RSS

Présidentielle : les quinze qui font tourner la machine Macron

10 Mai

GREGOIRE POUSSIELGUE Le 26/04 à 11:51

De gauche droite : Benjamin Griveaux, Julien Denormandie, Stéphane Séjourné, Ismaël Emélien, Jean-Marie Girier Jean Pisani-Ferry.
De gauche à droite : Benjamin Griveaux, Julien Denormandie, Stéphane Séjourné, Ismaël Emélien, Jean-Marie Girier et Jean Pisani-Ferry. – Marc Chaumeil-Divergence (2)/REA (3)/AFP
Le candidat d’En Marche à l’élection présidentielle s’appuie sur une équipe resserrée, issue pour une bonne part de son cabinet à Bercy. C’est une technostructure qui joue avec les manettes du nulérique pour mieux saisir les attentes des Français et les diriger, ils sont complétés par de vieux politiciens comme Gérard Collomb qui travaillent les alliances et les ralliements. Le tout étant managé par le grand capital qui a choisi l’alliance transantlantique et qui a tiré bilan de l’épisode Trump. Le plus gros danger de cette équipe est la guerre qu’elle nous prépare contre la Russie, voir la Chine pour maintenir l’hégémonie américaine. Il faut beaucoup de moyens financiers pour avoir monté pareille opération. et il est à peu près assuré qu’ils ont non seulement assuré la présence de leur poulain au second tour mais celui de Marine le Pen, la candidate qu’ils étaient sûrs de battre et qui de ce fait valorisait l’idée européenne et transntlantique. (note de danielle Bleitrach)

Il faut aller au sixième étage du QG d’Emmanuel Macron pour trouver l’équipe resserrée du candidat (une quinzaine de personnes, en grande majorité des hommes), qui font tourner la machine à côté des élus ralliés comme Richard Ferrand, Renaud Dutreil, Gérard Collomb ou Corinne Lepage. Les membres de cette garde rapprochée apparaissent peu dans la lumière. Emmanuel Macron suscite auprès de ses troupes une admiration certaine. « Il est la principale raison pour laquelle on est là », confirme l’un d’entre eux. La plupart sont jeunes, parfois moins de trente ans. Beaucoup sont aussi des orphelins de Dominique Strauss-Kahn.

Fin 2015, début 2016, quand Emmanuel Macron était encore ministre de l’Economie, les plus proches ont participé aux premières réunions – « tenues nuitamment », précise l’un – visant à mettre sur orbite le mouvement du futur candidat, lancé en avril suivant. A l’époque, il n’était officiellement pas question d’une candidature à la présidentielle. Mais tout le monde y pensait, sans vraiment le dire. « Il était clair qu’on ne faisait pas ça pour témoigner », se souvient un participant. Les anciens de Bercy se retrouvent aujourd’hui au coeur de l’organigramme de campagne, dans le premier cercle d’un homme qui aime les multiplier.

C’est le conseiller stratégie, campagne et mouvement du candidat. Discret, il a connu Emmanuel Macron à la Fondation Jean Jaurès, peu avant la présidentielle de 2012. Ancien membre de l’équipe Strauss-Kahn pour la primaire socialiste de 2006 (il était alors encore étudiant), Ismaël Emelien est au coeur de la démarche du candidat depuis le tout début. Consulter les Français, repérer leurs priorités, leur laisser la parole, faire naître un vrai mouvement politique. S’emparer des nouvelles technologies de traitement de données pour analyser les résultats de la « grande marche » de l’été dernier. « Elle nous a permis d’établir un baromètre des préoccupations des Français, qui est en décalage avec les baromètres habituels », explique-t-il.

Julien Denormandie (36 ans)

Cet ancien directeur adjoint du cabinet d’Emmanuel Macron à Bercy, occupe le poste de secrétaire général adjoint d’En Marche. Il est ingénieur des Eaux et Forêts, titulaire d’un MBA en Economie. Avec Ismaël Emelien, il devait créer une start up avec Emmanuel Macron après son départ de l’Elysée, en avril 2014, mais la nomination de l’intéressé à Bercy, en août de la même année, a changé les plans. Il a rejoint En Marche au début de l’été 2016 pour mettre en place la structure. « Au début on était deux salariés. Avec seulement 10 mois d’existence, on est aujourd’hui plus de 55, avec aussi 400 experts, et 100 référents », explique-t-il.

Stéphane Séjourné (31 ans)

Venu à la politique via la lutte contre le contrat première embauche (CPE) en 2006, est un ancien du cabinet de Jean-Paul Huchon à la région Ile-de-France. Il a été conseiller parlementaire d’Emmanuel Macron à Bercy. « Quand la loi Noé [Nouvelles opportunités économiques, NDLR] a été débranchée, Emmanuel Macron a considéré qu’il fallait créer une nouvelle organisation politique. Une structure qui pourrait porter un projet majoritaire », se souvient-il. Sa mission : collecter, avec le maire de Lyon, Gérard Collomb, les parrainages, mais aussi préparer les législatives et conseiller le candidat dans ses relations avec les élus et les politiques. Il se définit lui-même comme la « cabine téléphonique » d’Emmanuel Macron auprès des élus.

Jean-Marie Girier (32 ans)

Ce diplômé de Sciences politiques et de communication est encore adhérent au PS. Il a été le chef de cabinet du maire de Lyon, Gérard Collomb, pour qui il a créé le pôle des réformateurs au sein du PS. Il a rejoint l’équipe du candidat début 2016. Il apporte, comme il le dit lui-même, une « couleur locale » à l’équipe d’Emmanuel Macron. Pas de compte Twitter ni de présence sur Facebook, contacts rarissimes avec la presse… Jean-Marie Girier est un acteur de l’ombre. Il est pourtant un des grands ordonnateurs de la campagne, le seul à avoir l’expérience d’une présidentielle, après avoir participé à celle de François Hollande en 2012. « Autour d’Emmanuel Macron, beaucoup étaient issus de Bercy. Pour ma part, j’apporte un regard avec l’expérience de nombreuses campagnes électorales », précise-t-il. Jean-Marie Girier a la haute main sur l’agenda stratégique du candidat, proposant, par exemple, d’aller labourer les terres de gauche (Nevers, Clermont-Ferrand, Quimper, le Nord…), en janvier, pendant la primaire du PS.

Benjamin Griveaux (39 ans)

C’est le seul dans la garde rapprochée à avoir eu un mandat électif. Porte-parole, chargé de la riposte, il a rejoint Emmanuel Macron fin 2015 via Ismaël Emelien. Il participait aux premières réunions préparatoires. Diplômé de Sciences Po et d’HEC, ancien strauss-kahnien passé par le cabinet de Marisol Touraine, il a été vice-président du Conseil général de Saône-et-Loire et vice-président de l’agglomération de Châlons-sur-Saône. Il a aussi fait un passage dans le privé à Unibail. Par son biais, on apprend qu’Emmanuel Macron est un grand lecteur de la presse régionale, à laquelle il accorde un entretien à chaque déplacement.

Jean Pisani-Ferry (65 ans)

Il a intégré l’équipe d’Emmanuel Macron en janvier, après avoir conseillé le candidat depuis de nombreux mois. En charge du pôle idées, il coordonne le programme qui a été dévoilé début mars après le cadrage budgétaire. Ancien membre du cabinet de Dominique Strauss-Kahn à Bercy, ancien directeur du « think tank » Bruegel à Bruxelles, commissaire général de France Stratégie jusqu’au mois dernier, il est une recrue de choix pour le candidat.

LIRE AUSSI
Jean Pisani-Ferry, le chef d’orchestre du programme Macron

Sophie Ferracci (40 ans)

Ancienne cheffe de cabinet d’Emmanuel Macron à Bercy, dont elle est par ailleurs une proche, cette juriste et avocate de 40 ans a repris les mêmes fonctions au sein de l’équipe de campagne du candidat. Sa principale fonction est d’organiser les – nombreux – déplacements du candidat.

Sylvain Fort (45 ans)

Normalien, agrégé de lettres classiques et docteur ès lettres, il est arrivé juste après la démission d’Emmanuel Macron, le 30 août. Directeur de la publication du site forumopéra, il est passé par BNP Paribas et l’agence DGM de Michel Calzaroni avant de monter sa propre agence de communication. Conseiller à la communication du candidat, il relève trois challenges : « faire comprendre le logiciel Macron, qui n’est pas comme les autres, faire face à un afflux de curiosités, parfois irrationnelles, ne pas sortir l’artillerie lourde dans un contexte politique déjà violent ».

Sibeth Ndiaye (37 ans)

Elle est en charge de la communication et de la presse. Titulaire d’un DESS en économie de la santé, elle est passée par la case du syndicalisme étudiant. De tendance strauss-kahnienne, elle est au PS depuis 2002 où elle a été secrétaire nationale en charge de la petite enfance. Ancienne des cabinets d’Arnaud Montebourg et d’Emmanuel Macron à Bercy, elle a aussi dirigé le service de presse de Claude Bartolone au département de Sein-Saint-Denis.

Quentin Lafay (27 ans)

Diplômé de Sciences Po et passé par l’Ecole normale supérieure (ENS), il a fait partie du cabinet de Marisol Touraine avant de rejoindre celui d’Emmanuel Macron à Bercy. Il participe à la coordination du programme avec Jean Pisani-Ferry et contribue aux discours, exercice compliqué. « Pour les discours importants, c’est lui qui tient la plume. Il y a beaucoup d’allers et retours avant la version finale », commente-t-il.

Ludovic Chaker (37 ans)

Diplômé des Langues O en chinois, du Celsa et de Sciences Po (où il a aussi travaillé avec l’ancien directeur Richard Descoings), il est chargé de la direction des opérations. Il a lui aussi fait partie des tout débuts d’En Marche après avoir tenté de se faire élire député en 2012. Il est chargé notamment de l’organisation des meetings.

Grégoire Potton (28 ans)

Il est diplômé en droit international et en économie. Il a fait ses premières armes en politique aux côtés du secrétaire d’Etat Thierry Mandon, dont il a été le chef de cabinet . Au sein d’En Marche, il chapeaute les ressources humaines, le juridique, les finances et la logistique.

Parmi les autres proches, il faut aussi citer Mounir Madjoubi, (32 ans) ancien président du Conseil national du numérique, David Amiel (24 ans), qui coordonne le programme avec Jean Pisani-Ferry, Valérie Lelonge, l’assistante personnelle d’Emmanuel Macron à Bercy, qui l’a suivi à En Marche.

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/elections/emmanuel-macron/0211761751962-emmanuel-macron-qui-sont-les-quinze-de-sa-garde-rapprochee-2062222.php#hBzMQ8hKPAPPueCB.99

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mai 10, 2017 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :