RSS

Comment l’économie catalane a prospéré sous Franco, et ce que cela signifie aujourd’hui, par Lino Camprubi

28 Oct

Résultat de recherche d'images pour "Lino Camprubí,"

C’est une voix importante qui prend ici position contre l’indépendance de la Catalogne. Lino Camprubí, né en 1981, a passé son doctorat dans les universités de Séville et Cornell et en 2011 il a obtenu un doctorat de l’Université de Californie à Los Angeles. Il est l’auteur d’Engineers and the Making of the Francoist Regime (Cambridge, Massachusetts: The MIT Press, 2014) qui illustre la signification de l’histoire de la science et de la technologie dans l’analyse des économies politiques. Il montre que les scientifiques et les ingénieurs ont participé activement à la construction de l’État franquiste et lie la transformation technologique des paysages urbains et ruraux concrets à l’industrialisation forcée, au national-catholicisme et à l’Opus Dei, aux autarcies conflictuelles, au passage de l’entreprise à la réglementation et à l’intégration européenne. Il était chercheur postdoctoral à l’Université Autonome de Barcelone et professeur invité à l’Université de Chicago. Depuis 2014, il est Docteur Chercheur à l’Institut Max Planck d’Histoire des Sciences de Berlin. Et il travaille actuellement à situer la recherche géologique, géophysique et océanographique espagnole dans un large contexte transnational de la guerre froide. En particulier, il analyse la collaboration internationale dans la prospection de l’uranium, la place des phosphates dans le processus de décolonisation échoué au Sahara Occidental et l’océanographie dans le détroit de Gibraltar (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

Comment l’économie catalane a prospéré sous Franco, et ce que cela signifie aujourd’hui

Les séparatistes catalans affirment qu’ils sont entravés par le reste de l’Espagne dans leur développement économique, et particulièrement qu’ils étaient fortement opprimés sous Franco. Mais d’un point de vue purement économique, la Catalogne a bénéficié de la politique espagnole et, plus particulièrement, du régime de Franco, selon Lino Camprubi, chercheur à l’Institut allemand Max Planck d’histoire des sciences.

Avec l’article 155, le gouvernement espagnol a suspendu l’autonomie catalane et prend le pouvoir sur le gouvernement de la région pour proclamer les élections régionales. Le résultat ne changera probablement pas grand chose à l’équilibre actuel du pouvoir entre les séparatistes et anti-séparatistes, et il est donc essentiellement un moyen de gagner du temps. En tout cas, il n’y a aucun moyen de résoudre la situation telle qu’elle est engagée.

Une vraie solution nécessite une compréhension profonde des intérêts en jeu, mais la situation devient de plus en plus confuse pour les observateurs. Les Espagnols vivant à l’étranger, comme moi, demandent souvent: «Que se passe-t-il en Catalogne?», «L’article 155 est-il un acte dictatorial?», «Pourquoi n’y a-t-il pas de dialogue?». Et la question la plus redoutée de toutes est: «Que va-t-il se passer maintenant?».

Le moyen le plus simple pour moi de répondre à ces questions est de raconter une histoire personnelle. Sachez que j’ai grandi à Séville en tant que fier fils de la Catalogne qui aspirait à l’égalité de tous les citoyens espagnols, et je refuse de m’imaginer le jour où j’aurai besoin d’un passeport pour me rendre à Barcelone. La Catalogne, je le dis, est l’une des régions les plus riches d’Espagne, elle a participé à la vie politique et économique du pays pendant des siècles et a une population diverse de nombreux noms de famille castillans et d’immigrants de tout le pays – Andalousie, Estrémadure et Murcie, pour n’en nommer que quelques-uns. C’est également une des raisons pour lesquelles près de la moitié des Catalans ne peuvent pas se reconnaître dans l’indépendance.

De vieilles blessures?

Si mon interlocuteur est familier avec la position de victime qu’aime à prendre l’intelligentsia séparatiste, il peut demander: « Oui, mais comme historien espagnol spécialisé autour de Franco vous devez admettre que l’Espagne a souvent abusé de son pouvoir dans le passé envers le peuple catalan ? »

Et cela devient intéressant: lorsque les nationalistes catalans affirment que leur progrès économique a été entravé pendant trois cents ans, et surtout depuis le régime de Franco.

Dans la période de Franco, il y a deux exemples qui sont souvent cités. Premièrement, les propriétaires de plantations catalanes à Cuba pouvaient continuer à utiliser des esclaves noirs à la fin du XVIIIe et au XIXe siècle, même après l’abolition officielle de l’esclavage. En conséquence, ils pourraient disposer d’un capital important, qui a ensuite été investi chez eux dans l’industrie. Deuxièmement, dans la majorité du 19ème siècle et une partie du 20ème siècle, l’état espagnol a imposé des lois protectionnistes contre l’importation de textiles bon marché d’Angleterre, soutenant ainsi l’industrie florissante dans la région de Barcelone.

Voilà comment nous arrivons à Franco. Le général est arrivé au pouvoir après la guerre civile qui a commencé son armée de 1936 en 1936 contre la République (fondée en 1931). Ce n’était pas une guerre de l’Espagne contre la Catalogne, comme elle voudrait se présenter dans la propagande séparatiste. Le nouveau régime dictatorial a violé ses ennemis politiques partout et a supprimé partout l’autonomie politique pas seulement en Catalogne. Il est vrai que le régime interdisait l’usage du catalan dans les documents officiels et l’éducation. Mais d’un point de vue purement économique, le régime de Franco était bon pour le développement de la Catalogne par rapport aux autres régions espagnoles.

Il y a une dizaine d’années, lorsque j’ai commencé mes recherches sur le rôle de la science et de la technologie dans la construction du régime de Franco, j’ai découvert quelque chose. J’ai découvert que dans les années quarante – quand une grande pénurie régnait – chaque année plus de ciment a été affecté à Barcelone par rapport à d’autres villes, l’attribution était souvent deux fois ce qu’elle était à Madrid ou Valence. Comme l’un des centres industriels de l’Espagne, important pour le régime, il fallait continuer à favoriser les usines à Barcelone et entretenir l’amour fidèle de l’élite catalane.

Le soutien franquiste à l’industrialisation de la Catalogne se reflète également dans les projets d’énergie hydroélectrique. Après la guerre civile a été développé l’Institut national de l’industrie qui a prévu pour un total de douze barrages dans les Pyrénées, qui a vu se concentrer  l’industrie nationale lourde autour de Barcelone avec de l’électricité.

La Catalogne est devenue alors plus riche. Bien sûr, ce n’était pas seulement dû à la politique du régime de Franco. Mais le régime a créé des opportunités et fourni des ressources et de la main-d’œuvre bon marché venant d’autres régions. Comme des milliers de travailleurs ont été attirés des régions espagnoles plus pauvres par l’industrialisation rapide, la bourgeoisie catalane a masqué les luttes de classe avec le nationalisme.

Californie

Les Catalans qui travaillent pour l’indépendance prétendent qu’ils paient plus d’impôts que les régions les plus pauvres du pays en tant que région. Cet argument va au-delà du fait que, dans un système de taxes redistributives, ce sont les citoyens – et non les régions – qui paient des impôts.

La richesse catalane a été construite dans une histoire commune d’interaction économique, de relocalisation et d’échange. La comparaison avec la Californie nous y incite : bien qu’elle soit la cinquième plus grande économie du monde, elle fait partie des États-Unis. La richesse californienne est le produit d’une économie politique nationale partagée. Les habitants de Los Angeles peuvent parfois être déjà chauvins, ils admettent généralement cela.

Il en va de même pour la Catalogne, et c’est pourquoi, au cours des deux dernières semaines, environ 1 300 entreprises ont déménagé leur siège social de Catalogne vers d’autres régions d’Espagne. Il y a aussi des banques importantes, des sociétés internationales et des sociétés cotées.

Une économie fragile

Vous pouvez difficilement ne pas envisager les conséquences économiques de cette impasse pour la fragile économie espagnole, mais surtout pour la Catalogne. Dans un pays qui sort tout juste d’une récession économique, il est choquant de voir comment la gauche et la droite oublient l’économie pour la politique d’identité régionale – ce n’est pas seulement pour la Catalogne mais aussi pour d’autres régions et cela vient des partis conservateurs et progressistes .

Les politiciens et les conducteurs espagnols sont obsédés par la politique locale et discutent rarement de plans communs sur l’inégalité, la croissance, l’industrie ou le chômage. Toute l’énergie est dévorée par un argument sur une nouvelle frontière imaginaire entre les Espagnols, qui bloque des discussions urgentes sur de nouvelles solutions à de vieux problèmes dans l’ère actuelle de la mondialisation économique et du changement climatique. En attendant nous ne pouvons que poser la question: ¿Cui bono? Qui gagne?

Bron: The Conversation

Lino Camprubi
IPS

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le octobre 28, 2017 dans Uncategorized

 

2 réponses à “Comment l’économie catalane a prospéré sous Franco, et ce que cela signifie aujourd’hui, par Lino Camprubi

  1. DD

    novembre 2, 2017 at 4:03

    En somme, merci Franco ?
    Je précise n’avoir aucune sympathie pour les séparatistes…

     
  2. Martine Ristori

    décembre 25, 2018 at 12:27

    Enfin un commentaire honnête sur la situation en Catalogne.Il n’est d’aucune manière un remerciement à Franco, comme le dit mon voisin du dessus, mais une analyse impartiale d’une problématique douloureuse…J’ai moi-même fréquenté des Catalans issus de cette bourgeoisie pour qui la frontière entre l’Espagne et la Catalogne est effective, sur les plans économique, linguistique et culturel, allant parfois jusqu’à l’absurde.

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :