RSS

Le G20 de Hambourg et ses leçons sur le monde multipolaire…

11 Juil

Résultat de recherche d'images pour "Poutine et Trump"

Si le Etats-Unis ont manifesté un certain isolement, le pays a de beaux restes et ce n’est pas l’avorton européen qui sera capable de prendre le relais comme cela avait été imprudemment annoncé par nos médias, avec bien sûr au centre de leur flagornerie, le nouveau président français. Les Etats-Unis sont incapables d’assumer leur leadership mais personne n’est en mesure de les remplacer et un monde nouveau est en train de naître, le danger comme disait Marlowe de la Renaissance c’est qu’il risque « d’accoucher comme une truie dans le sang ». La négociation est indispensable.

Une rencontre a été au centre de ce G20, celle entre Donald Trump et Vladimir Poutine. Prévue depuis plusieurs jours, cette rencontre bilatérale, la première entre les deux hommes, devait  durer une trentaine de minutes. Les discussions se sont poursuivies pendant deux heures et quart dans un climat défini comme chaleureux. La réunion se tenait en format restreint, en présence seulement du ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, et de son homologue américain, Rex Tillerson. Elle était destinée à remettre sur les rails une relation tendue depuis six mois.

Donald Trump et Vladimir Poutine ont discuté de la Syrie, de lutte antiterroriste et de cybersécurité, a précisé le président russe à l’issue de la rencontre, sans donner plus de détails. Ils se seraient aussi accordés sur un cessez-le-feu dans le sud-ouest de la Syrie, qui devrait entrer en vigueur dimanche à la mi-journée. Dans cette zone, autour de la ville de Deraa, des forces du régime appuyées par les Russes et les Iraniens affrontent des combattants de l »a rébellion modérée »(sic), aidée par des conseillers américains, donc c’est un lieu hypersensible dans une confrontation potentielle.

Apparemment Trump a obtenu là un avantage incontestable, mais  il s’agit d’une situation temporaire. Trump paraît obtenir une partition de fait de la Syrie avec des zones d’autonomie. Mais il n’est  plus question de voir Bachar El assad évacué,  les Russes mais aussi les iraniens et les Chiites ont obtenu ce qu’ils voulaient .La question kurde n’est pas résolue mais elle a avancé. Pourtant cette reconnaissance kurde imposée par les armes aboutit à  renforcer les liens entre la Russie et la Turquie  . Cette dernière si elle veut bloquer l’autonomie kurde va devoir opérer un changement de stratégie et se ranger toujours plus aux côtés des Russes pour limiter la partition de la Syrie. Il faut bien mesurer que sur ce plan la victoire russe ne se limite pas à la Syrie, elle concerne tout autant l’Asie centrale où une alliance de fait entre Chine, Russie et Turquie est en train de se mettre en place(2)

Cette rencontre, qui  a jeté les bases d’une coopération à venir entre les Etats-Unis et la Russie. D’abord sur la Syrie. On peut dire que ça a été la débâcle intégrale de la politique française telle qu’elle a été menée par Hollande et ses catastrophiques ministres des affaires étrangères. La stratégie française de ces dernières années, celle complaisamment relayée par nos médias est en pleine déroute. Non seulement la diabolisation de Vladimir Poutine, la politique des sanctions et une Europe dominée à la fois par les volontés otanesques des Etats-Unis et l’avancée vers l’est de l’Allemagne est désormais confrontée à ce changement des Etats-Unis appelant à une relation constructive avec la Russie sur la Syrie mais dans d’autres domaines et laz publicité autour d’un accord sur cybercriminalité ne doit pas nous masquer d’autres ententes. .

La relation constructive entre la Russie et les Etats-Unis porte aussi et surtout sur les relations commerciales et ce qui peut les entraver, la dénonciation des pratiques illégitimes et les barrières tarifaires pour s’en protéger chères à Trump et les sanctions tout aussi illégitimes qui frappent la Russie. .

Il faut tout le ridicule de la presse française pour avoir tenté de faire de Macron un vainqueur.  D’abord parce que notre président au plan international porte le poids du quinquennat précédent et apparaît comme le résultat de l’ultime manoeuvre du très décrié François Hollande. A ce titre les images sont cruelles, la tentative de Macron de se glisser dans la photo aux côtés des grands  n’est que l’illustration de cette défaite néo-libérale de l’Europe, son bellicisme, autant que celle des accords de Paris. Ces accords sont  considérés comme une des grandes victoires du quinquennat Hollande. Le refus de les assumer aurait-ils isolé Trump qui refuse de les respecter?  Oui et l’attitude des Etats-Unis tranche sur celle vertueuse de la Chine, mais en fait ces accords de paris apparaissent aussi dans leurs limites, leur aspect de fait non contraignant autant que la part belle qui est faite aux « solutions » qui s’accommodent avec les profits des multinationales(3),et laissent se dégrader toujours plus les pays pauvres. Les accords de paris par rapport à un véritable plan de lutte contre les dégradations de la planète sont bien caractéristiques de la politique de Hollande et il n’y a pas eu ni dans ce domaine, ni dans d’autres la moindre volonté du changement en profondeur, la moindre remis en cause du pillage de la planète et de la raréfication de ses ressources en matière d’eau par exemple. tant que ces rapports ne seront pas remis en cause l’isolement de Trump et la vertu d’un Macron flanqué d’un Hulot sera aussi crédible que celle de sa capacité à défendre les salariés face aux diktats néolibéraux de l’Europe.

ce qui fait la force d’un Trump c’est cette adhésion au profit comme vecteur de toute politique et ses foucades à partir du moment où elles revendiquent la souveraineté et l’emploi apparaîtront comme plus réalistes que toutes les proclamations non suivies d’effet. Mais le vrai problème pour les Etats-Unis comme d’ailleurs pour le reste du monde est qu’il n’y a pas de solution de rechange à cette chute de l’empire américain. Dans une certaine mesure le cas Macron est aussi une illustration de cette absence d’alternative.

Et l’Europe dans tout ça  ?

Si les Etats-Unis sont désormais obligé de compter avec la Chine, la Russie, ce qui avait été annoncé à savoir la reprise du flambeau de l’hégémonie occidentale par l’Europe autour du couple franco-allemand a été battu en brèche, les souverainistes auront beau jeu de proclamer non sans raison que ce G20 annonce un monde multipolaire basé sur la souveraineté des Etats, parce que chacune de ces trois puissances s’est moins appuyée sur une volonté d’hégémonie mondiale impliquée par la mondialisation impérialiste que sur les intérêts nationaux de puissances confrontées à de multiples formes de la crise. A ce titre l’Europe montre une fois de plus sa faillite politique autant qu’économique. La seule interrogation porte sur la capacité d’imposer le changement nécessaire en économisant la violence déjà portée à un tel niveau de fait. C’était la caricature dans les rues de Hambourg et sa police débordée.

Danielle Bleitrach

 

Notes

(1) Depuis 1994 exactement où dans les Etats-Unis de mal empire (aden editeur) j’annonçais dans la partie du livre que j’avais écrite non seulement l’émergence de ce monde multipolaire mais le rôle joué dans son apparition par la CHine et la possibilité de rapports sud-sud. Ce qui semble avoir été battu en brêche c’est la solution progressiste représentée par l’Amérique latine bolivarienne, encore que la Chine s’affirme ostensiblement comme le défenseur de ces rapports sud-sud et avec la Russie défendent les souverainetés et les solutions diplomatiques régionales.

(1) Il ya au centre des préoccupations entre la Chine, la Russie et les Etats-Unis la question de la Corée du nord, mais il y a aussi l’Asie centrale Il est clair que le dialogue noué à Astana autour de la solution syrienne apparemment n’a pas abouti mais l’enjeu était ailleurs en particulier l’intégration de la Turquie au destin de l’Asie centralen et là dessus les résultats sont là. : https://histoireetsociete.wordpress.com/2017/07/11/kazakhstan-derriere-les-feux-des-projecteurs-la-realite-par-mariusz-kluzniak/#respond

(2) La nomination de Nicolas Hulot, la « prise de guerre » qu’il constitue se heurte à la réalité de cette domination et sa controverse avec le ministre de l’agriculture, la mise en évidence de ses propres liens avec ces trusts, à peine compensée par des déclarations pour le moins hasardeuse sur la fermeture des centrales nucléaires (sans la moindre référence comme toujours aux armes nucléaires), démontre si besoin était les limites de cette « écologie » . Si la situation continue à s’accélérer dans ce domaine comme celui d’ailleurs des liens de la politique de santé avec les trusts pharmaceutiques et les sociétés d’assurance, il est probable que Nicolas Hulot sera presque aussi vite déconsidéré qu’un Vincent Placé. sans parler de la nomination in extremis de Segolen Royale comme ambassadrice auprès des pingouins. On peut dire que tout a été fait par ces gens là pour déconsidérer l’écologie pour ampêcher aussi une politique de paix et de développement.

 

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :