RSS

LES ECHOS : Macron commence à esquisser les contours de son gouvernement

30 Avr


Le 28/04 à 15:19 24 40 23 Partager par mail

S’il est élu président de la République, Emmanuel Macron veut inclure dans son futur gouvernement « toutes les sensibilités républicaines ». Le Premier ministre aura « une forte expérience politique ». dit le journal financier Les echos. Que ceux qui sont inquiets se rassurent, la droite est visiblement installée et les postes importants distribués.Quelques noms de la société civile comme madame Parizot et christine lagarde. Personnellement je n’ai pas envie de favoriser ce dépeçage, ce « bon appétit » que l’on nous présente comme un barrage… (note de danielle bleitrach)

Emmanuel Macron, grand favori de l’élection présidentielle , dessine à petites touches, au fil des déclarations, ce que sera son gouvernement s’il est élu mais se garde bien de citer des noms ou de donner des indices sur ceux qui le composeraient. Son entourage dément les rumeurs selon lesquelles des contacts seraient déjà engagés. « Il y a, comme tout au long de la campagne, des contacts avec des responsables politiques », dit ainsi Sylvain Fort, un de ses porte-parole. « Mais, pour l’instant, il n’y a pas de tractations préliminaires au deuxième tour pour constituer une première maquette de gouvernement. »

Il n’y aura pas de coalition, ni avec Les Républicains (LR) ni avec le Parti socialiste.
Dans une interview publiée vendredi par la presse régionale, l’ex-ministre de l’Economie, qui affrontera le 7 mai dans les urnes la candidate du Front national, Marine Le Pen, assure qu’il ne « reproduira pas l’erreur faite en 2002 ». Cette année-là, le candidat de la droite Jacques Chirac, élu avec plus de 80% des voix face au père de Marine Le Pen, Jean-Marie, grâce à un front républicain contre le FN, a constitué un gouvernement limité à sa seule famille politique.

Emmanuel Macron, candidat hors parti qui a fait campagne sur la rupture avec le clivage droite-gauche, dit vouloir « permettre à toutes les sensibilités politiques républicaines d’avoir une part dans la gestion du pays », tout en s’en tenant au credo qui est le sien depuis le lancement de son mouvement. « Il n’y aura pas de coalition, ni avec Les Républicains (LR) ni avec le Parti socialiste », déclare-t-il dans « Ouest-France ».

Il assure dans « La Voix du Nord » que le choix de son Premier ministre, « pas totalement arrêté », sera fondé sur sa « capacité à animer un collectif et à tenir les débats budgétaires ». Il faudra aussi qu’il ait « une forte expérience de la vie politique » et des arcanes de la vie parlementaire, précisait-il récemment. Ce qui exclu a priori quelqu’un de la société civile.

Une quinzaine de ministres « forts »

Ce futur Premier ministre, qui pourrait être une femme, si cela est « possible », ne sera en revanche pas choisi en fonction de son appartenance à la droite ou à la gauche « parce que ces critères ont vécu », a-t-il déclaré mercredi soir à TF1.

Il promet de former un gouvernement resserré d’une quinzaine de ministres « forts », respectant la parité homme-femme, dont « au moins un tiers » viendront de la société civile, précisait-il le 23 mars sur la chaîne parlementaire LCP et France bleu. Ce qui laisse peu de place à des professionnels de la politique.

Comme à chaque présidentielle, le jeu des pronostics sur la future équipe gouvernementale n’en bat pas moins désormais son plein, amplifié par la personnalité hors norme du candidat. « Paris commence à s’enflammer de rumeurs qui ne reposent sur rien », constate le secrétaire général d’En Marche, le député PS Richard Ferrand, soutien de la première heure d’Emmanuel Macron.

Rumeurs

Nombre de figures du PS et des Républicains, orphelins de leur propre parti, ou des personnalités de la société civile se sont découvert depuis dimanche une compatibilité avec Emmanuel Macron et ont fait connaître leur disponibilité. L’une des dernières en date est l’ancienne présidente du Medef, Laurence Parisot, qui s’est dit « prête » pour le poste de Premier ministre , selon l’hebdomadaire « Marianne ». Interprétation qualifiée d’ abusive » par l’intéressée, qui dit ne pas avoir de contact avec le candidat à ce sujet mais s’est attirée un tweet cinglant de Richard Ferrand.

L’ancien candidat LR à la primaire de la droite Bruno Le Maire a confié à BFM TV qu’il « pourrai(t) travailler avec Emmanuel Macron ». Le président LR de la région Paca, Christian Estrosi, a pour sa part évoqué l’hypothèse de majorités de projets sur quelques réformes cruciales pour le pays. Les noms des présidents de région Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, de l’ex-candidate à la primaire de la droite Nathalie Kosciusko-Morizet, de proches du maire de Bordeaux Alain Juppé comme Edouard Philippe ou Benoist Apparu, voire du « sarkozyste » Thierry Solère, circulent également dans la presse.

Inconvenant

A ce jeu-là, l’ancienne ministre des Finances de Nicolas Sarkozy, Christine Lagarde, venue de la société civile, a un coup d’avance : en 2015, la directrice générale du FMI avait salué la loi Macron sur l’activité et la croissance.

A gauche, Jean-Yves Le Drian, seul poids lourd du gouvernement sortant à qui Emmanuel Macron ait souhaité donner une place dans sa campagne , écrase de sa personnalité les autres prétendants éventuels sans nécessairement être sur les rangs. « Mon projet, c’est la Bretagne », répète à qui l’interroge sur ses projets le ministre de la Défense.

Mais la plupart de ces personnalités ont déjà exercé des fonctions gouvernementales et ne sont pas vraiment compatibles avec la volonté de renouveau du candidat. Plus discrète et donc plus crédible, la députée centriste européenne Sylvie Goulard entre plus dans ses critères. « Elle est de la bonne génération, efficace et s’est engagée très tôt derrière Macron », dit l’ex-eurodéputé Jean-Paul Gauzes, qui la verrait bien aux Affaires étrangères ou européennes. « Elle a de très fortes connexions avec l’Allemagne. C’est elle qui a organisé la visite d’Emmanuel Macron à Angela Merkel. »

Quant à Richard Ferrand, dont le nom est souvent cité dans la presse comme possible Premier ministre, il prend lui-même soin de tuer dans l’oeuf toute allusion à cette éventualité. « Tous ces gens qui s’autoproclament alors que nous sommes dans une campagne dure, rude, violente, qui gèrent une carrière alors que nous sommes en train de travailler au destin de la France, c’est inconvenant », a-t-il dit à Reuters.

A LIRE SUR LE DUEL MACRON-LE PEN
DOSSIER Macron-Le Pen : des projets aux antipodes
Les 10 mesures phares d’Emmanuel Macron
Les 10 mesures phares de Marine Le Pen
DOSSIER Emmanuel Macron, sa campagne, son projet
DOSSIER Marine Le Pen, sa campagne, son projet

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/elections/emmanuel-macron/0212024296284-macron-commence-a-esquisser-les-contours-de-son-gouvernement-2083398.php#DYodDYFS6PVOAO8x.99

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le avril 30, 2017 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :