RSS

Le Boucher de Lyon :  comment un fugitif nazi a aidé la CIA à capturer le ‘Che’ Guevara

09 Oct

Ce que ne dit pas ce texte par ailleurs exact sur les liens entre la CIA et les anciens nazis en Amérique latine comme en Europe, c’est que Barbie s’est employé en Bolivie à organiser des véritables SS chargés de traquer et de torturer les indigènes, ceux qui tentaient de se révolter ou de s’organiser. Ses « hommes » sont parfois les témoins que l’on nous ressort pour insulter le Che ou dire que Fidel Castro a souhaité se débarrasser de celui qui était son ami le plus cher, son compagnon de lutte et d’idéal (note et traduction  de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

Publié: Oct 9 2017 13:30 GMT | Dernière mise à jour: 9 oct. 2017 13:35 GMT

 

2,9 K134

Il est crédité de l’arrestation et de la torture de plus de 14 000 membres de la Résistance française et de l’envoi de 44 enfants juifs dans un camp d’extermination, entre autres crimes.

'The Butcher of Lyon': comment un fugitif nazi a aidé la CIA à capturer 'Che' Guevara

Ernesto ‘Che’ Guevara.
commons.wikimedia.org / Alberto Diaz Gutiérrez (Alberto Korda) / Domaine public

Il y a 50 ans, le 9 Octobre 1967, le légendaire révolutionnaire Ernesto « Che » Guevara a été exécuté en Bolivie, un événement dans lequel la CIA a joué un rôle actif dans sa traque  et son assassinat.

Comme ils n’avaient aucune expérience dans la lutte contre les guérillas, les Américains se sont tournés vers Klaus Barbie, un ancien membre de la Gestapo. Connu sous le nom de «Boucher de Lyon», il se cachait de la justice française en Bolivie.

‘Le Boucher de Lyon’

Cet Allemand d’origine française s’est enrôlé dans les escadrons Schutzstaffel (SS) de l’Allemagne nazie à l’âge de 22 ans. En 1942, pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été envoyé à Lyon (France) comme chef local de la Gestapo et là, il a gagné son horrible surnom.

Klaus Barbie, menotté et entouré de policiers armés, quitte le tribunal à Lyon, France, le 4 juillet 1987. / Robert Pratta / Reuters

Parmi d’autres crimes, Klaus Barbie est crédité de l’arrestation et de la torture de plus de 14 000 membres de la résistance française, ainsi que de l’envoi de 44 enfants juifs dans un camp d’extermination.

Après la guerre, il a réussi à s’échapper grâce à la protection du corps de contre-espionnage de l’armée américaine (CIC), pour lequel il a développé des activités contre le communisme en Allemagne.

Stage en Bolivie

En 1951, Barbie a été transféré en Bolivie, où il a vécu sous le nom de Klaus Altmann jusqu’en 1983. Barbie fut le conseiller de plusieurs juntes militaires, y compris de la dictature du général René Barrientos, arrivé au pouvoir en 1964 après un coup d’État.

L’arrivée d’Ernesto Che Guevara en Bolivie en 1966 et le début d’un mouvement de guérilla dans le pays d’Amérique latine a été une mauvaise surprise pour Barrientos, qui a demandé l’aide de la CIA. L’année suivante, l’armée bolivienne a capturé le célèbre révolutionnaire avec l’aide de cette agence américaine.

Le président des États-Unis, Lyndon B. Johnson, salue le dictateur bolivien René Barrientos, 1968. / Bettmann / Getty Images.ru

Le rôle de Barbie dans cette opération n’a été révélé qu’en 2007, lorsque le réalisateur britannique Kevin Macdonald a réalisé le documentaire «L’ennemi de mon ennemi», dans lequel il a rappelé la capture de Guevara.

Conseiller CIA

Selon le film, Klaus Barbie a guidé le commandant de la CIA des États-Unis, le major Ralph Shelton, qui était à la tête des soldats boliviens qui ont mené le combat avec les détachements de Che Guevara, parce que le commandant manquait d’expérience pour lutter contre la guérilla.

Ernesto ‘Che’ Guevara et Antonio Núñez Jiménez écoutent Fidel Castro lors d’une réunion, La Havane, Cuba, 1960.

Alvaro de Castro, un confident de Barbie, a révélé dans le documentaire que le nazi s’est  toujours vanté d’avoir fomenté la stratégie pour capturer l’Argentin, qu’il  détestait et dont il considérait que c’était  « un aventurier sans envergure  » qui n’aurait pas survécu à la Seconde Guerre mondiale.

Plus de 15 ans après le meurtre du Che, le Boucher de Lyon fut extradé en France et poursuivi pour crimes contre l’humanité qu’il avait commis dans ce pays. En 1987, il a été condamné à la réclusion à perpétuité et est décédé d’un cancer en prison le 21 septembre 1991.

Publicités
 

Une réponse à “Le Boucher de Lyon :  comment un fugitif nazi a aidé la CIA à capturer le ‘Che’ Guevara

  1. frank

    octobre 10, 2017 at 5:22

    Comme,les personnes persécutées,parce que juives,Jean Moulin,fut aussi comme le Che,comme 14000 résistants,victime de l’ogre Nazi,de Lyon.Ce furent les USA,qui l’utilisèrent le plus!

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :