RSS

Un gouvernement libéral de combat

18 Mai

ALINE BÉZIAT·JEUDI 18 MAI 2017
L’ensemble des affaires économiques de la France est confié aux hommes de droite, confirmant le virage austéritaire et libéral de Macron. La nomination d’un Premier ministre de droite avait annoncé la couleur, le tableau se complète avec Bruno Le Maire et Gérard Darmanin, qui prennent directement en main le budget et l’économie.
La nomination de l’ancien ministre de la Défense Jean Yves le Drian aux affaires étrangères en duo avec Marielle De Sarnez aux affaires européennes et surtout avec Sylvie Goulard, ministre des Armées, laisse présager l’accentuation de la dérive militaire de notre politique internationale et la perte accrue de notre indépendance militaire au profit de la Défense européenne.
Les nominations sans surprise de Gérard Collomb et François Bayrou confirment qu’on est à des années-lumière du renouvellement de la politique. Dans ces conditions, nous pouvons nous demander dans quelle galère s’est embarqué Nicolas Hulot, nommé ministre d’État à la Transition écologique et solidaire ?
Et bien voilà, nous sommes prévenus, ce nouveau gouvernement veut nous faire croire que son cœur est à Gauche, quand son portefeuille reste à Droite. Incompatibilité criante, pour faire le bonheur des gens il faut d’abord le faire avec eux et non sans eux. Ce Gouvernement à ouvert à Droite mais il a fermé à la Gauche non libérale, qui elle est pourtant majoritaire dans le pays.
L’émergence de la société civile est une entourloupe et une arnaque de première. On voudrait nous faire croire que la société civile ne serait pas politisée et que donc on lui accorde la bienvenue sur une des plus hautes marches, mais c’est pour mieux vous avoir mon enfant. Sauf que la politique est partout, et surtout ceux qui disent ne pas en faire, en font tout autant que les autres. Nous sommes tous des êtres sociaux, nous ne pouvons vivre décemment et en paix que si justement nous sommes en mesure de faire de la politique, en commun en permanence et partout et pour le bien de tous. Les politiciens en fait, ceux qui pensent savoir à la place des autres, se servent toujours de ladite société civile aujourd’hui, pour mieux attirer les mouches avec du vinaigre. En effet la transversalité de l’écologie, et les solidarités universelles ne peuvent se développer que si l’on maîtrise l’économie et les finances à partir des richesses que crée le monde du travail. Comme elles sont accaparées par le patronat, et le monde de la finance mondialisée, et que ce Gouvernement libéral leur accorde les pleins pouvoirs, la solidarité et l’écologie n’auront que les miettes que les ministres de l’économie et des finances voudront bien leur accorder. Autrement dit ce gouvernement n’invite pas le peuple à prendre sa part politique pour maîtriser des richesses qu’il crée, mais on va lui accorder des miettes, tout en laissant croire qu’il a un bon ministre à son service, et qu’il va les protéger des méfaits du capitalisme.
Le capitalisme peut dormir tranquille, le libéralisme décomplexé veille au grain, ce gouvernement si on le laisse faire va protéger les intérêts des puissants comme toujours. C’est une Révolution de salon, mais ce n’est pas la Révolution de la Démocratie du peuple par le peuple et pour le peuple. Macron en fait n’a tenu aucun compte de cette nouvelle Gauche qui s’est dessinée tout au long de l’épisode de la Présidentielle et qui unit est majoritaire dans le Pays. Hollande a très bien joué la carte du social-libéralisme ce que lui n’a pas pu faire, il a permis à son poulain de l’accomplir. C’est une faute politique majeure d’une extrême gravité.
Certes cette nouvelle Gauche qui se dessine doit trouver les chemins de l’unité, mais elle ne peut la maîtriser qu’avec un relationnel de fraternité et d’égalité. Elle peut le faire en faisant émerger ses convergences et en dépassant ses divergences dans des débats constructifs et serins. Tout ceci, est réalisable si les acteurs qui se reconnaissent dans cette Gauche non libérale, savent utilisent les principes de la Démocratie communiste, pour que chacun se sente à égalité de Droits et de Pouvoir dans et pour la constitution justement de cette force politique naissance, qui de fait, est déjà majoritaire dans le pays.
Pour l’heure, si cette Gauche non libérale, n’utilise toujours pas la Démocratie qui lui convient pour s’unir, l’électeur lui, est en mesure de faire la différence, entre des candidats qui cherchent en permanence l’unité, qui savent comment maîtriser la finance et l’économie pour satisfaire les besoins de tous. Il sait aussi qui fera barrage le mieux à tous ceux qui auront le pouvoir de s’accaparer les richesses et à toutes les entourloupes d’un gouvernement libéral décomplexé. L’heure est à la clairvoyance, pour ne pas donner les pleins pouvoirs à ce gouvernement de Droite libérale. Il est possible de le renverser aux législatives et dans les meilleures conditions possible pour que l’unité se réalise partout, en votant pour les investitures communistes et non communistes que le Parti communiste français présente.
Aline Béziat – Rochefort 18 mai 2017

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le mai 18, 2017 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Un gouvernement libéral de combat

  1. josephhokayem

    mai 18, 2017 at 6:54

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :