RSS

Jeanne : les limites de la lucidité face au nazisme…

06 Août
Résultat de recherche d'images pour "viktor klemperer lti"

Après le coup d’Etat proprement dit du 3 Août 1934 où Hitler s’est  arrogé (après le décès de Hindenburg le 2 Août) à la fois le statut de  Chancelier et celui de Président du Reich, on commence à appeler  officiellement Hitler de cette seule épithète « Mein Führer » (VK Fait  remarquer perfidement « à la française  » comme on dit « mon général » )

Le coup d’Etat qui a quelque chose de « rampant » comme on disait du mois  de Mai 1968 en Italie, se prolonge par un plébiscite . Ce plébiscite a été plus qu' »encadré », manipulé,  sous surveillance, la peur règne, Viktor Klemperer pourtant calviniste  de confession, mais juif d’origine et sa femme Eva, lui grand universitaire, philologue, spécialiste des langues latines et
des littératures écrites en ces langues (on dit en allemand qu’il est  « romaniste ») réagissent à chaud : Voici la page 141 de la traduction en français des réflexions de Viktor Klemperer et sa femme, des gens que l’on peut considérer comme « lucides » sur la dictature d’Hitler, mais qui ne voient néanmoins que la pointe de l’iceberg, parce que, comme le note Brecht, celui qui ne voit pas que le nazisme est la forme la plus perverse du capitalisme et ne le combat pas en tant que capitalisme, le laisse prospérer.

Le plébiscite date du 19 Août, la réaction de VK est datée du : »21 août, mardi

Les cinq millions de « non » et de bulletins nuls le 19 août contre les 38  millions de « oui, signifient infiniment plus du point de vue éthique  qu’un simple neuvième du total.

Il y a fallu du courage et de la détermination. On a intimidé tous les  électeurs, on les a soûlés de slogans et de bruits de fête. Un tiers a  dit « oui » par peur, un tiers par ivresse, un tiers par peur et par ivresse.

Quant à Eva et moi, nous n’avons coché le « non » que par un certain  désespoir,et non sans peur.

Et pourtant, en dépit de la déroute morale, Hitler est le triomphateur  incontesté,et la fin n’est pas en vue.

J’ai été frappé par la brièveté du feu roulant de la propagande. Il a  été mis en oeuvre quelques jours seulement avant le 19,mais alors dans  quelle orgie de drapeaux, de proclamations, d’allocutions radiophoniques.

On spécule toujours sur la bêtise et la primitivité. On recouvre de  vacarme l’histoire d’hier, la révolte de Röhm, l’assassinat de  Dolfuss,etc.,etc., et le pays laisse faire. On ne peut provoquer une  telle anesthésie que juste avant l’opération  —

— Mais  combien de temps cette psychose va-t-elle durer, et sur qui  agit-elle ? Le 19 Hitler a tenu son grand discours électoral à Hambourg,

et c’est là que se trouvait l’épicentre des jubilations prescrites. Et  c’est précisément à Hambourg qu’il a obtenu le plus de « non », 21% des  suffrages exprimés.

Aujourd’hui j’ai entendu d’Ellen Wengler [une de leurs amies] la même  chose que ce que Khün affirmait récemment: Hitler a donné des garanties  à la Reichwehr, il n’est plus libre, c’est en vérité la dictature de la  Reichwehr.

Peut-on en tirer un espoir pour la chute d’Hitler? je suis vraiment sans  espoir en ce moment.

A noter, le comportement en matière d’interdiction et d’autorisation des journaux étrangers. On ne peut plus verrouiller le lointain, il y a trop  de gens qui écoutent les radios étrangères. On affecte donc le plus possible de ne pas craindre la presse de l’étranger, dans l’espoir que  la masse, de toutes façons ne la lira pas. Ce n’est que dans les cas  extrêmes qu’on interdit. Mais naturellement: la presse étrangère de  langue allemande (autrichienne ,suisse) est tenue à l’écart. »

Quelques remarques que je me fais dit jeanne :

1-Victor et Eva Klemperer sont allés voter et ont osé voter « non ». Leur  vote « naturel » certes, mais en même temps pas le vote de leur milieu qui  s’est laissé griser (les « oui » par ivresse »). Il l’ont fait avec la peur au ventre  mais comme cinq millions de personnes pour un vote « étique » . Ce vote  « non » on peut le penser comme  celui des communistes de 2017 n’a pas été qu’un « vote éthique », il a aussi été un vote « de combat » et  un vote « de classe ». Souvenons nous qu’un million d’Allemands étaient en  camp de concentration en …1939. VK ne peut le voir encore à cette époque.

Il faudra la guerre, l’extermination, la persécution, le travail forcé  pour qu’il comprenne alors ce qu’il s’est joué en 1933.

2- La propagande a été courte et violente, en outre cela a été une  propagande avec des « coups », des assassinats, des morts « naturelles » (Hindenbourg) instrumentalisées par leur « panthéonisation » (si j’ose  dire !!!), qui ont anesthésié (pré-médication) le peuple. On a « prescrit des  jubilations » obligatoires: intronisation, » pyramidisation » du guide ,  « mon guide » « tout en un : Président et Chef de gouvernement » et le pays  a laissé faire…

3- Les amis de VK, du même milieu pensent à ce moment là qu’Hitler va  être le jouet de l’armée, qu’il s’agit d’un putch militaire masqué et  qu’il a fait long feu, VK ne souscrit pas à cela car il est abattu, déprimé;

Je pense que tout ce milieu n’a pas su comprendre qu’Hitler est « la »  solution pour tous ces gens qui pourtant le méprisent, car il est « la »  solution du grand capital allemand, celui qui l’a adoubé avant les  élections de Janvier 1933 dans la Ruhr,

c’est Hitler qui a la main, il a gagné ,y compris contre ceux qui l’ont fait chancelier (Rhöm) , il est « le » guide. Le coup d’Etat est effectif.

4- Danielle Bleitrach a raison de remarquer, de répéter ,de s’élever  contre cette idée prégnante: Hitler n’est pas arrivé au pouvoir  démocratiquement. Il y a eu « coup d’Etat ».

Ce coup d’Etat s’est étendu de Janvier 1933 à Août 1934, HItler a progressivement mis la main (pas été seulement le « jouet de », bien que  ce soit dialectique bien sûr! ) sur la direction économique de l’Etat,  sur les milieux universitaires et scientifiques, sur l’armée.

Le corps électoral a réagi, mais bien sûr, ce n’était pas au niveau  électoral que cela se jouait « pour de vrai », la lutte violente,  répressive, la lutte de classe contre les individus et les organisations  ouvrières politiques et syndicales ont permis cela, les manipulations de  l’opinion, les entraves à la liberté successives et homéopathiques,  suivies de rafles forcenées…

Que ce soit « lucidement » ou avec « ses lunettes idéologiques » le journal  de Victor Klemperer nous montre les réactions « à chaud », de l’intérieur, au jour le jour, de quelqu’un qui contrairement à nous ne sait pas « la fin », nous aussi sommes « dedans  » quelque chose, Je me dis qu’on aurait  intérêt à lire, interpréter, comprendre et tirer des enseignements de tout ceci…

 

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :