RSS

Les comptes ne seront jamais réglés ni avec la Pologne, ni avec le monde

14 Fév

lRésultat de recherche d'images pour "ghetto polonais"

Cette meurtrissure d’être comme le dit Pierre Goldman ne s’oublie jamais, elle est mienne, elle est votre mais vous l’ignorez… je prends des vacances parce que je doute de l’intérêt de tout cela, la solitude est totale,non faute de gens, il n’y en a que trop, mais faute d’une langue commune,  parce que cette meurtrissure sans cesse infligée, est aussi à jamais une manière de situer dans l’Histoire (note de danielle Bleitrach)

Bonne nuit, vaste monde,
Monde géant, monde puant,
ce n’est pas toi, c’est moi qui fais claquer la porte.
Avec la longue houppelande,
Avec l’étoile jaune en feu
Avec mon pas orgueilleux,
A mon propre commandement
Je retourne dans le ghetto,
j’efface et foule toutes les traces d’apostasie,
Je me roule dans ton ordure.
Louange!Louange! Louange!
Vie juive bossue,
Monde, j’abjure
ta culture d’impureté,
Et bien que tout soit dévasté
Je cherche la poussière en ta poussière,
vie juive désolée.
Allemand porcin, Polak exécrable,
vieux pays-voleur de beuverie et de mangeaille,
Loqueteuse démocratie avec tes froides
Compresses de symmpathie!
Bonne nuit, monde insolent, monde électrique,
Je retourne à ma lampe, à la cire des ombres.
Octobre éternel, étoiles cmalingres,
A mes rues tordues, mes lanternes bossues,
Mes parchemins usés, mes saints grimoires,
Mes halakhas, mes sévères
Principes, vers les lumineux florilèges hébreux,
Vers la loi, le devoir, le sens profond et la justice
Monde je marche allégrement
vers la lumière silencieuse du ghetto (1)

Jacob Glasteïn, traduction Charles Dobzynski, in mémoire d’un peuple, paris, 1975. P. 293-294

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le février 14, 2018 dans Europe, mon journal

 

2 réponses à “Les comptes ne seront jamais réglés ni avec la Pologne, ni avec le monde

  1. Jean-Louis COTTY

    février 14, 2018 at 8:32

    La poésie permet d’exprimer la douleur indicible celle ineffable qui s’incruste à jamais pour l’éternité.

     
  2. etoilerouge

    février 14, 2018 at 5:17

    magnifique poème qui parle bien d’aujourd’hui. Restez dans la lumière chère madame

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :