RSS

3 AOÛT 1934, HITLER DEVIENT PRÉSIDENT DU REICH

03 Août

Publié le 02/08/2017
Auteur:
Romain Bedel
Portrait de Hitler ; Robert Sennecke Internationaler Illustrations Verlag ; 1932 ; Source : BnF

 

LE 2 AOÛT 1934, LE MARÉCHAL ET PRÉSIDENT DU REICH PAUL VON HINDENBURG MEURT. LE LENDEMAIN ADOLF HITLER, DÉJÀ CHANCELIER, LUI SUCCÈDE.

 

Paris-Soir du 3 août 1934 :

« C’est Adolf Hitler lui-même qui prend le pouvoir. Il cumule entre ses mains la présidence et la chancellerie du Reich. C’est la fin de tout contrôle, de tout contrepoids. La caste héréditaire et traditionnelle qui symbolisait l’Allemagne capitule devant le parti révolutionnaire triomphant. Il n’y a plus de modérateur, plus d’arbitre, plus d’appel. »

https://www.retronews.fr/embed-journal/paris-soir/03-aout-1934/131/107817/1?fit=1119.2030.336.368

 

Le Matin du 3 août 1934 :

« Hindenburg était l’eau de l’Allemagne, si Hitler en est le vin. Désormais, Hindenburg mort, nous allons avoir le vin pur, la liqueur forte qui risque de faire du cœur le maître du cerveau. […] Sur un fond de faits vrais, s’organise la fresque officielle que M. Goebbels, ministre de la propagande, veut belle comme une légende. Ce matin, dès 10 heures, quand on achevait à peine de répandre la nouvelle de la mort du président, le mécanisme de la construction politique préparée pour sa succession se déroula avec la régularité d’un mouvement d’horlogerie ou d’une attaque montée par Ludendorff. »

https://www.retronews.fr/embed-journal/le-matin/03-aout-1934/66/149105/3?fit=0.130.2244.946

 

La Gazette de Bayonne, de Biarritz et du Pays Basque du 3 août 1934 :

« À l’issue du Conseil des ministres, qui s’est tenu jeudi soir, M. Hitler a remis à M. Fritsch, ministre de l’intérieur, une lettre dans laquelle il déclare renoncer au titre de Président du Reich et ne garder que le titre de Führer du peuple et de chancelier du Reich allemand. […] Un représentant du journal anglais « Star » s’est entretenu téléphoniquement avec un haut fonctionnaire du gouvernement allemand. Il lui a demandé d’abord quelle serait la politique du nouveau président Hitler dans le domaine des affaires internationales. Ce haut fonctionnaire a répondu textuellement : « Vous pouvez dire au peuple de Grande-Bretagne, que Hitler, en tant que président et chancelier de la République allemande, poursuivra une politique de paix, de paix absolue. » »

https://www.retronews.fr/embed-journal/gazette-de-bayonne-de-biarritz-et-du-pays-basque/03-aout-1934/343/1218581/1?fit=879.256.1136.1168

 

L’Humanité du 3 août 1934 :

« Renforçons donc notre solidarité envers le prolétariat allemand, envers Thaelmann, dont la vie est de plus en plus menacée. Encore une fois, n’oublions pas que seule l’action de front unique des travailleurs contre notre propre bourgeoisie peut empêcher un nouveau massacre. »

Le journal relaie un tract communiste distribué à Berlin :

« « Hindenburg est à l’agonie ! La lutte pour sa succession a commencé. Pourtant que ce soit Hitler qui l’emporte ou la dictature militaire, c’est Krupp et Thyssen qui continueront de régner dans la coulisse. N’oubliez pas les assassinés, les emprisonnés, les persécutés et les affamés !… Voulez-vous d’un assassin pour président ? » »

 

https://www.retronews.fr/embed-journal/l-humanite/03-aout-1934/40/281483/1?fit=1335.431.1032.2052 

L’Action française du 3 août 1934 :

« Le 2 août 1934, Hitler est proclamé le chef suprême du Reich, à la fois président et chancelier, avec plus de pouvoirs que n’en eurent jamais les Hohenzollern. Est-ce pour un tel résultat que des millions de jeunes Français ont pris les armes le 2 août 1914 ?  Quinze cent mille d’entre eux sont-ils tombés en vain ? […] Maintenant, c’est fait. Hitler a pris et réuni tous les pouvoirs entre ses mains à la date qui fut celle de la mobilisation. Rappelez-vous seulement que, de 1930 à 1933, on refusait, en France, de croire à la victoire des nazis et que, pour leur barrer la route, on faisait confiance à Hindenburg. Tant d’erreurs ne peuvent avoir bonne fin. »

https://www.retronews.fr/embed-journal/l-action-francaise/03-aout-1934/4/507535/1?fit=436.2250.793.1189

 

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le août 3, 2017 dans extrême-droite, HISTOIRE

 

Une réponse à “3 AOÛT 1934, HITLER DEVIENT PRÉSIDENT DU REICH

  1. Jeanne Labaigt

    août 3, 2017 at 1:12

    En guise de commentaire : extrait du journal de Viktor Klemperer daté du « 4 Août 1934, samedi dans la matinée. »

    « Dans un premier temps, ces événements nous ont remplis Eva [son épouse « aryenne »] presque encore plus que moi, de la plus extrême amertume, pour ne pas dire de désespoir. Hindenburg meurt le 2 Août à neuf heures, une heure plus tard paraît une » loi  » du gouvernement du Reich datée du 1er août : les fonctions de président et de chancelier seront réunies en la personne d’Hitler, la Wermacht lui prêtera aussitôt ; et à six heures et demie du soir les troupes de Dresde prêtent serment, et tout reste parfaitement calme, notre boucher dit d’un ton indifférent: « Pourquoi même voter? ça coûte seulement un tas d’argent pour rien » C’est à peine si le peuple prend note du coup d’Etat parfait, tout se joue en silence, couvert par les hymnes à la mémoire de feu Hindenburg. Je jugerais que des millions et des millions de gens ne se doutent pas de la monstruosité qui vient de se produire. — Eva dit: « Et dire qu’on fait partie de cette bande d’esclaves. » Le soi, au moment où un pneu d’automobile explose,avec mépris « Ce n’est pas un coup de feu. » — Nous avions toujours porté nos espoir sur la Rechswehr ; Johannes Köhler [ un de leurs amis anti-nazi] nous avait depuis longtemps confié comme une rumeur de source sûre, que la Reichswehr n’attendait que la mort imminente de Heindenburg. Et maintenant la voici qui prête tranquillement serment au nouveau « commandant en chef de la Wechmacht » .
    Mais hier, lettre d’Hitler au ministre du Reich : il a été chargé de ses fonctions « conformément à la Constitution » mais tout le vrai pouvoir doit venir du peuple, il faut donc organiser un plébiscite — Depuis quand se soucie-t’il de constitutionnalité? Depuis quand fait -on d’abord prêter serment à l’armée pour se faire élire « ensuite »? Etait-ce son intention première? Tout a bien marché? Et que va-t-il se passer le 19 Août? L’atmosphère de novembre n’est plus là, et Hindenburg est mort. Vox populi : je dis à l’épicier qu’on est bie obligé de voter pour lui, que même si on ne le faisait pas qui compterait les voix ? Lui : « On peut toujours voter blanc,et même s’il ne vont pas le chanter sur les toits, ils s’en apercevront bien. » — Quoi qu’il en soit: un espoir ressort malgré tout de l’effondrement; tout n’est plus définitivement perdu. »

    Je trouve plusieurs choses très importantes à relever dans ce texte, la conscience forte de ce couple d’anti- nazis (bourgeois universitaires de la grande Université allemande vivant à Dresde) qu’il s’agit là d’un coup d’Etat et de quelque chose de totalement anticonstitutionnel dans l’esprit et la lettre, mais qu’en même temps tout est fait pour que cela paraisse totalement légal et même légitime : organisation du plébiscite du 19 Août . Ce coup d’ Etat s’appuie sur l’armée et son « serment anticipé », ce qui va être à la fois la justification et la cause de la réaction du peuple.
    Eva et Viktor Klemperer voient très bien que la peur d’une part et l’indifférence d’autre part « tout reste parfaitement calme », pas de coup de feu mais un simple pneu qui éclate, se sont emparés de l’opinion publique: peur de l’armée, et « pourquoi voter cela ne sert à rien et coûte cher ».
    Tentation du vote blanc : »ils seront obligés d’en tenir compte » ,une belle illusion à mon avis car (comme pour Macron élu avec à peine 20% des inscrits il n’en tiennent jamais compte) mais surtout c’est le masque du coup d’Etat qui se pare des plumes de la démocratie, si j’ose dire.
    Enfin ce que Klemperer appelle la « vox populi », ce qu’il entend ici et là dans le peuple et qu’il consignera dans son journal tout au long des années hitlériennes et au milieu des persécutions est essentiellement contradictoire, ici : « on ne peut rien faire » et en même temps : il suffit que quelqu’un dise « on va voter blanc ils seront obligés d’en tenir compte » pour que l’espoir renaisse et que dans l’effondrement on se dise « tout n’est pas définitivement perdu ».
    C’est cette lucidité de VK en même temps que son aveuglement, tout comme celle de la vox populi (qui n’est pas forcément en phase avec la pensée de VK , c’est un euphémisme) qui m’intéresse dans ce journal de toutes les années 1933 -1945, autant que le destin tragique des juifs de Dresde dont seul le bombardement allié monstrueux le sauvera.

    Si j’ai le courage et pas trop mal au dos je te recopierais la page du journal du 20 Août et quelques commentaires de mon crû , page où il témoigne du plébiscite et de ses propres réactions et analyses.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :