RSS

A ce soir, Chers amis et néanmoins souvent camarades, mais pas toujours…

06 Fév

Résultat de recherche d'images pour "Le siège de Léningrad"

Voilà j’aurai reculé mon départ à Paris jusqu’à la dernière limite, celle de la fin du traitement (cortisone et antibiotique) contre la bronchite, celle de mon arrivée, semble-t-il dans la neige et le blizzard dans le 14 e arrondissement, métro perinety à quelques centaines de mètre du lieu du débat. A un trimestre de mes quatre vingt ans, ce n’est pas Alexandra Neel sur les routes du Tibet au même âge, mais c’est assez pour nous faire entrevoir que le communisme reste bien le secret de jouvence proclamé et tenu. La véritable  manière de jusqu’au bout refuser l’obsolescence à laquelle le capitalisme veut condamner l’être humain marchandise. Un refus qui n’est pas seulement celui de l’esprit, mais l’utilisation de  la seule possibilité offerte à lui de le refuser,  inventer autre chose collectivement. Je plaisante mais à peine. (1)

Librairie Tropique adresse : 56 et 63 Rue Raymond Losserand, 75014 Paris

Ce mardi 6 févier à 19h30
débat avec Marianne autour de notre dernier livre :
1917-2017, Staline un tyran sanguinaire ou un héros national?

J’ai hésité à reporter cette recontre vu qu’à Marseille quand il pleut personne ne sort, le plan orsec est déclenché et les activités sont reportées (c’est une galéjade mais à peine). Mais de tout côté des amis m’ont confirmé leur venue certains depuis de lointaines banlieues. Comment résister à une telle vertu citoyenne alors mêmes que nous célébrons dans un même élan Stalingrad et la fin du siège de léningrad, qu’à Moscou dont la neige recouvre le kremlin et saint bazile, il sont 60.000 à défiler dans les rues pour dire leur dignité, celle de leurs parents pour avoir accompli cela.Au moins il y aura la couleur locale.

Combien serons-nous je l’ignore, mais je pense à Fidel après le naufrage du granma faisant le compte de sa troupe déjà pourchassée par Batista et contemplant les quelques fusils et la douzaine de révolutionnaires résolus déclara: nous sommes douze, si nous sommes convaincus cela est suffisant pour faire une Révolution.On n’a pas été élevé chez les jésuites pour rien et si la référence est à Cespedes, le père de la patrie, le dernier repas du Christ n’est pas loin…

Mais aurait-il imaginé que ces douze et plus auront été réunis par deux dames qui, intrépides, voulaient renouer des liens effacés pour le malheur de tous avec cette histoire qui fut la notre et qui marque à jamais l’humanité? A partir d’un principe simple, celui qui oublie son passé non seulement est condamné à le revivre comme un cauchemar, mais aussi perd le sens des possibles du présent avec la perspective de l’avenir, but et moyen pour y parvenir. A ce titre, l’aventure de nos voyages, le livre écrit a toujours été suivi d’une série d’activités, marianne vous en parlera.

mais cette conception du livre ouvert sur des pratiques, penser et transformer, change complètement la nature du débat et fait que l’on a autant envie de parler de celui-ci que de ce qui est en chantier, des questions non abordées et qui pourtant s’avèrent essentielles et auxquelles en tant que lecteurs de ce blog, dans lequel personne n’écrit pour ne rien dire, vous avez largement contribué à poser.

Tout sauf le dogme ou la certitude même si nous en avons quelques unes… Donc mes amis pour ceux qui le pourront rendez vous ce soir. Par parenthèse il y aura d’autres rencontres pas seulement à paris, celle des Marseillais est déjà fixée le 2 juin sur la Canebière à la librairie Maupetit.

Donc parisiens à ce soir et dites vous bien que je me fais une joie de vous rencontrer parce que vous avez aussi répondu à mon appel pour Adlane, cela compte pour moi, cela crée la différence entre les enfileurs de perles de veroterie, qui se gorgent de citations humanistes et qui ne font rien, et ceux qui avaient jadis l’habitude dans le silence, partout d’amplifier l’élan jusqu’à le rendre irrésistible. C’est un choix communiste, celui proposé à l’adhésion de la jeunesse, est-ce que nous leur offrons l’espoir égotiste de celui qui aura son bâton de Maréchal comme élu, ou l’apprentissage de la force de celui qui accomplit le petit acte anonyme exigé de lui et qui comme le paysan chinois rase la montagne? Un parti pour les plateaux de télévision auquel nous n’aurons plus accès faute de savoir respecter la force réelle des masses et de leur organisation au quotidien?

Nous ne pouvons pas ignorer ces exigences venues du passé comme perspective d’avenir aujourd’hui plus que jamais et ce dans le contexte d’un congrès alors que l’offensive contre les conquêtes de nos pères et mères se fait plus ample tous les jours ? Il sera question de Staline et surtout d’une déstalinisation totalement ratée mais aussi d’aujourd’hui et de demain en particulier à l’échelle internationale parce que si plus que jamais nous devons agir local, il nous faut penser global lutte des classes et fait national.

Danielle Bleitrach

(1) Cette année 2018 sera celle de karl Marx, pour illustrer mon propos, je voudrai me référer aux premiers textes de Marx dont on ait conservé la trace. Il s’agit d’une réflexion sur « la vocation », c’est en 1835, il a 17 ans. Il affirme devoir « être guidé par le devoir, le sacrifice de soi, le bien être de l’humanité, le souci de notre propre perfection ». Si on rate ce chemin on risque d’être malheureux toute une vie et cela s’aggrave parce que nous sommes mortels, nos possibilités s’épuisent. Il inaugure dans l’exaltation adolescente une pensée entre tension vers l’idéal et contraintes matérielles incontournables.  Il vient de déclarer son amour à jenny, il lui écrit des poèmes. Il travaille sans arrêt et a un solide humour, un esprit critique devant les enflures de l’âme tout cela tempère pour le meilleur les bouffées d’exaltation creuse et les hypocrisies. C’est un plaidoyer pour un engagement dans une vie de Révolutionnaire auquel dans mon âge vénérable je ne puis qu’apporter mon assentiment.

 

Publicités
 

3 réponses à “A ce soir, Chers amis et néanmoins souvent camarades, mais pas toujours…

  1. frank

    février 6, 2018 at 7:15

    bonjour Danielle,
    Allez,bon courage.
    Essaies d’éviter,les flocons,les vrais et les faux cons!
    Moi,avant tout débat,sur Staline,je mentionne sa révolte contre l’ordre abominable tsariste son courage personnel,face à tous les dangers inouïs affrontés,sa mort en 1953,il y a 65 ans(soit l’intervalle entre la commune 1871,et 1936 !),et aussi ses crimes,qui firent de lui,aussi un grand exterminateur de communistes.
    Si tu ne l’as pas encore fait,je te conseille,’vie et destin’ de Grossman..
    bises d’un malchenceux sous la neige à 750 km,de ce débat auquel j’aimerai assisté…peut être une vidéo est prévue,un lien internet?SVP..

     
  2. etoilerouge

    février 6, 2018 at 2:25

    très belle photo que ces femmes combattants pleines de beauté, de simplicité, de courage tranquille, de modestie de camaraderie et auxquelles nous devons notre liberté.

     
  3. Dietzgen

    février 6, 2018 at 3:51

    Moi qui suis parisien et communiste juvénile, j’aurais aimé passer, mais je suis occupé… bon courage (et c’est bien dommage que la neige vous accueille ici) et bon séjour.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :