RSS

Législatives: Pierre Laurent veut une union du PCF et de la France insoumise

03 Mai

Dans un texte paru mardi sur Mediapart, Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste français (PCF) qui a soutenu Jean-Luc Mélenchon, appelle les formations à la gauche du Parti socialiste à s’unir sous une « bannière commune » aux prochaines législatives.

Pierre Laurent veut donner, à l’occasion des prochaines élections législatives, de « nouvelles perspectives de victoire aux sept millions d’électeurs » qui ont porté leur choix sur Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. C’est ce qu’il écrit dans une tribune publiée ce mardi par Mediapart.

Si le secrétaire national du Parti communiste française (PCF) réitère ici son appel à « barrer la route de l’Elysée à Marine Le Pen » en votant « contre elle », il souhaite les 11 et 18 juin prochains « une majorité qui ne se soumettra pas au futur Président de la République »: « Nous ne voulons ni d’une Assemblée nationale aux mains de l’extrême droite et de la droite, ni d’une Assemblée nationale aux ordres d’Emmanuel Macron. Nous voulons une majorité pour changer. »

… Pourquoi pas, mais cette déclaration ne paraissait pas dans la logique de la manière dont les militants communistes ont été chauffés à blanc sur le fait que Mélenchon ne voulait pas appeler à voter Macron. Quitte à proclamer comme les sociaux démocrates que si Hitler était venu au pouvoir c’était à la suite de l’intransigeance des communistes, ce qui est tout de même extraordinaire de la part d’un parti communiste qui devrait avoir à cœur de faire respecter la vérité historique. Nous n’avons depuis le Congrès cessé d’osciller entre plusieurs stratégies, celle de stigmatisation et celle d’adhésion en rase campagne. Il y avait pourtant une tout autre manière de marquer ce qui nous différenciait de la France insoumise et en quoi les communistes étaient essentiels à un rassemblement capable de combattre la droite et l’extrême-droite. Ici même nous avons publié des textes portant sur le fond et qui sans mener des procès a priori tentaient d’éclairer les enjeux.

Le parti communiste, ses militants ont été littéralement ballotés et tout a été fait y compris pour que la question d’une candidature communiste ne puisse plus se poser, perte de temps, faux débats, division des directions. Tout cela ne peut plus continuer et il faut un vrai débat au sortir de ces élections sur une véritable stratégie. Nous sommes confrontés à la fois à la pire impasse politique qui puisse se poser aux Travailleurs, à notre pays. 70% des électeurs sont mécontents de l’offre présidentielle. C’est à peu près le chiffre de ceux qui étaient contre la loi Khomery qui leur a été imposée par 49.3. Ce ne sont peut-être pas exactement les mêmes, puisqu’une partie de la droite est venue s’ajouter au lot des mécontents, tandis qu’une autre partie glissait vers le vote Macron de peur du FN.

Ce qui est sûr c’est que l’importance du vote en faveur de Mélenchon ne peut être approprié par personne, il témoigne de la maturité de ceux qui ont tenté d’échapper à la catastrophique alternative qui est celle d’aujourd’hui. Rien n’est joué et les législatives peuvent être l’occasion d’un nouveau combat ou un désastre pour tous. Donc je crois que la proposition de Pierre Laurent tient compte de cette situation, mais elle n’a pas été préparée, discutée, les attitudes antérieures n’ont pas créé les conditions d’une telle fusion, une fois de plus les militants ont été mis sur une voie et on les dirige vers une autre ce qui ne pardonne pas dans une élection.

Il faudra discuter de tout ça ultérieurement, pour le moment l’urgence est qu’il existe de nombreux élus communistes et progressistes pour imposer une autre autre politique que le président élu quel qu’il soit prétendra nous infliger, avec une majorité qui l’appliquera impitoyablement.
Danielle Bleitrach

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le mai 3, 2017 dans Uncategorized

 

4 réponses à “Législatives: Pierre Laurent veut une union du PCF et de la France insoumise

  1. Christian Reinkingen

    mai 3, 2017 at 8:38

    « …une fois de plus les militants ont été mis sur une voie et on les dirige… » Une fois de plus et depuis combien d’années ? Combien de temps encore les militants vont-ils accepter cet immobilisme, càd ce recul de l’analyse communiste, sa marginalisation, dans la société française. Mon adhésion le 1ier janvier 68 résultait du rôle des communistes dans ce mouvement social montant de l’année 67. Vingt ans plus tard je quittai le PCF, n’en pouvant plus de son remorquage au fourgon du PS, dans l’intérêt de ce dernier, faut-il le préciser. En 81 je pensais que des ministres PCF était une erreur stratégique. C’était pire. Alain Boquet à dit un jour : « Le drame du PC est qu’il n’a jamais su vivre seul ». Et le drame continue.

    Ce P »c »F est devenu inutile. Pire il empêche de ce poser de la question (re)construction d’une structure communiste de classe digne continuatrice de ce qui a fait la grandeur du PCF. Au prochain congrès ? Avec qui ? Dans la diaspora communiste s’il s’écrit souvent des bonnes feuilles, les différentes « chapelles » ont plutôt tendance à la concurence (et certaines plus que d’autres). Pas de quoi être optimiste.

     
  2. Titus

    mai 3, 2017 at 9:13

    Oui, il y a du travail pour remettre de l’ordre, et pas dans 10 ans….Une stratégie claire et partagée, un projet ambitieux et un pilote à la hauteur de nos ambitions. Et puis un retour au respect du collectif. Comment expliquer que des élus communistes n’aient pas respecté le choix des militants pour le vote Mélenchon ? Chacun pour soi, c’est le comble, et cela risque d’être fatal.

     
  3. DD

    mai 4, 2017 at 10:59

    Oui, plutôt que de laisser s’égarer vers l’extrême droite nombre de voix émanant du peuple qui souffre et désespère, il conviendrait de travailler à l’union des révolutionnaires (FI, PCF, PRCF…) sur la base d’un socle commun qui ne pourrait pas être moins que la volonté de réappropriation prolétarienne de la souveraineté nationale, en commençant par quitter la prison des peuples de la prétendue UE et de son bras armé l’OTAN, qui ravagent les nations et les peuples, et menacent gravement la paix mondiale.
    La souffrance et le désespoir appellent des radicalités. L’effondrement de la sociale-trahison est une opportunité pour un changement de cap, et l’élaboration d’une plate-forme révolutionnaire au service de la nation et de l’internationalisme prolétarien.

     
  4. Christian Reinkingen

    mai 5, 2017 at 10:14

    « il conviendrait de travailler à l’union des révolutionnaires » Oui, mais. Construire un projet pour changer de société nécessite de s’attacher à comprendre le moment historique nouveau dans lequel nous vivons.
    Les péripéties et querelles partisanes sont d’abord le reflet d’une incapacité à faire des propositions pour sortir la France de la déliquescence dans laquelle elle plonge chaque jour un peu plus.
    Les résultats des votes du premier tour de la présidentielles permettent d’engager ce début de réflexions approfondies.
    Le Parti de la démondialisation capitaliste, malgré son jeune âge (et qui sera présent dans une trentaine de circonscriptions aux législatives) propose des premiers éléments d’analyses.

    http://www.pardem.org/presidentielle-2017/680-elements-de-reflexions-avant-le-deuxieme-tour-de-la-presidentielle-2017

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :