RSS

Les Kurdes disent que Damas a envoyé  un ultimatum avant les frappes turques

23 Jan
 La Turquie, l’Iran, la Russie et le régime syrien coordonnent leurs actions plus que ce que l’une ou l’autre partie le laisserait entendre, cet article paru sur le site de Bloomberg s’adresse à un public américain. C’est un appel au soutien américain, il tente de démontrer que les Etats-Unis auraient intérêt à soutenir les kurdes puisque ceux-ci ont refusé de s’allier avec les Syriens. Mais ce que dit clairement l’article c’est que les Etats-Unis comme la Grande bretagne (et la france) les ont lâchés à partir du moment où ils avaient été utilisés pour vaincre daech. Les kurdes ont abandonné la réalité d’une zone sanctuaire en territoire syrien pour l’illusion d’un Etat indépendant garanti par les Etats-Unis et ils n’ont rien eu du tout, les occidentaux les ayant lâchés. L’article laisse entendre que l’attaque contre les positions turques qui a servi de prétexte aux frappes turques était fomentés par ceux qui ont intérêt à la poursuite de la guerre en Syrie, les groupes terroristes financés par les saoudiens . Ces derniers sont désormais alliés de fait avec israêl, le problème palestinien n’ayant plus l’importance que prend aujourd’hui le conflit chiite-sunnites. Ces gens qui ont intérêt à la poursuite du conflit sont désignés sans être nommés pour le public américain. Tout cela était malheureusement prévisible et ceux qui ont encouragé les Kurdes à une telle alliance portent une responsabilité politique. Il n’est rien sorti du Conseil de sécurité. En ce qui concerne la politique du PCF, il est clair que notre parti doit revoir impérativement son analyse de ce qui se passe dans cette zone où les jeux d’intérêts impérialistes s’en donnent à coeur joie.Notre position étant au meilleur des cas celle de la gauche des démocrates américains.(note et traduction de danielle Bleitrach)
 
15
Les troupes turques avancent sur une position kurde en Syrie. Photographe: Bulent Kilic / AFP / Getty Images

Les forces kurdes syriennes ont reçu un ultimatum au cours du week-end: Laissez vos positions au régime syrien ou faites face à la colère d’Ankara. Ils ont choisi de rester. Puis vint l’assaut de la Turquie, sur la ville d’Afrin au nord-ouest.

C’est ce que m’a dit Nobahar Musrafa, un représentant du Comité des relations extérieures du Conseil démocratique syrien, dans une interview accordée lundi à Washington. Le conseil est l’aile politique des forces dominées par les Kurdes qui se battent dans le nord de la Syrie.

Elle a indiqué que des représentants du « groupe de protection du peuple » kurde, connu sous le nom de YPG, ont rencontré des responsables du régime syrien sur la base aérienne russe de Hmeimim samedi.

Là, les Syriens ont transmis la menace. « Ils ont offert de garder nos zones et laisser YPG rendre la zone pour protéger Afrin de la Turquie », a déclaré Musrafa. « Nous leur avons dit: » Nous ne sauverons pas notre peuple des bouchers turcs pour les donner aux bouchers syriens et iraniens.  »

 La trame de fond sur le dernier conflit au sein de la guerre syrienne montre que la Turquie, l’Iran, la Russie et le régime syrien coordonnent leurs actions plus que ce que l’une ou l’autre partie le  laisse entendre. Un officiel américain m’a dit lundi que les Turcs étaient au courant de la demande faite samedi par le régime syrien aux Kurdes sur une base aérienne russe, malgré les déclarations publiques de Damas selon lesquelles des avions turcs pourraient être abattus si Afrin est attaqué.

L’incident éclaire également le déclin de la Turquie d’un allié de l’OTAN à un statut de voyou. Les États-Unis se sont appuyés sur les éléments des YPG à Raqqa et dans les environs pour aider à détruire la capitale de l’État islamique. Depuis 2014, les États-Unis ont armé et équipé des milices kurdes syriennes qui luttent contre l’État islamique, même si elle n’a pas fourni un tel soutien aux combattants kurdes dans et autour d’Afrin. La dernière initiative de la Turquie est similaire à l’attentat à la bombe contre les rebelles syriens soutenu par les Etats-Unis et ses alliés en 2015 et 2016.

L’incursion de la Turquie au cours du week-end en Syrie ne pourrait pas non plus être pire dans l’objectif plus large de combattre les terroristes là-bas. Les mandataires syriens et iraniens se battent actuellement à Idlib pour débarrasser la ville des éléments d’Al-Qaïda. Cette campagne a déjà déplacé plus de 200 000 personnes au cours du dernier mois. L’attaque turque compliquera davantage cette catastrophe humanitaire.

Les Turcs affirment qu’ils réagissaient aux attaques transfrontalières en Syrie. Mais les responsables américains et kurdes ont déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que les forces de YPG ont attaqué la Turquie. Musrafa m’a dit qu’il soupçonne que les attaques contre la Turquie ont été encouragées par d’autres puissances étrangères intéressées à fomenter un conflit.

Il existe des liens idéologiques profonds entre les Kurdes syriens et les séparatistes kurdes en Turquie, connus sous le nom de PKK, mais ils ne sont pas identiques.

Musrafa m’a dit que Tillerson l’avait déçu. « Vous ne pouvez pas blâmer la victime et le boucher en même temps », a-t-il dit. « Nous avons assuré aux Turcs et aux Etats-Unis qu’il n’y avait pas de PKK en Syrie, nous les avons assurés à plusieurs reprises, nous ne donnerions jamais aux Turcs une excuse pour nous envahir ».

Il s’avère que la Turquie n’avait pas besoin d’une telle excuse.

Cette colonne ne reflète pas nécessairement l’opinion du comité de rédaction ou de Bloomberg LP et de ses propriétaires.

Pour contacter l’auteur de cette article: Eli Lake à elake1@bloomberg.net

Pour contacter l’éditeur responsable de cett article: Philip Gray à philipgray@bloomberg.net

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 23, 2018 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :