RSS

Espagne : Après l’oukase royal

04 Oct

 

Si je conserve toujours les mêmes réserves sur les dirigeants indépendantistes de Catalogne, et sur les danger d’une dissolution régionaliste dans le cadre européen, je pense que l’on ne peut pas limiter ce qui se passe en Catalogne ni ailleurs à ce seul fait.

Cet invraisemblable discours royal qui n’a pas un mot sur la nature de la répression qu’ont subi les Catalans jette le masque..

Comme la répression elle-même, il dévoile la nature du régime instauré à la mort de Franco, le fait que la monarchie en a été conçu comme le masque de l’unité de L’Espagne.

Une provocation pour ceux qui n’ont cessé de se sentir républicains et n’ont pas accepté que cette amnistie des crimes franquistes leur soit imposée. La revendication indépendantiste mêle les manœuvres d’une droite pro-européenne et la colère d’une peuple qui en Catalogne comme dans d’autres régions espagnoles n’a jamais accepté le compromis de 1978 qui sous une monarchie imposée laissait en place les franquistes. Une revendication à refuser cet acte anti-démocratique, Ce compromis passé en coulisse sans eux. Ce refus s’est gonflé de la crise qui à partir de 2008 a ravagé l’Espagne, crise dite des supprimes qui a mis à jouer la nature spéculative du « miracle espagnol ». Pour les plus riches que sont les Catalans, il s’agit pour leur droite de se jeter dans l’Europe en abandonnant les régions pauvres, maist la revendication se gonfle paradoxalement de toute la colère de ceux qui subissent cette crise. Il est évident que c’est un leurre, mais Lénine .notait que quand la lutte des classes se présente sous une forme nationaliste, il faut résoudre cette question si on veut que la lutte des classes reprenne ses droits. C’est pourquoi ni Madrid, ni les dirigeants indépendantistes ne veulent de l’apaisement, ils  s’ingénieront à exaspérer l’antagonisme, à multiplier les victimes.  

On va sans doute retrouver partout ce cocktail entre des peuples qui n’acceptent plus la forme politique qui leur est imposée et qui ne prétend faire taire toutes leurs revendications et un régionalisme antidémocratique. Si comme en Crimée et en Catalogne cela se passe sur un compromis jamais accepté et qui nie leur histoire révolutionnaire, ce qu’ils estiment leur identité nous avons toutes les conditions d’un drame quand le pouvoir ne craint pas de réprimer au lieu de dialoguer. Ce pouvoir espagnol,  issu de la guerre civile, ne la craint pas, il en aura besoin et pas pour défendre la nation comme lieu de résistance à l’exploitation, mais un royaume prolongement du franquisme et de toutes les corruptions, un roi qui n’est pas plus celui des catalans que .celui des basques ou des galiciens, ni même des espagnols, mais celui d’une classe dominante qui a fait la preuve de sa capacité au massacre de ses « sujets ». 

Donc le rôle des communistes est d’analyser la situation, en particulier le risque de dissolution des nations dans un régionalisme qui détruirait toutes les formes de résistance sur lesquelles arc-boutent les  refus de l’exploitation, mais aussi de dénoncer la répression subie par le Catalans, réclamer que les armes se taisent.

L’image contient peut-être : 1 personne, assis et costume
Publicités
 
5 Commentaires

Publié par le octobre 4, 2017 dans Europe, HISTOIRE

 

5 réponses à “Espagne : Après l’oukase royal

  1. Jeanne Labaigt

    octobre 4, 2017 at 7:48

    Analyse remarquable. Ce qu’il fallait dire et c’est bien dit.

     
  2. DENIS O. (22)

    octobre 4, 2017 at 5:21

    Entièrement d’accord/ Cela rejoint l’analyse de notre ami Jean Ortiz.

     
  3. DENIS O. (22)

    octobre 4, 2017 at 5:25

    La constitution de 1931 (deuxième république espagnole) avait jeté les bases d’une autonomie dans le cadre d’un état plurinational. Le cadavre de Franco est encore dans le placard.

     
  4. Méc-créant

    octobre 5, 2017 at 6:31

    On ne peut en effet s’interroger sérieusement sur le « phénomène-Catalogne », sans prendre en compte l’histoire de l’Espagne, les rapports de dominants/dominés, les forces empreintes d’un franquisme « amnistié » –pour le moins– qui exercent le pouvoir, et la domination du système « libéral ». Il est particulièrement pertinent de souligner le danger, voire la contradiction, qu’il y a à revendiquer le droit du peuple à s’exprimer, le droit à une démocratie vivante…en espérant y parvenir par le régionalisme. En particulier, quand cet appel au séparatisme –pas nouveau en Catalogne– est soutenu par des courants au contenu idéologique et social bien différents, au point d’être franchement opposés.Nous sont révélées ici, me semble-t-il, les difficultés que rencontrent les peuples pour tenter de résister à l’immondialisation capitaliste, gérée par l’UE. Sans la reconquête du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes en retrouvant souverainetés populaire et nationale, l’aspiration à la liberté se réfugiant dans une forme de régionalisme ne se traduira, au final, que par une soumission accrue aux dictats libéraux de l’UE…dont l’un des objectifs principaux était bien d’échapper à tout contrôle populaire, si minime soit-il. Tenter de résister aujourd’hui, va impliquer d’oser sortir de l’UE et de l’euro.
    Méc-créant.
    (Blog: Immondialisation: peuples en solde!)

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :