RSS

Ziouganov: « La Chine est capable d’accomplir toutes les tâches qu’elle s’est fixées »

19 Oct

La transformation de la Chine en une superpuissance, leader du développement économique, social, scientifique et technologique, est aujourd’hui reconnue par les adversaires même de Pékin. Cette percée a été rendue possible grâce à la sagesse politique des dirigeants chinois qui n’ont pas abandonné le vecteur socialiste du développement et ont fixé des objectifs ambitieux mais profonds pour les décennies à venir. Le présent et l’avenir de la Chine ont fait l’objet d’un entretien entre les correspondants de la principale agence de presse de la République populaire de Chine «Xinhua» et le président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie Ziouganov.

Service de presse du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie

2017-10-17

https://kprf.ru/party-live/cknews/169734.html

Résultat de recherche d'images pour "zyuganov et la Chine"

– Comment évaluez-vous le rôle du «socialisme aux caractéristiques chinoises» dans le processus de réformes et de développement de la Chine?

 

– Pour répondre à cette question, je veux rappeler la position de V.I. Lénine, qui croyait qu’il n’y avait pas de chemin unique et universel vers le socialisme. Ayant reçu en 1919 les premiers rapports sur la révolution en Hongrie, il envoie un télégramme à la tête du nouveau gouvernement, Bela Kun. En particulier, il dit: «Ne nous copiez pas, ne nous imitez pas aveuglément, appliquez de façon créative notre expérience, utilisez notre initiative révolutionnaire, utilisez ce que nous avons fait, ce qui a été réalisé à un prix très élevé ».

Cela est bien compris par les communistes chinois, qui notent que pour la construction réussie d’une société socialiste, il est important de ne pas ignorer les particularités culturelles et historiques d’un pays en particulier, mais de les utiliser pour avancer. D’une part, le PCC suit l’idéologie communiste et ne permet pas le rejet du marxisme-léninisme. Cela a été démontré par la déclaration du président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, lors de la grande réunion à l’occasion du 95e anniversaire de la formation du parti en 2016. « Nous devons adhérer fermement à notre idéologie », a-t-il déclaré. «Au cours des 95 dernières années, le PCC a pu mettre en œuvre ce qui semblait impossible, parce que nous avons adhéré au marxisme dans la pratique, nous avons perfectionné cette idéologie. Nous n’avons jamais renié marxisme. Le marxisme et son développement ont grandement contribué au développement en Chine.  »

D’autre part, les communistes chinois ne transforment pas le marxisme en dogme, mais le voient comme un guide pour l’action. Si on le compare à la science militaire, c’est une sorte de plan stratégique qui peut être ajusté dans des conditions précises d’opérations militaires. Cela s’est clairement manifesté dans la Politique de réforme et d’ouverture, lancée en 1978. Son but est de construire le socialisme aux caractéristiques chinoises, ce qui implique l’utilisation de certains mécanismes du marché tout en maintenant le rôle dirigeant du parti, ainsi que les systèmes de régulation et de planification de l’État.

Une telle synthèse fructueuse a permis de créer un mécanisme de gestion extrêmement flexible qui permet de répondre rapidement et surtout efficacement aux exigences de l’époque. Ceci est clairement vu si nous comparons la Chine avec les pays capitalistes les plus développés. La crise qui a éclaté en 2008 a porté un sérieux coup à leur sphère sociale et économique, provoqué des licenciements massifs et de prétendues mesures d’austérité par lesquelles les autorités ont mis en œuvre la destruction des garanties sociales. Dans le même temps, les plus grandes banques ont compté les bénéfices, en jouant sur la spéculation, et même en recevant le soutien de l’état. La Chine a réussi à éviter ces chocs – et surtout parce que l’Etat a conservé les leviers de la gestion économique.

L’année dernière seulement, 12 millions de personnes ont été tirées de la pauvreté et, depuis 2013, 55 millions. L’objectif pour les années à venir est d’éradiquer complètement ce fléau social qu’est la pauvreté. Aucun pays occidental ne se fixe de telles tâches. En Chine, la disponibilité des services médicaux et des soins de santé ne cesse d’augmenter et la couverture des personnes âgées par les retraites augmente. En 2016, 11 millions de nouveaux emplois ont été créés. Pour une politique sociale aussi réussie, il existe des bases économiques solides: selon les résultats du premier semestre de cette année, l’économie a progressé de 6,9%. Ce chiffre dépasse largement les prévisions de la plupart des analystes occidentaux.

Ainsi, tous les discours sur l’effondrement ou «atterrissage brutal» de l’économie chinoise sont loin de la réalité. Ainsi, vos adversaires formulent simplement des vœux pieux. Même eux, à contrecœur, reconnaissent l’efficacité du modèle socio-économique de la République populaire de Chine, qui a reçu le nom de socialisme aux caractéristiques chinoises.

 

– Comment évaluez-vous l’innovation du Parti communiste chinois dans le domaine de la théorie et de la pratique?

 

– L’avantage indéniable du Parti communiste chinois est qu’il attache une grande importance au développement de la théorie. On ne saurait trop insister sur l’importance de ce travail, car l’inattention aux problèmes théoriques a été l’un des facteurs qui ont préparé le terrain à la destruction de l’Union soviétique. Les processus qui se déroulent dans notre société n’ont pas fait l’objet d’études approfondies, de sorte que même le secrétaire général du Comité central du PCUS, Youri Andropov a admis lors du Plénum de juin 1983 du Comité central du PCUS: «Pour être franc, nous ne connaissons toujours pas la société dans laquelle nous vivons et travaillons, nous n’avons pas élucidé complètement les régularités inhérentes, en particulier économiques. Par conséquent, nous sommes obligés d’agir, pour ainsi dire, empiriquement, par une méthode d’essai et d’erreur très irrationnelle ».

En Chine, on étudie attentivement l’expérience soviétique et essaie de ne pas tolérer de telles erreurs. La théorie du marxisme est étudiée par l’Institut du marxisme et d’autres départements de l’Académie chinoise des sciences sociales (KAON). L’exemple le plus célèbre de l’innovation en théorie et en pratique est pour moi le concept de socialisme aux caractéristiques chinoises. Il peut être comparé à la nouvelle politique économique, adoptée à l’initiative de Lénine en 1921. L’essence de la NEP était l’utilisation des relations marchandes et monétaires, l’autofinancement et les incitations matérielles, ainsi que le renforcement de l’alliance de la classe ouvrière et de la paysannerie, ce qui impliquait un certain nombre de mesures pour les petits producteurs. Dans le même temps, l’épine dorsale socialiste de l’économie nationale a été préservée: l’Etat contrôlait les grandes entreprises, les transports, les banques et le monopole du commerce extérieur. Cette combinaison créative a permis de surmonter les conséquences de la dévastation causée par la Première Guerre mondiale et la guerre civile, afin de renforcer l’état soviétique. Le volume de la production agricole a doublé et l’industrie a triplé. Cela a créé la base de la percée industrielle ultérieure.

La Chine, grâce à ses approches novatrices et courageuses, a également réussi à obtenir d’énormes résultats: devenir le leader du développement industriel mondial, sortir des centaines de millions de personnes de la pauvreté et devenir grande une puissance dont les capacités économiques, politiques et de défense ne cessent de croître. Cela prouve encore une fois qu’une approche créative de la théorie, une considération méticuleuse de nombreux facteurs, est une garantie de succès.

Une combinaison non moins frappante de théorie et de pratique sont les mesures prises après le 18e Congrès du PCC en 2012. Aujourd’hui, après cinq ans et à la veille du 19e Congrès, on peut dire avec certitude que les réformes initiées à cette époque constituent le plus grand changement depuis le début de la politique de réforme et d’ouverture. Dans une formule condensée, le président de la RPC et secrétaire général du Comité central du PCC, Xi Jinping, a exprimé l’essence des changements: «innovation, coordination, écologie, ouverture, dialogue».

Qu’est-ce que cela signifie? Premièrement, le passage du développement «quantitatif» au développement «qualitatif». Cela implique le développement d’industries à haute technologie et à forte teneur scientifique et, par conséquent, l’accession du statut de leader de l’industrie mondiale au statut de leader de l’innovation. Deuxièmement, renforcer la coordination du travail de tous les principaux centres afin d’accroître l’efficacité de l’administration publique et de résoudre plus rapidement les problèmes urgents. Troisièmement, une attention accrue à l’état de l’environnement. Le développement industriel forcé a eu comme effet secondaire une détérioration de la situation écologique. Avec l’introduction de nouvelles technologies et de sources d’énergie alternatives, le fardeau sur la nature sera réduit. Quatrièmement, la poursuite du cours de l’ouverture sur le monde extérieur avec la transition de la politique internationale à un niveau qualitativement nouveau. La Chine est synonyme d’égalité et de coopération dans la diplomatie mondiale, qui s’est exprimée dans le développement de la stratégie «Une ceinture – une voie». Son but est l’intégration au nom de la création d’une société harmonieuse et de la prospérité universelle. Cinquièmement, le renforcement des ressources humaines, qui se manifeste par le renforcement de la démocratie et l’ouverture du travail des organes de l’Etat. Li Keqiang, Premier ministre du Conseil des Affaires d’Etat, a souligné dans son rapport sur les résultats de 2016: « Le gouvernement populaire doit protéger les intérêts de la population et toutes ses activités doivent refléter les aspirations du peuple et passer sous son contrôle ». La campagne à grande échelle pour éradiquer la corruption, renforcer le contrôle interne et améliorer la qualité des fonctionnaires est liée à cela.

 

Dans les cinq domaines, d’excellents résultats ont été obtenus. Sans une rigueur minutieuse des réformes, une étude approfondie des sentiments publics et une analyse des développements antérieurs, il est peu probable que cela eût été possible.

 

– Comment évaluez-vous le rôle dirigeant du Parti communiste dans le système politique chinois?

 

– Parmi les idéologues du marché libre, il y a un cliché de propagande sur la «main invisible», soi-disant autorégulateur du système capitaliste et qui est censée identifier infailliblement les besoins de l’économie. En réalité, derrière cette expression se trouve la domination des grandes sociétés financières et industrielles qui dictent leur volonté aux gouvernements et forment une réalité sociale et économique basée sur leurs propres intérêts. Il en résulte des crises régulières: prenant soin de ses propres profits, la grande entreprise ne peut assurer un développement stable de la société dans l’intérêt de toute la population.

La sagesse de la direction chinoise réside dans le fait qu’elle n’a pas abandonné le rôle régulateur du parti et de l’Etat. Bien que, je vous le rappelle, de telles tentatives ont été faites dans votre pays. À la fin des années 80, à la suite de la perestroïka en URSS et de l’effondrement des régimes socialistes en Europe de l’Est, la Chine a également envisagé de priver le PCC de son rôle moteur, d’opérer une libéralisation totale de l’économie, etc. Heureusement, les dirigeants de la République populaire de Chine ont vu à temps le danger que de telles propositions entraîneraient. Ici, il est impossible de ne pas mentionner le nom de Deng Xiaoping. Devenu le chef de file de la politique de réforme et d’ouverture et l’introduction de certains mécanismes de marché dans l’économie, il a réalisé qu’une rupture radicale du système politique plongerait la Chine dans le chaos, causerait de graves chocs et peut-être une guerre civile.

Je tiens à souligner que cette conclusion correcte a été faite plus de deux ans avant l’effondrement de l’Union soviétique, qui a entraîné d’énormes souffrances pour l’ensemble des 15 républiques de l’URSS. Cela prouve encore une fois le haut niveau intellectuel des dirigeants chinois sous la direction de Deng Xiaoping.

Le rôle principal du PCC est la base fondamentale du socialisme aux caractéristiques chinoises. En fait, c’est la «main visible» qui guide le développement du pays, détermine les priorités les plus importantes, permet d’équilibrer les intérêts privés et publics au profit de tout le pays et de ses habitants. À cet égard, nous pouvons rappeler les thèses, appelées «quatre nécessités». Comme l’a expliqué la Chine, le rôle de guide et de dirigeant du PCC doivent d’abord assurer la modernisation socialiste et la grande renaissance de la nation chinoise; deuxièmement, assurer l’unité du pays, l’harmonie et la stabilité dans la société; troisièmement, la durabilité du pouvoir. Et, quatrièmement, rassembler tous les gens dans la construction commune d’un bel avenir.

Il est grand temps de comprendre que la démocratie dans sa version occidentale n’est pas un modèle infaillible. Elle a beaucoup de défauts, bien que ces derniers soient cachés du grand public par la propagande. Le peuple chinois a choisi son propre modèle de développement, qui est le mieux adapté pour résoudre les tâches les plus importantes et répondre aux besoins de développement du pays. Et, comme l’a montré la pratique, ce choix s’est avéré plus que réussi. Les succès de la Chine sont la meilleure preuve de l’efficacité du système politique de la République populaire de Chine dirigé par le Parti communiste.

 

– Comment voyez-vous le développement ultérieur des échanges entre les partis communistes de Chine et de Russie?

 

– Nos pays et nos partis ont une base solide pour la coopération la plus fructueuse et la plus étroite. A la veille du centenaire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre, nous pouvons rappeler le fait suivant: en 1918, Sun Yat-sen, le chef du mouvement démocratique révolutionnaire chinois, appelé « le père de la nation », a envoyé un télégramme à Lénine et au gouvernement soviétique. Il y souhaitait le succès de la Russie soviétique et exprimait l’espoir que «les partis révolutionnaires de la Chine et de la Russie s’uniraient pour une lutte commune». Et trois ans plus tard, en 1921, le Parti communiste chinois a été créé, ce qui a changé le visage de votre pays, ce qui l’a sauvé des années d’humiliation et de misère. Et aujourd’hui, les communistes chinois soulignent constamment l’énorme influence que le Parti bolchevique et le Grand Octobre ont eue sur le développement du PCC.

Dans notre histoire commune, il existe de nombreuses pages dont nous pouvons être fiers. Par exemple, la défaite du fascisme allemand et du militarisme japonais, ainsi que la coopération fructueuse dans la première décennie après la formation de la République populaire de Chine. Partout en Union soviétique on chantait une chanson écrite par le compositeur Vano Muradeli sur des vers de Mikhaïl Verchinine:

Russes et Chinois sont frères pour toujours,

L’unité des peuples et des races deviendra plus forte.

L’homme simple a redressé ses épaules,

Nous marchons sur le chemin avec cette chanson,

Staline et Mao nous écoutent…

Malheureusement, l’histoire de nos relations est également connue pour la période de refroidissement. Mais cette étape est restée dans le passé. Heureusement, les dirigeants des deux États ont compris que le renforcement de la coopération globale répond aux intérêts à long terme de la Russie et de la Chine.

Le KPRF et notre faction à la Douma d’Etat font d’énormes efforts pour porter les relations inter-partis et interétatiques à un niveau supérieur. En 2014, lors de ma visite en Chine, un protocole de coopération a été signé entre le Parti communiste russe et le Parti communiste chinois, confirmant le caractère stratégique du partenariat entre nos partis.

En général, l’échange de délégations est devenu une bonne tradition. Cette année, une délégation de travailleurs de l’Institut du Marxisme s’est rendue en Russie. Tout récemment, à la fin du mois de septembre, la faction du Parti communiste à la Douma a tenu une réunion avec un grand groupe de dirigeants d’entreprises industrielles et agricoles en Chine.

Les activités conjointes sont devenues régulières. En 2015 à Khabarovsk s’est tenue une conférence scientifique « 70 ans de victoire commune. La contribution historique et le grand rôle de l’Union soviétique et de la Chine dans la Seconde Guerre mondiale contre le fascisme », organisée par les efforts conjoints du Parti communiste et du PCC. Les camarades chinois participeront à la 19e réunion internationale des partis communistes et ouvriers qui se tiendra début novembre en Russie et coïncidera avec le 100ème anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre.

Dans le même temps, nos partis ont le potentiel d’élargir la coopération. Par exemple, il serait bon d’établir des contacts entre le Centre d’études politiques du Comité central du Parti communiste et les centres d’études du PCC. Il est nécessaire d’établir un échange d’informations pour que les communistes russes en sachent plus sur le travail de leurs camarades chinois et sur la vie de votre parti. Les premiers jalons ont déjà été posés: le journal Pravda coopère avec le principal journal de la République populaire de Chine « Renmin Ribao » et le site « Renminwang » (人民网 ). Maintenant dans la « Pravda » sont publiés régulièrement des documents sous le titre « La Chine populaire: réalisations, tâches, objectifs. » L’établissement de la coopération entre les médias chinois et la chaîne du parti communiste Ligne rouge (Красная линия) est considéré comme prometteur.

De plus, notre objectif commun devrait être de travailler à la formation d’un ordre mondial juste et à la création d’un front anti-impérialiste uni de toutes les forces progressistes de la planète. Le PCC en tant que plus grand parti communiste et le Parti communiste russe en tant qu’héritier des idées de la Grande Révolution d’Octobre peuvent être au centre de ce processus.

 

– Quelle est votre opinion sur la mise en œuvre des objectifs des «deux centenaires» par le Parti communiste chinois? Le but du premier siècle – d’ici 2021, pour le 100e anniversaire du PCC, construire une société de « prospérité moyenne ». Le but du deuxième siècle – d’ici 2049, pour le 100e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, construire un état socialiste civilisé moderne, riche et puissant.

 

Fidèle à la voie du développement socialiste et au rôle dirigeant du Parti communiste, la Chine n’a pas abandonné le système de planification. Ce système a plusieurs niveaux. Le premier est un plan quinquennal de développement économique, basé sur une vision scientifiquement fondée des défis auxquels le pays est confronté et des besoins des larges masses de la population. Au printemps de l’année dernière, le 13e plan quinquennal a été lancé, dont la tâche est de doubler le PIB par habitant par rapport à 2010 et, en général, de mettre fin à la pauvreté.

Le 13e plan quinquennal peut être appelé spécial. Selon ses résultats, en Chine, d’ici 2021, une société de « prospérité moyenne » [ou de  » petite aisance « , NdT] – « xiaokang 小康 » devrait être construite. Et c’est le premier des buts des « deux centenaires ». Tout le développement de la République populaire de Chine au cours des dernières décennies a été orienté vers la solution de cette tâche essentielle, qui est un pas important vers la victoire du socialisme. Autrement dit, en plus des plans quinquennaux, les autorités chinoises sont guidées par des plans beaucoup plus ambitieux, fixant des objectifs pour les décennies à venir et recherchant leurs solutions.

Ni moi ni mes camarades ne doutent que la Chine puisse atteindre le premier et le deuxième objectif des «deux centenaires». À savoir, d’ici 2049, créer un État socialiste puissant, riche, démocratique, civilisé, harmonieux et modernisé.

Et ce n’est pas une utopie. Il y a une chose telle que la prévoyance scientifiquement fondée. Cette prévision est basée sur une analyse des tendances existantes, avec leur extrapolation dans l’avenir. Ainsi, les succès du développement de la Chine ne peuvent laisser personne indifférent, surtout par contraste avec les positions de départ. Il y a cent ans, il n’y avait pas une seule Chine en tant que telle. Elle était déchirée par des cliques militaristes, derrière chacune desquelles se tenait telle ou telle puissance étrangère, qui considéraient le Céleste Empire comme un prédateur sa victime. Seulement grâce au Parti communiste, il a été possible d’unir le pays et chasser les agresseurs étrangers.

Il ne faut pas oublier qu’il y a quarante ans, la Chine occupait la dixième place du monde en termes de PIB, et maintenant – la seconde. Au début des années 80, le pays comptait près de 700 millions de pauvres et maintenant moins de 50 millions, et ce chiffre ne cesse de diminuer. En outre, à ce jour, la Chine est détentrice d’un record mondial en termes de réserves de change de l’État (près de 4 billions de dollars) et de production industrielle. La RPC s’est lancée dans la conquête de l’espace, la sphère scientifique se développe à un rythme effréné.

Ainsi, il ne fait aucun doute qu’en 2049 une base matérielle et technique sera créée en Chine pour construire une société socialiste. Et cela deviendra un événement d’importance historique mondiale, puisque maintenant la République populaire de Chine se transforme en un nouveau pôle mondial, attirant à elle seule toutes les forces progressistes et socialement orientées du monde. En d’autres termes, le développement ultérieur de la Chine correspond aux intérêts de toute l’humanité.

Traduction Marianne Dunlop

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 19, 2017 dans Chine, Russie

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :