RSS

Sur France inter ce dimanche nous avons déjà eu un avant goût de ce que les libéraux-libertaires alliés à Macron préparent à l’occasion de l’anniversaire de mai 68.

10 Jan

 

L’émission étant annoncée comme suit :

Images intégrées 1

Images intégrées 2

C’est que comme tout événement historique qui a vu des masses de citoyens et de travailleurs intervenir, le sens et la portée de tels événements font l’objet d’affrontements.

L’interprétation étant construite et déconstruite d’ailleurs au gré des besoins et enjeux de l’actualité, les classes dominantes imposant majoritairement leur grille de lecture par l’usage des moyens de diffusion très largement à leur service.

Ce cinquantième anniversaire n’y déroge pas!

Il se situe dans le contexte de l’accès de Macron à la présidence de la République.

Le débat qui s’est engagé ce dimanche à France Inter, le fait qu’un documentaire soit confié à Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil pour diffusion sur une grande chaîne de télé ne laisse pas de doute sur le contenu de l’entreprise de récupération déjà largement engagée auparavant mais qui à l’ère macronienne trouve son expression la plus aboutie et la plus cynique qui soit.

Comme les déclarations de Romain Goupil ce dimanche le révèlent crûment : c’est l’interprétation libérale/libertaire, le silence ou la sous-estimation de la grève et des manifestations ouvrières, l’anti-communisme et l’anti-cegétisme qui serviront de trame à la narration.

Qu’on en juge :

Le débat a donc mis en scène outre l’animateur : Raphaël Gluksmann, Romain Goupil et Natacha Polony.

En résumé, pour R.Gluksmann, et R. Goupil au-delà de leurs différences générationnelles l’aspect important, l’apport décisif du mai 68 à la société française dans la durée c’est

 » dans un monde qui était saturé de sens, de dogmes, de structures collectives qui empêchaient l’individu de penser, de s’exprimer de manière libre et que donc leur mission historique ça a été de s’attaquer à ces mythes, d’ébranler ces structures , en gros de briser des chaînes« .

L’obstacle majeur à cette libération outre le pouvoir gaulliste de l’époque et le pouvoir étatique de manière plus générale (apparemment du moins) étant principalement en fait les organisations dont la classe ouvrière s’est dotée au plan politique et syndical.

Romain Goupil s’exclamant dans sa bêtise profonde ou croyant le moment enfin venu, et clamant ce que maints gauchistes de l’époque reconvertis aux joies et aux avantages du marché capitaliste ont le plus souvent tu :

« Moi et bien sûr tous les autres notre seul mot d’ordre c’était désespérer Billancourt ; c’est-à-dire surtout ne plus croire à tout ce qui a entraîné le goulag ou désespérer Billancourt, c’était ça l’idée, de casser ces mythes là« .

Le PS et Mitterrand mettant déjà en oeuvre dans les années 90 les souhaits du sieur Goupil en procédant à la chasse aux militants puis à la fermeture de Renault Billancourt précisément pour raison politique!

Le goulag crapuleusement associé au combat syndical pour tenter d’en finir avec la lutte de classe et les avancées ouvrières !

Aujourd’hui, à l’heure de l’aggravation et de l’offensive de la présidence Macron contre tous les conquis des travailleurs issus de la Libération, du détricotage systématique de tous ces conquis tant souhaité par le MEDEF et les oligarques, la recherche d’une soumission du peuple à cette offensive passe par l’affirmation ouverte et consolidée de ce dont était aussi porteur mai 68 : le mariage entre consumérisme, individualisme et le rejet de toutes les structures collectives de socialisation de lutte.

Afin de laisser la voie libre et les coudées franches aux structures invisibles et si efficaces de la domination de classe de l’oligarchie dans l’acceptation de l’état des monopoles présenté comme le garant des libertés républicaines!

Ce qui explique dans le moment présent l’ampleur de la répression contre les militants syndicaux, CGT en particulier à l’occasion de la lutte contre la loi El Khomri en particulier et la mise en place d’un paysage syndical valorisant à outrance le rôle d’une CFDT approuvant toutes les capitulations!

Dans l’émission de France Inter, seule Natacha Polony s’est dressé contre le jugement des deux compères en protestant :

« Mai 68 par un immense paradoxe de l’histoire n’a pas permis en mettant en avant la transgression , presque les apparences de la révolution n’a pas permis de jeter à bas tout ce qui pouvait constituer une barrière contre le capitalisme tel qu’il se présente aujourd’hui, c’est-à-dire totalement prédateur »

Et

« La question que je me pose face à mai 68 c’est de savoir si on n’a pas créé une aliénation absolument terrifiante qui s’expliquerait par le fait … que mai 68 a détruit la dimension collective qui permettait d’équilibrer l’individualisme … et les structures collectives et qui aboutit à la victoire d’un libéralisme qui devient pour le coup aliénant … »

« La question que moi je me pose vous avez donc accepter le capitalisme financiarisé qui aujourd’hui est en train de détruire toutes les structures des classes populaires et des classes moyennes …moi je ne l’accepte pas ! »

La cohérence du mai libertaire et du macronisme

R.GLUKSMANN

« Je vois une forme de cohérence de mai 68 au macronisme , cohérence encore plus forte chez Cohn-Bendit dans le sens d’une abolition des structures collectives et d’une autonomie de la pensée … Emmanuel Macron en un sens est un héritier heureux de 68 »

ET

Images intégrées 4

Nous voilà donc avertis sur l’offensive idéologique En marche.

Au mouvement ouvrier, aux démocrates et progressistes non-convertis aux bienfaits du capitalisme prédateur de préparer de leur côté, avec leurs propres moyens le travail sur mai 68 adossé au combat contre les régression macroniennes massives et valorisant la nécessité des structures ouvrières et populaires indépendantes du pouvoir d’état … de l’oligarchie et de la finance.

Sans renoncer au rassemblement des forces syndicales et politiques réellement décidées à en finir avec le malheur du monde comme l’a admirablement chanté notre cher Jean Ferrat!

******************

quelques références

Les documents d’origine syndicale en particulier :

Images intégrées 5

Images intégrées 3

* Les ouvrages de Michel CLOUSCARDet notamment :

« capitalisme de la séduction » ou encore « libéralisme libertaire ».

Et l’article dans la Pensée de 2008 paru dans la Pensée numéro 356 octobre-décembre d’Aymeric Monville, « Mai 68 dans l’oeuvre de Michel Clouscard » en fichier joint ci-après.

L’émission Radio de 2008 dans là-bas si j’y suis avec l’universitaire Kristin Ross enseignante de littérature à l’université de New-York  intitulée :  » Mai 68 et ses vies ultérieures« .

https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2007-08/fevrier-169/mai-68-et-ses-vies-ulterieures-1378

Publicités
 
6 Commentaires

Publié par le janvier 10, 2018 dans Uncategorized

 

6 réponses à “Sur France inter ce dimanche nous avons déjà eu un avant goût de ce que les libéraux-libertaires alliés à Macron préparent à l’occasion de l’anniversaire de mai 68.

  1. Xuan

    janvier 10, 2018 at 6:24

    le 13 mai 68 : les boulevards de Paris pleins à craquer des heures durant aux cris de « dix ans ça suffit », réunissant ouvriers, étudiants employés dans une même fraternité, la force du peuple.

     
  2. Xuan

    janvier 10, 2018 at 6:31

    mais aussi les usines occupées, la revendication du salaire à 1000F, et partout dans les rues une immense fraternité. Exactement l’antithèse de cette caricature

     
  3. etoilerouge

    janvier 10, 2018 at 2:33

    GOUPIL, GLUCKSMANN, COHN BENDIT la haine du socialisme, l’anticommunisme digne de GOEBBELS , la perversion au service des classes patronales. Cela n’étaient pas en grève ce n’était que des petits merdeux gauchistes , trotskistes, surtout anticommunistes. Les avancées pour les ouvriers , les employés , les GLUCKSMANN, GOUPIL con BANDIT s’en battent les couilles. Ce qu’ils appellent individus s’exprimant de manière libres, c’est l’individu ouvrier ou salarié seul face à la classe capitaliste dépouillé de ses organisations collectives. La CFDT à l’époque prétendait conduire au socialisme démocratique. elle a conduit au MACRONISME pétainiste , à des défaites permabente non à une impossible révolution permanente. aujourd’hui alliée du patronat parmi les plus violents qui soit elle joue un soi disant milieu. La CGT salie, insultée fut pourtant le gros des troupes de 68. GOUPIL , cerveau triste, prétend qu’il esp^érait une révolution comme en 1917 mais la CGT a trahi. D’après GOUPIL la Révolution de 1917 est faite par des syndicats? Quel talent de manipulateur! Ce sont des partis politiques. Et lui a-t-il fait la Révolution depuis? Non il appelle à voter MACRON comme GLUCKSMANN

     
  4. leca

    janvier 10, 2018 at 6:23

    Tout n’ était pas noir dans le gauchisme. soudain le fond de l’air est devenu rouge. des gens de ma génération ( dont moi) ont trouvé le chemin du Parti, ce qu’ ils n auraient sans doute pas fait au vu de leurs origines sociales. . Maspero éditait des bouquins formidables..il y avait des films de gauche au cinéma (surtout italiens). les fascistes rasaient les murs.. les maos défendaient Staline. On parlait aussi contraception et sexualité.. Nos bêtises de petite bourgeois s’adossaient à la plus grande grève ouvrière . Comme le dit Xuan, les manifs étaient gigantesques et fraternelles.
    Les gauchistes faisaient de la pub pour les héros communistes : Fidel, le Che, Oncle Ho, Giap, Lumumba, les porteurs de valise du FNL et puis la Palestine, les guérillas..

     
  5. chachashire

    janvier 11, 2018 at 9:35

    « Le goulag crapuleusement associé au combat syndical pour tenter d’en finir avec la lutte de classe et les avancées ouvrières ! »

    L’association du combat syndical au socialisme ou communisme est-elle crapuleuse elle ?
    Non parce que quand on amalgame les éléments de l’idéologie communiste avec le syndicalisme alors on nie aussi l’anarchisme entre autres philosophies dans le combat syndical.

    Le respect qu’on peut avoir pour certains communistes, pas tou.te.s, n’empêche pas la lucidité.
    Bien sur que la flanelle ne vaut pas le fer pour certaines choses, mais le fait tétu en l’occurence c’est que dans la chose syndicale les 2, et plus encore, ont existé , pas seulement le fer, et qu’il est bien certain que le fer a plus souvent déchiré l’acier que la flanelle amorti le fer.

    Si je me permet ce commentaire vif c’est aussi parce que je ne comprends pas que vous usiez de tels argumentaires qui ne sont pas à votre honneur, ni au service de ce que vous voudriez.

     
  6. etoikerouge

    janvier 11, 2018 at 3:15

    Les gauchistes et la CFDT allaient avec MITTERAND dès 1968 et n ont eu de cesse que d’attaquer le PCF et la CGT qui sont le mai 1968 ouvrier. Quant aux étudiants soyons sérieux: à l’époque ce sont pour l’essentiel des enfants de petits bourgeois et de la bourgeoisie même. Idéalistes peut-être mais manipulés par plus fort qu’eux, plus expérimentés. De plus c’est un an après que DE GAULLE aie clairement envisagé de changer ses alliances après une visite triomphale en URSS. Après son appel à la liberté pour le peuple Québécois monté sur un croiseur militaire, un défi à l’impérialisme yankee. L’enjeu d’alors c’était l’indépendance nationale réelle que haïssent ces GLUCKSMANN, cohn bandiT etc.. Tous ces maos en costume populaire issus de la moyenne bourgeoisie ont fini dans les carrosses du capital. Quelques rares honnêtes ne sauvent pas la vision de la manoeuvre d’alors qui visait à diviser les communistes et la CGT par une soi disant gauche pour un socialisme dit démocratique. Ils ont tous finis patrons, députés, idéologues du capital et de l’impérialisme. GOUPIL dans le rôle de petit GORBATCHEV. Ils ont trahis.
    COHN BANDIT a été député européen grassement payé des années durant. Un apparatchik de l’Union européenne. Quelle loi en faveur des travailleurs? Et ce sera la gauche libertaire? La gauche de trahison, oui, capitaliste, incapable d’affirmer honnêtement sa position, anti CGT et PCF non pas par mesure de chapelle mais parce que leur projet et leur action a bien été de participer à la contre révolution capitaliste et pro américaine passant par l’UE ( donc faire tomber DE GAULLE) passant par la crise du communisme , sa division par une gauche non communiste qui devait créer elle un socialisme démocratique étant entendu que le socialisme sous STALINE n’en était pas un. Tous les gogos ont mordu à l’hameçon jusqu’à des communistes tièdes comme MARTELLI, FISZBIN, JUQUIN . Leur communisme s’éloignait et mettait en cause le léninisme . Cela a abouti à la débacle et à la mise en cause de tous les droits des travailleurs . On y est encore. C’est cela l’abandon du léninisme qui a entrainé la victoire de la contre révolution. Les dirigeants gauchistes des étudiants de 1968 y ont joué un rôle pionnier qu’ils confirmèrent pour la plupart ensuite. Plutôt MITTERAND ou MACRON , plutôt le néo nazisme que le communisme et la dictature du prolétariat.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :