle.»

C’est en fait une calomnie contre les communistes. Cette propriété ne sera pas détruite par les communistes, car les biens du petit bourgeois, du petit paysan ont déjà été éliminé. Dans une société capitaliste, «le progrès de l’industrie l’abolisse et continue de l’abolir tous les jours». De toute évidence, la bourgeoisie veut toujours déformer le sens que le communisme donne à l’abolition de la propriété privée, en reprochant aux communistes d’essayer de détruire les biens personnels, de manière à isoler et à attaquer les communistes. « Le Manifeste communiste » énonce clairement: «Nous ne voulons en aucune façon abolir cette appropriation personnelle des produits du travail », parce que « cette appropriation ne laisse aucun profit net qui confère un pouvoir sur le travail d’autrui. Les communistes n’élimineront donc jamais les biens personnels appartenant à des individus, y compris le logement, et permettront le libre développement des personnes.

Deuxièmement, l’abolition de la propriété privée ne consiste pas à transformer la propriété personnelle en propriété sociale, mais à détruire la nature de classe du capital et les conditions de vie dans lesquelles les travailleurs ne vivent que pour l’accumulation du capital.

Les communistes veulent éliminer le pouvoir d’utiliser ces biens privés ou produits sociaux pour asservir les autres. Nous voyons que dans une société capitaliste « une personne qui n’a pas d’autre propriété que sa propre force de travail doit, quel que soit son statut social et culturel, l’aliéner pour accéder à des moyen de production dont ils deviennent les esclaves.Le prolétariart ne peut travailler qu’avec la permission du propriétaire des Moyens de production, et ainsi le prolétaire ne peut survivre qu’avec l’autorisation de la bourgeoisie.De toute évidence ce pouvoir, qui utilise les moyens de production pour asserir le prolétariat , doit-il être maintenu ou les communistes devraient-ils l’éliminer? Par conséquent, les communistes en tant que représentants des intérêts du mouvement prolétarien, « n’ont pas d’objectif qui les sépareraient de l’ensemble du prolétariat Les communistes doivent avoir pour but l’éradication de l’oppression et de l’exploitation de la propriété privée, la libération du prolétariat des chaînes de la propriété privée. .

Deuxiemement , l’effacement de la propriété privée ne consiste pas à transformer la propriété personnelle en propriété sociale, mais à détruire la nature de classe du capital et les conditions de vie dans lesquelles les travailleurs ne vivent que pour l’accumulation du capital.

Le Manifeste souligne que certains reprochent aux communistes de vouloir éliminer « la propriété privée bourgeoise ». En effet, les communistes devraient agir en ce sens . La propriété privée capitaliste bourgeoise est le « capital », ou « l’exploitation du produit du travail salarié» qui «ne peut s’accroître qu’à la condition d’exploiter encore et encore du travail salarié, afin d’accroitre exploitation et accumulation». De toute évidence, le capitaliste dépend de l’exploitation du travail des ouvriers, c’est-à-dire du travail salarié. En tant que produit collectif, le capital ne peut pas être démultiplié par le seul capitaliste, mais par les efforts conjugués de nombreux travailleurs.

Mais le travail salarié, le travail du prolétariat ne lui apporte aucune propriété, il n’est qu’un des instruments de l’accumulation du capital. « Le prix moyen du travail salarié, c’est le minimum du salaire, c’est-à-dire la somme des moyens de subsistance nécessaires pour maintenir en vie l’ouvrier en tant qu’ouvrier. Par conséquent, ce que l’ouvrier s’approprie par son labeur est tout juste suffisant pour reproduire sa vie ramenée à sa plus simple expression ». on ne parle pas de l’acquisition de biens personnels à partir de salaires insuffisants.

Troisièmement, le but de l’élimination de la propriété privée est d’éliminer l’exploitation, d’éliminer les antagonismes de classe et, éventuellement, d’établir une coalition de personnes libres.

Le « Manifeste » dit que l’abolition de la propriété privée est la condition de l’éradication de l’exploitation, et des conditions de l’exploitation, de la suppression des classes et des antagonismes de classe : éliminer le caractère individuel, l’indépendance et la liberté de la bourgeoisie, pour restaurer la personnalité individuelle, l’indépendance et la liberté de tous. Il faut éliminer l’exploitation de l’homme par l’homme et éliminer ensuite l’exploitation raciste des nations, c’est-à-dire détruire l’oppression du prolétariat par la bourgeoisie, et éliminer l’oppression de la bourgeoisie par le prolétariat en tant que classe. En résumé, l’abolition de la propriété privée par la révolution communiste signifie «réaliser la rupture la plus radicale avec les rapports de propriété privée capitaliste, » jeter les bases pour la réalisation du communisme, l’instauration d’une communauté de peuples libres. Les conditions « du libre développement de tous ».

Cependant puisque « le capital n’est donc pas une puissance personnelle; c’est une puissance sociale ». Alors les communistes doivent « transformer le capital en propriété commune appartenant à tous les membres de la société », abolir « l’indépendance et l’individualité » du capital, détruire la nature de la classe bourgeoise de la propriété privée, supprimer ce « qui fait que l’ouvrier ne vit que pour accroître le capital, et ne vit qu’autant que l’exigent les intérêts de la classe dominante ».

Le « Manifeste » soutient que la seule façon « d’éliminer le système de propriété des biens qui sont interdits à l’écrasante majorité du peuple », et d’éviter que «les travailleurs soient niés et que les ouvriers n’obtiennent rien» dans la société capitaliste, c’est que dans une société communiste « le travail salarié » se débarrasse du « capital » et de l’exploitation, de sorte que « le travail déjà accumulé ne soit qu’un moyen d’élargir d’enrichir et d’embellir l’existence des travailleurs».

Quatrièmement, l’élimination de la propriété privée, l’élimination de l’antagonisme de classe et l’élimination de l’exploitation ne sont pas accomplies d’un seul coup : c’est un processus historique à long terme.

Le Manifeste déclare que l’action commune du prolétariat, dans les pays civilisés tout au moins, est une des premières conditions de son émancipation. Par conséquent, pour supprimer la propriété privée, pour éliminer l’antagonisme de classe, pour éliminer l’exploitation, « la première étape dans la révolution ouvrière est la constitution du prolétariat en classe dominante, la conquête de la démocratie ». Alors, « Le prolétariat se servira de sa suprématie politique pour arracher petit à petit tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les instruments de production entre les mains de l’Etat, c’est-à-dire du prolétariat organisé en classe dominante », et en tant que classe dominante il détruira par la violence les anciens rapports de production, éliminera les conditions sur lesquelles se développent les antagonismes de classe, l’abolition des classes et ce qui permet leur existence .

Mais nous savons que la révolution communiste ne se réalisera pas dans un court laps de temps, et seulement à un certain stade de développement économique, politique, social et culturel, résultant de tous les aspects d’un développement coordonné. Bien que le Parti communiste chinois ait établi un pouvoir d’Etat socialiste après une révolution démocratique, le stade primaire du socialisme n’avait pas franchi l’étape de la société capitaliste. Au contraire, il doit passer par ces fourches caudines. Les communistes chinois en sont à l’essence même du socialisme qui est de « libérer et développer les forces productives, d’éliminer l’exploitation et les inégalités de classe, et, finalement de parvenir à la prospérité commune, » une base réaliste. Imaginez s’il n’y a pas d' »exploitation » de l’essence même du socialisme, c’est-à-dire le droit de gouverner ce développement, ce que les communistes chinois entreprennent en fonction de l’étape en cours,quelle pourrait être l’élimination de l’exploitation s’il n’y a pas d’exploitation préalable de l’essence du socialisme.

Par conséquent, la nécessité d’éliminer l’exploitation n’est pas seulement au coeur de l’objectif des communistes chinois dans le cadre du développement socialiste, mais aussi la base pour les communistes chinois pour formuler leurs tâches actuelles. L’abolition des conditions d’exploitation existantes, c’est-à-dire l’éradication de la propriété privée, n’est pas seulement une théorie des communistes, mais aussi ce que les communistes ont commencé et leur mission .

(Auteur: Yang Ning Cong, École des hautes études école du Parti diplômé 2015)

 

Une réponse à “Qu’est-ce que « abolir la propriété privée » et pourquoi? toujours de l’Ecole centrale du parti communiste chinois

  1. Hervacacia

    février 26, 2018 at 3:12

    Cet article me semble une bonne réponse aux affirmations simplistes du libraire de Tropique, et aussi aux analyses savantes et néo-maoïstes de Samir Amin.

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :