RSS

Mon premier lecteur et les « eaux glacés du calcul égoïste »

28 Juil

Dans mon quartier il y a une imprimerie. Comme mon imprimante est en panne ou alors je suis incapable de la faire marcher, je vais dans cette boutique faire tirer des exemplaires de mon manuscrit, parce que je ne peux le corriger que s’il est sur papier. Il y a le propriétaire, un septuagénaire qui vient de perdre sa femme de la maladie d’Alzheimer, un jeune homme poussé en graine, il a la trentaine et porte des tee-shirts gothiques. Les gens qui viennent là sont des petites gens qui ont du mal à maîtriser internet. Un aveugle, son chien, son épouse et une quinquagénaire enfantine qui nous explique qu’elle est une « artiste », c’est une handicapée qui peint des aquarelles. Celle-ci vont être exposées dans le village de Alpes de Haute Provence dont elle est originaire.Elle voudrait écrire un livre avec la reproduction de ses tableaux. La discussion devient générale, chacun s’emploie à lui donner des conseils. L’épouse de l’aveugle et moi nous découvrons que nous avons la même conception du monde: « c’est très bien, chacun à le droit et le devoir de s’exprimer, de créer. Et surtout ne croyez jamais qu’il y a des gens qui sont compétents et d’autres qui ne le sont pas, seule l’émotion compte et vous devez revendiquer votre droit à l’éprouver, à être une artiste. »

Avec ça, mon manuscrit est bloqué et personne ne songe à s’en occuper, il faut remplir les formulaires de l’épouse de l’aveugle et expliquer à « l’artiste » comment elle peut intégrer des photos de son oeuvre dans un manuscrit, elle veut de surcroît une écriture à la main.

Je laisse ma clé USB et je propose que l’on me téléphone quand ce sera terminé. Le lendemain, l’imprimeur me téléphone, jusqu’ici il m’appelait « madame Bleitrach », là il me donne du Danielle comme si nous étions amis d’enfance. »Votre manuscrit est prêt ». Il veut me le relier gratuitement et il m’offre une enveloppe.  Puis il me parle, il me raconte sa vie. Son père était un militant communiste, un « pur » dit-il. « Nous allions lui et moi vendre la Marseillaise, on ne nous payait pas, on faisait ça gratuitement pour les idées. Il n’a jamais depuis retrouvé la même conception de la politique, le même désintéressement, la volonté de bien faire et d’être honnête. » Par curiosité, il a lu mon manuscrit et il a retrouvé les paroles de son père.

Nous discutons de tout et de rien, des choses de la vie, de la mort de sa femme, de celle de ma mère, il s’en souvient, tout le monde dans le quartier était ébloui par la beauté de cette femme qui s’est débrouillée de demeurer superbe à l’article de la mort, tant son élégance et la finesse de ses traits étaient peu altérés par la vieillesse. Elle aussi était communiste, je bénéficie d’un capital de curiosité bien que chacun s’accorde sans doute sur le fait que je n’ai pas son allure.. Mais surtout, comme on dit, elle ne doit rien à personne et elle était droite et serviable, les chats ne font pas des chiens. On bavarde tout y passe, nos chats, nos chers disparus et surtout ce temps jadis où il y avait des gens en qui on pouvait avoir confiance, Georges marchais qui ne se laissait pas faire…Le vieux jeune homme de trente ans nous écoute ébahi. Je finis par leur dire ces mots qui me sortent du cœur:   « Vous savez dans la vie il y a des gens bien et des salopards qui ne pensent qu’à eux et à vous faire du tort. Comment voulez- vous qu’une société marche quand le pouvoir est donné systématiquement à ces derniers, C’est ça le capitalisme.  »

Voilà mon premier lecteur a découvert « les eaux glacés du calcul égoïste » et le communisme, son expérience vécue du communisme comme le meilleur antidote.

J’ai aussi le boucher qui veut que je lui parle de la Russie, ce qui l’a convaincu c’est quand je lui ai dit: « je ne sais pas si ces gens là sont communistes ou non, mais ce qu’ils ont constaté c’est que leur vie s’est dégradé ». Je m’assied sur le banc à la disposition des clientes et nous parlons du vaste monde. De Macron qui s’en prend aux retraités, la taxe d’habitation supprimée, ce serait bien mais avec quoi les mairies pourront-elles assurer la propreté, les écoles et tout le reste… Le marchand de brousse du Rove sur le marché qui est aussi un grand sceptique… Mais au Rove on vote communiste comme on s’appelle Gouirand.

Quand je pense qu’il y a des gens qui veulent changer de nom. Ils ont jamais discuté avec les voisins? Moi quand il y a trois semaines j’ai failli craquer par saturation des réseaux sociaux, j’ai replongé dans la vie au quotidien… J’ai écrit un manuscrit, lu des tas de livres pour me nourrir mais aussi  bavardé partout, au cinéma, sur le marché, et je crois que cela nous fera du bien de nous rencontrer dans les rues le 12 septembre(syndicats), le 23 septembre (pour la paix) et le 28 septembre pour le droit des femmes. Nous avons beaucoup de choses à nous dire…

Danielle Bleitrach

PS; un lecteur Philippe brunet dit ces mots que je partage: La question du changement de nom s’inscrit dans une question beaucoup plus large : celle du dépassement du capitalisme. Les classes dominantes le savent qui cherchent à pervertir le langage pour mieux maintenir l’exploitation. Le PCF n’est pas propriétaire du terme. Il en est historiquement le récipiendaire. Ses erreurs politiques stratégiques et tactiques, propre à tout parti, même un parti qui se revendique révolutionnaire, ne doit pas masquer cette évidence. En même temps son histoire, comme creuset, a continué à apporter au communisme. Pour cette seule raison, le PCF a cette responsabilité de ne pas faire disparaître ce que communisme veut dire.

Publicités
 
7 Commentaires

Publié par le juillet 28, 2017 dans COMPTE-RENDU de LIVRE

 

7 réponses à “Mon premier lecteur et les « eaux glacés du calcul égoïste »

  1. leca

    juillet 28, 2017 at 6:18

    Vu ‘ The Guard’ hier. Les horreurs commises à Cuba, enfin dans sa partie américaine de Guantanamo. Parmi des durs de l islamisme quelques Edmond Dantès victimes d’homonymie ou de dénonciation erronée . Tous sont des détenus pas des prisonniers. Pourquoi ? Parce que les prisonniers sont protégés par la Convention de Genève, pas les détenus. Ils sont là depuis des années sans savoir quand tout cela finira. C est ripoliné, nickel, les repas sont bons , on peut jouer au foot si on est conciliant.La mission prioritaire des gardes: éviter leur suicide, alors ils passent les regarder toutes les trois minutes.
    Quel rapport avec l article, j espère aucun.

     
  2. jehaislescookies

    juillet 28, 2017 at 10:54

    « Les classes dominantes le savent qui cherchent à pervertir le langage »
    oui c’est important, il y a je crois dans un des deux manuel chinois de ruses stratégiques, Sun Tseu ou bien les 36 stratagèmes, une règle qui dit qu’il ne faut jamais laisser l’ennemi choisir le champ de bataille. C’est valable aussi pour les batailles intellectuelles, si on accepte d’appeler le salaire différé « charges sociales » on a déjà perdu !
    C’est comme toutes les entreprises de manipulation de de diabolisation que nos maîtres utilisent actuellement, comme le fameux « complotisme », et d’autres encore, afin d’intimider les gens et de faire taire ce qui les gêne, il ne faut pas se laisser intimider ne pas se laisser manipuler, il faut tranquillement appeler un chat un chat (comme Bernard Friot à la télévision qui avait parlé de « parasites » et alors tous les invités ont commencé à le diaboliser, il n’a pas été traumatisé, il n’a pas fondu en larmes comme certains, il ne s’est pas mis en colère, ni n’a même pas prit la peine de répliquer, il a juste souri d’un air ironique et il a continué durant toute l’émission à dire tranquillement « parasites », « parasites » !)

     
  3. COTTY Jean-Louis

    juillet 28, 2017 at 2:54

    Bonjour Danielle la fraîcheur de votre exposé me fait rêver à un monde fraternel en institution à la République d’enfants de Moulin Vieux ou des instituteurs communistes Mr et Madame Julien ont sauvé des enfants des Républicains espagnols puis des enfants juifs…
    Salutations fraternelles communistes.

     
  4. Dietzgen

    juillet 29, 2017 at 11:36

    Le PCF est certes héritier d’un trésor inestimable, mais malheureusement le PCF n’a pas de personne propre, ce n’est qu’un groupe d’individus avec leurs intérêts particuliers plus un intérêt commun. Quand l’intérêt commun passe au second plan et voire même disparaît pour de bon, est-il encore question d’héritage ?

    J’ai l’impression qu’il n’est plus mené que par la poignée de dirigeants qui n’ont que faire de cette responsabilité… prêts à changer de nom et de cause contre une écuelle.

    Enfin, je ne sais pas de quoi je parle, je suis un coco hors parti.

     
  5. etoile rouge

    juillet 30, 2017 at 4:18

    Tout abandonné du marxisme, du léninisme, du soviétisme à l’antisoviétisme, leur opposition à l’Union Européenne vendue pour une bouchée de cacahuètes appelée changement du logiciel europe, des cellules d’entreprise et de quartier, du rôle envers les organisations syndicales aujourd’hui totalement soit dans la panade soit dans la collaboration, l’eurocommunisme à l’acide anticommuniste, acceptant les bombardements de Lybie, de syrie, l’assassinat de dirigeant internationalement reconnu par l’assassin en chef de l’impérialisme l’OTAN, un abandon de la classe ouvrière etc… Changer de nom se serait reconnaître que effectivement le PCF n’est plus communiste et ne souhaite pas construire le socialisme comme seule réponse au capitalisme fou et destructeur.

     
  6. leca

    juillet 30, 2017 at 5:32

    qu ‘il change de nom et dérive encore plus à droite comme le PS français ou le PC italien, et fusionne à terme avec les futurs melenchon et hamon ( voire les futurs macron) dans un parti ‘démocrate’ on peut s y attendre et finalement c’est inéluctable.
    seul souci: faute d une internationale imposant une discipline , qui héritera du sigle et de la légitimité du PCF ? Tous les groupuscules s’auto désignant aujourd’hui communistes vont se jeter sur la raison sociale pour finalement ne rien en faire comme en Italie .

     
    • Dietzgen

      juillet 31, 2017 at 10:24

      C’est peut-être une loi d’entropie tout ce qu’il y a de plus classique.

      Mais si le PCF se dissout de lui-même et que les groupuscules restant participent au festin de manière intéressée, que faire (pour pasticher le grand Ilitch) ?

      Peut-être faut-il réaliser que nous sommes seuls, que la panacée ne viendra pas de l’extérieur (Mélenchon, socialistes, Trotskystes, anarchistes, post-modernes …), et que nous n’avons plus qu’une chose à faire :

      Courir vers les collines.

      Sinon nous mourrons seuls, corps décomposés dans le militantisme de témoignage (« flash news 2057 : nous allons visiter le local du dernier groupe de 14 communistes »).

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :