RSS

Macron à Marseille patauge dans la boue des investitures … C’est ça le « renouveau »?

09 Mai

Le film Borsalino inspiré par la vie de deux gangsters marseillais.

Marseille est le lieu de toutes les rumeurs, mais celle qui nous est parvenue aujourd’hui dit tout sur Macron et son « renouveau ». Il semble que les candidats d’En marche désignés au niveau national pour marseille et les Bouches du Rhône appartiennent à l’écurie de Guérini (Tapie est aussi probablement dans le coup); Si cela s’avérait exact, il faut se souvenir que Guérini c’est l’ancien président du Conseil général, socialiste, mis en examen pour extorsion de fond et autres babioles au point que le parti socialiste s’est résolu à l’exclure. Depuis il s’acharne sur le PS local. il faut mesurer que ses « équipes » ne sont guère différentes des soutiens du FN. il ne s’agit plus d’idéologie mais de main basse sur la ville…les militants locaux se seraient émus de cette main mise qui leur laisse peu de place, il leur a été répondu « rien n’est définitif »…
Cela dit quand il a commencé sa campagne en venant à Marseille, il semble effectivement avoir noué un pacte avec les « guerinistes »: « voici ce qu’en disait à l’époque le parisien, Il dispose en tout cas de solides relais dans la région, notamment le député PS des Alpes-de-Haute-Provence Christophe Castaner, tête de liste malheureuse aux dernières régionales, mais aussi les anciens proches de Jean-Noël Guérini. Il a d’ailleurs tenu son meeting inaugural de campagne hier soir devant une salle bien remplie aux Pennes-Mirabeau, une ville de la banlieue marseillaise dont le maire, Michel Amiel, a été élu sénateur sur la liste dissidente de Guérini, qui reste sous le coup de plusieurs mises en examen.

« Il fédère tous les déçus locaux du quinquennat Hollande, et ils commencent à être nombreux », analyse un ex-socialiste. « Pour les guérinistes, et il en reste quelques-uns, c’est l’heure de la vengeance, qui est un plat qui se mange froid. Pour eux, Macron est une arme, son score est important ici, il ne restera plus rien du PS sur ces terres historiques » . Nous avons il est vrai un PS assez particulier, puisque la député du 13 e arrondissement dont le Froont National ravier , aux méthodes musclé est maire, siège à l’assemblée avec un bracelet électronique.

peu de temps auparavent mediapart, l’express, toute la presse nationale décrivait le système mafieux tel qu’il s’était mis en place: L’affaire Guérini, toujours en cours d’instruction, a l’intérêt de présenter un catalogue des failles du code des marchés publics. Ou comment fausser un appel d’offres en respectant – en apparence du moins – les procédures de passation de marchés.

On ne peut pas dire que les a -prioris idéologiques étouffent ces braves gens, Aux dernières municipales, Jean Noêl Guérini, dont le sénat avait voté la levée de l’immunité parlementaire, avait réussi à nouer une alliance avec Jean-Claude Gaudin à travers deux deux maires de secteur sortants dont la guériniste Lisette Narducci. Il a raflé la mise à la fin. C’est la preuve d’un « pacte de filous » entre Gaudin et Guérini, dénonce le socialiste Mennucci, en difficulté dans sa propre mairie et qui a fini par la perxdre.Ce pacte de filou a ses hommes de main, recrutés sur le port mais aussi dans les employés de mairie FO. de Guerini, le site Marsactu disait :

« Nous vivons toujours l’héritage du defferrisme. Gaston Defferre, maire et patron de presse, concentrait tous les pouvoirs. Dans l’inconscient collectif, à Marseille, tu es donc toujours censé rouler pour quelqu’un. Guérini comme Gaudin ne pensent pas que tu puisses être indépendant. Le président du conseil général est dans la logique du revolver ou du carnet de chèques : soit il tue financièrement, soit il distribue à sa guise. Un acteur économique privé peut éventuellement être dans cette logique. Mais là, il s’agit d’argent public. »

Nous n’en finirions pas d’énumérer les tentacules du système marseillais, périodiquement une démission est obtenue parce que l’intéressé est plus ou moins soumis à un chantage de prévarication… cela donne un style très particulier à la politique dans cette ville… Les communistes, françois Billoux à leur tête s’étaient illustrés en nettoyant le port, les marchés publics du gangstérisme, en l’occurrence le fasciste sabiani, à la libération dans ce qu’on appelé l’insurrection de Marseille, ils sont allés « nettoyer » les quartiers mafieux de la ville, mais ce temps est passé et les quartiers nord ont été repris au point qu’aujourd’hui il est difficile d’imaginer un élu qui le serait dans cette zone sans des liens avec ceux qui tiennent les quartiers, y compris les trafiquants de drogue.

C’est dans ce milieu que dès sa première visite à marseille Macron a sauté à pieds joints et aujourd’hui se pose le renvoi d’ascenseur avec les investitures.

Je me demande si c’est très différent ailleurs, même s’il est difficile de faire plus folklorique que notre malheureuse ville. Pour faire du « ni à droite- ni à gauche » macron en fait, il est même tombé en plein milieu…
danielle Bleitrach

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mai 9, 2017 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :