RSS

De quoi Staline fut-il le nom ?

09 Fév

Malgré son titre « 1917-2017, Staline tyran sanguinaire ou héros national ? » ne porte pas seulement sur Staline, mais pose des questions sur la nature du pouvoir soviétique de 1917 à la chute de l’Union soviétique. Il présente des faits, des arguments. La notion de totalitarisme qui va jusqu’à identifier ce pouvoir à celui du nazisme, doit être dénoncée.
Le livre part d’une interrogation sur la différence d’opinion entre ceux qui ont vécu l’URSS et l’image que nous en avons en France. 67 % des habitants de la Fédération de Russie en septembre 2017 regrettaient l’Union soviétique et 38 % d’entre eux plaçaient Staline et Lénine en tête des plus grands hommes de l’histoire. Pourquoi ? Ce que tous les sondages affirment, nous l’avons constaté sur le terrain. Staline est l’homme d’une époque, l’Union soviétique ne se limite pas à sa seule domination, mais incontestablement Lénine et Staline ont opéré une rupture et créé les conditions d’une autre société dans un encerclement permanent et une violence de quatorze États ligués contre elle. Un état des lieux s’impose. On ne peut pas ignorer cette extraordinaire tentative de changement de pouvoir et de société. Prétendre effacer la mémoire des peuples est aussi destructeur que d’imposer aux individus l’ignorance de leur passé et de leurs origines. Ce livre est donc une présentation des pièces du dossier en vue de l’ouverture d’une véritable analyse scientifique mais aussi politique, d’une expérience qui continue de marquer notre présent et qui conditionne notre avenir.

Conférence de présentation de l’ouvrage par ses auteures, suivie d’un débat :

Danielle Bleitrach, universitaire à la retraite, sociologue, journaliste, blogueuse, ancienne dirigeante politique du PCF, globe-trotter et écrivain. Auteur, entre autres, de L’Usine et la vie avec Alain Chenu (Maspero ; 1980), Classe ouvrière et social-démocratie, avec Alain Chenu et Jean Lojkine (Éditions sociales, 1985), Cuba est une île, avec Viktor Dedaj (Le Temps des cerises 2004, et traduit en espagnol en 2005 chez Viejo Topo), Cuba, Fidel, le Che ou l’aventure du socialisme, avec J.-F. Bonaldi (Le Temps des cerises 2006). À paraître également, en juillet 2015, Fritz Lang et Bertolt Brecht, le nazisme n’a jamais été éradiqué chez LettMotif.

Marianne Dunlop est Agrégée de russe, a fait de l’étude des langues et des peuples le cœur de sa vie. Grâce à des bourses d’études, elle passe un an en URSS et deux ans en Chine. Sa curiosité l’a ensuite amenée à apprendre, entre autres, le turc, le coréen, le persan… et même l’Espéranto. Elle enseigne aujourd’hui le chinois à l’Université d’Artois, tout en assurant des missions d’interprète et de traductrice assermentée.

Tag(s) : #politique#histoire#russie#communisme#Marianne Dunlop#Danielle Bleitach
Publicités
 

5 réponses à “De quoi Staline fut-il le nom ?

  1. Marial BRACONNIER

    février 10, 2018 at 2:43

    Très interessant, j’attendais impatiemment cette video, n’ayant pu venir à la librairie. Un immense champ de travail est ouvert, mais qui va s’y attacher, en plus de vous… ? Et comment le faire connaître plus largement pour tenter de contrer les visions simplistes qui drainent les médias, les écoles, etc…
    Vous évoquez le livre de Vassili Grossman ( Vie et destin) qui même s’il n’est pas un travail d’historien est toute de même une expérience personnelle qu’il est difficile de nier d’autant qu’il a été un fervent défenseur de l’URSS. Que pensez vous de sa position sur l’URSS ( ou Staline) qui aurait été, à une période donnée, antisémite ? Y a t-il selon vous des sources sur ce sujet ? Merci encore.

     
  2. Philippe, le belge

    février 10, 2018 at 10:40

    Merci pour cette vidéo, ça fait du bien de t’y voir en si bonne forme, à défaut de pouvoir être moi-même sur place.
    Même si je n’ai plus laissé de commentaire ici depuis longtemps, je ne suis jamais très loin et ça fait maintenant plus de 10 ans que ça dure…

     
  3. histoireetsociete

    février 11, 2018 at 4:52

    merci à vous et à tous ceux qui ont la patience d’écouter cette conférence… Mon cher Philippe je sais que tu es là et je revois toujours cette rencontre en Belgique, tu étais un beau jeune homme blond, un individu qui aspirait à quelque chose de plus essentiel que soi, un communiste… tu fais partie de ces rencontres que je n’oublierai jamais.

     
  4. frank

    février 11, 2018 at 7:54

    Bonsoir Danielle,le visionnage de la discussion à la librairie Tropiques m’a passionné.
    MERCI.
    Au fait,que vous ont fait les polonais,pour que vous soyez si hostiles à l’idéologie dominante,historiquement en Pologne?Comme partout,il a du y avoir de l’antisémitisme,mais aussi des shettels,des philosémites,des athées,des socialos,des cocos,des anars???
    STP?quel est ton point de vue à toi,Danielle que je comprends si bien,sur cette hostilité des jjifs vis à vis des polonais,alors que vis à vis des allemands ça semble différent?

     
  5. histoireetsociete

    février 11, 2018 at 8:05

    je ne sais pas si tu as remarqué mon cher franck, mais la chute de l’empire soviétique démarre avec un certain Walesa et Jean Paul II ? Tout cela est une autre histoire que nous sommes en train de travailler avec Monika…

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :