RSS

A propos de Robert Hue…

30 Août

L'homme politique Robert Hue le 20 décembre 2016 au Sénat, à Paris.

Inutile de vous dire qu’en apprenant son retrait de la vie politique, j’ai pensé d’abord: quel dommage que ce retrait ne soit pas intervenu il y a une vingtaine d’années. Je me suis souvenue de ce jour où j’étais allée à la tribune du Comité National pour dire que visiblement il se préparait une participation gouvernementale, et qu’il fallait en discuter. Personnellement j’étais contre. Je tirais cette conviction du fait qu’il y avait eu ce grand mouvement populaire de 1995 et que le parti avait tenu un discours invraisemblable sur le fait qu’il ne « fallait pas corseter le mouvement populaire ». Le plat était trop chaud, il fallait le laisser refroidir pour que cette participation gouvernementale, déjà décidée, puisse se négocier en coulisse.  On nous inventait une pseudo participation à la base, une « participation citoyenne », devenue gadget, l’art de se mettre en rond pour discuter en joyeux feu de camp de la politique financière et économique de la France pour laisser le temps au  mouvement de refroidir.. Juppé déjà prétendait que les Français ne comprenaient rien aux réformes: Bourdieu lui a rétorqué:  « Ils ont très bien compris, ils n’en veulent pas!« . Au lieu d’aider ce peuple rebelle qui refusait le démantèlement des services publics à s’organiser autour de propositions popularisées par le parti et qui aurait effectivement corseté le mouvement populaire, lui aurait donné une colonne vertébrale, on jouait la diversion, faussement démocratique. Il fallait offrir le pouvoir à un PS, qui n’avait pas une autre politique que celle de Juppé. Sous couvert de démocratie, on cassait les résistances, on « mutait » et on les livrait à une nouvelle mouture de la démission face au PS, à une participation gouvernementale dans des conditions de vassalité absolue. Après mon intervention, que personne n’a reprise à la tribune, il y a eu une pause, tout le monde est venu me voir, me dire que j’avais raison, mais dans le débat collectif ils se taisaient. Robert Hue est venu me voir à son tour, c’était un brave homme qui avait besoin d’amitié autant que de flatteries, il m’a dit « mais qu’est-ce que je peux faire danielle? »je lui ai répondu « Si tu ne sais pas quoi faire prends ta casquette de secrétaire et mets là sur la tête de quelqu’un d’autre! »

C’était un homme faible, qui s’était retrouvé là par hasard et les factions adorent les hommes faibles.

C’est pourquoi hier après avoir pensé qu’il était dommage qu’il n’ait pas démissionné plus tôt, j’ai réfléchi  que si ce n’avait été lui ça aurait été un autre : les candidats ne manquaient pas. Surtout quand j’ai essayé de mettre en garde mes camarades contre non pas l’individu mais sa politique de « mutation », le fait qu’elle revenait à détruire le parti, le fait qu’elle ne laissait plus en place sous couvert de modernité, ni un cercle de la JC, ni une cellule, que tout devait passer par des « réseaux », qu’avez vous dit  dans votre immense majorité. C’était « Robert », le secrétaire et il avait parlé, vous m’avez accusée d’être contre le secrétaire bien aimé donc une ennemie du parti. J’ai adhéré en 1956 et j’aurais donc attendu jusqu’en 1996 pour manifester cette dissidence. D’autres qui pensaient comme moi se sont tu et on préféré se retirer sur la pointe des pieds, non sans avoir été aidés par les nouveaux copropriétaires de Fabien.

Je n’étais pas plus douée que les autres d’ailleurs, la preuve j’ai failli me perdre en pratique groupusculaires, derrière des petits chefs. Puis j’ai quitté tout ça et j’ai commencé mon tour du monde, pour tenter de comprendre ce qui se passait dans mon pays…

Alors voyez-vous je n’ai même pas envie d’accabler cet homme face à cette volonté suicidaire générale parce que je sais qu’aujourd’hui encore vous êtes prêts à recommencer, à détruire cette force de dévouement et d’intelligence que vous représentez et dont notre pays, sa classe ouvrière, ses couches populaires, ses intellectuels ont un si urgent besoin, parce qu’il faut appuyer une direction même et surtout si celle-ci apparaît de plus en plus incapable de redresser le parti, si le dernier congrès a été une catastrophe qui nous a mené là où nous en sommes.

Ce dernier congrès n’aurait jamais dû se séparer sans que soit résolu la question de la candidature communiste, nous avons perdu du temps, beaucoup de temps jusqu’à ce que cette candidature soit impossible à défendre et il en a été de même de toute décision importante, nous n’avons pas fait en conséquence des fêtes de l’Humanité des centres de mobilisation collective, nous nous sommes épuisés en débats stériles, en divisions inutiles. Nous faire perdre du temps, attendre l’arme au pied, est aussi une tactique d’épuisement du parti, ça et notre désir de croire en nos dirigeants.

Cette caricature de démocratie et vraie stérilisation est l’utilisation de ce que nos combats avaient fait de nous les plus disciplinés des combattants pour nous conduire à l’autodestruction, et effectivement le nom de Robert Hue restera à jamais attaché à cette dérive, mais il n’est pas le seul et il a simplement comme tant d’autres utilisé le meilleur de ce que nous sommes pour nous détruire.

Allons-nous continuer ou aurons-nous la force de mener le débat qui s’impose, non l’année prochaine mais tout de suite? C’est urgent, il suffit de voir ce à quoi nous sommes confrontés, la cacophonie de la première mobilisation contre la loi travail. Hier avec ma cellule, nous avons distribué des tracts pour appeler à la manifestation du 12 septembre. Nous étions six au métro des Chartreux. Les gens confondaient avec Mélenchon et ne savaient plus quel jour ça avait lieu, ceux qui prenaient de bon cœur nos tracts c’étaient ceux qui revenaient du travail, à la fin je criais simplement: les patrons n’ont pas tous les droits et là j’avais un sourire complice. Combien de cellules vivent encore, pourtant c’est sacrément efficace une cellule, avec des débats de fond, franc, de l’amitié, après nous sommes allés boire une bière sur la place et nous avons refait le monde.

Je crains que notre direction actuelle poursuive sur cette lancée de fausse démocratie et vraie diversion. Non seulement on repousse le débat, mais cela est fait sous le gadget d’un questionnaire dont une fois de plus on ne fera rien, parce qu’il est pour la direction un moyen de détourner les communistes des questions stratégiques et d’un bilan et de corseter l’assemblée des animateurs de sections prévue le 14 octobre. La méthode de Robert Hue, on consulte pour bloquer la véritable démocratie du parti. Nul n’oblige personne à être dirigeant. Ce qui s’est passé à l’Université d’été du PCF, ce qui se passe dans ma cellule, tout prouve que les communistes sont prêts à un débat serein et fraternel, inutile une fois de plus de les occuper à autre chose. La situation est grave. Nous ne pouvons plus perdre de temps.

Nous ne sommes pas les pires. Quel que soit d’ailleurs l’état de nos dirigeants ai-je pensé en réfléchissant à cette démission tardive, aucun n’aurait osé lancer une manifestation pour le 23 pour brouiller le message de la mobilisation du 12 septembre, alors qu’il n’y a rien de facile d’organiser partout une journée de grève. Non, en tous temps mêmes les pires,  les communistes auraient agi comme nous avons agi hier, ils auraient distribué leurs propres tracts pour appeler à cette manifestation syndicale, ils l’auraient popularisée à leur manière sans rien en attendre pour eux-mêmes, sans leaders aux dents longues, ces milliers de cellules partout, des petites mains. Il faut partir de cette originalité qui est la nôtre. Ce que j’attends c’est que la direction du parti arrête de multiplier les pratiques annexes, les questionnaires, les discours sur les réseaux et internet et qu’il nous soit posé les vraies questions 1) quel est l’état du monde, de notre pays, que veut le capital, l’impérialisme et que voulons-nous?  2) de quel parti avons-nous besoin pour résister à cette offensive destructrice du capital? Et que la pensée soit traduisible en actes, le contraire de la diversion à la Robert Hue…

OUi c’est un crime pour les salariés, pour notre pays que d’avoir détruit ce parti et ceux qui l’on accompli, l’accomplissent encore portent une lourde responsabilité, ils ont laissé à l’abandon des couches populaires, désorganisées, désabusées, mais est-ce que nous avons fait, nous communistes tout ce qu’il fallait pour l’empêcher?

Alors à la limite, je plains Robert Hue, c’était un homme faible qui n’aurait jamais du être à la place où il était, il ne manquait pas de qualités humaines, de curiosité, d’intérêt pour la culture, je pense qu’il aurait été un excellent militant dans sa cellule, au milieu de ses copains…

Danielle Bleitrach

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le août 30, 2017 dans Congrès du parti 2018, HISTOIRE

 

4 réponses à “A propos de Robert Hue…

  1. fr

    août 30, 2017 at 8:26

    bonjour Danielle,effectivement R.Hue,ne doit pas être ‘diabolisé’.
    Son côté rond,enjoué trés humain a été une des raisonsde son choix par G.Marchais en 1994,pour lui succéder comme secrétaire général du PCF,et des 9% des présidentielle du PCF en 1995.
    Mais,ceux qui ont inventés,ce délire de la ‘mutation’ et tirés les ficelles ,de cette mut(il)ation,(c.a.d auto-destruction,cf:Cohen séat et sa compagne Borvo,Marie pierre Vieu,Dhareville, etc…)sont toujours les dirigeants d’un pcf à 2%, incrustés,à vie?
    C’était déjà, sous leur influence que la 2ième candidature de R.Hue,en 2002 a recueille 3%!
    Cela fait plus de 15 ans qu’en toute irresponsabilité devant les mandats des militants cette équipe culpabilise les militants par des questionnaires et conserve les manettes du pcf voué à la destruction sous leurs directions immature,aveugles,sans qu’ils assument leur choix désastreux…

     
  2. histoireetsociete

    août 30, 2017 at 9:02

    je suis d’accord avec toi sauf sur les raisons du « choix » de georges marchais. En fait le successeur de Marchais était prévu de longue date, c’était Fitterman. Mais celui-ci à la suite de la « participation » gouvernementale (la première) a craqué et avec Rigout s’est rangé aux côtés de Mitterrand. Marchais cherchait donc un autre successeur, il avait pensé à Gayssot, mais celui-ci avait également commencé une dérive y compris personnelle, tout le monde s’en méfiait, donc un certain nombre de camarades sont intervenus auprès de Georges pour l’en dissuader. Il était bien embarrassé parce qu’il voulait absolument, légitimement, cèder la main. C’est alors que madeleine Vincent a proposé un de ses collaborateurs auprès des élus, Robert Hue. Il n’était en rien préparé à cette tâche; Dès arrivé, Gayssot et Blottin ont mis la main sur lui et il a été impliqué dans des négociations secrètes avec le PS. Ce qui explique ce que je raconte, la manière dont on a inventé de ne pas corseter le mouvement populaire, pour laisser se faire les négociations avec le PS. J’ai vu tout cela et cela m’a appris à reconnaître des manœuvres quand il y a des manœuvres.

     
  3. etoile rouge

    septembre 3, 2017 at 9:49

    J’ai fait confiance à R HUE, son côté rond , jovial comme vous dîtes. Cependant la mise en cause des cellules puis le  » nous sommes tous américains », cela n’est pas passé et reste en travers de ma gorge. Bien sûr il n’était pas seul pour agir ainsi. Comme en miroir j’ai alors remarqué que toute une politique consistait à mettre en cause toute l’originalité du PCF. Ces cellules qui sont un excellent souvenir et lieu de débat, son centralisme démocratique qui certes pouvait ^tre défaillant mais qui jamais ne mettait le PCF et ses militants dans l’acceptation de l’adversaire , Puis il y eût sa reconnaissance des immenses crimes du communisme sous la pression des demi fascistes du livre noir du communisme… en lieu et place du bilan positif du socialisme de Georges MARCHAIS si critiqué alors… Alors je me suis souvenu que si ma mère était soigné de sa grave maladie cardiaque c’était certes par des avancées scientifiques mis aussi par l’existence de la sécurité sociale créée par des communistes qui tous alors criaient vive STALINE… et vive la sécu. J’ai alors de plus en plus douté de la vulgate dans laquelle le capital, ses écoles et universités, les soi disant anti staliniens de tous bords, faisait du vainqueur de l’Europe nazie et non de l’Allemagne nazie seule un démon sanglant. Le révisionnisme hors comme au sein du parti m’est alors apparu grandissant.
    Je précise qu’enfant ma famille était gaulliste mais que toujours le plus politisé de celle ci nous disait que le ministre des ouvriers était le fondateur de la sécurité sociale que le demi nazi européiste et capitaliste MACRON veut achever.

     
  4. etoile rouge

    septembre 3, 2017 at 9:55

    J’ajoute que les questionnaires sont l’exemple même de la démagogie et non démocratie capitaliste: voulez vous du thé ou du lait, le soi disant choix des grandes surfaces qui vous enferment dans leur logique commerciale.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :